Fables de La Fontaine (éd. Barbin)/1/L’Aigle et le Hibou

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fables de La Fontaine (éd. Barbin)/1
Fables, premier recueil : livres iv, v, viClaude Barbin & Denys Thierry (p. 146-150).
◄  Épilogue

XVIII.

L’Aigle & le Hibou.




L’Aigle & le Chat-huant leurs querelles ceſſerent ;
Et firent tant qu’ils ſ’embraſſerent.
L’un jura foy de Roy, l’autre foy de Hibou,

Qu’ils ne ſe goberoient leurs petits peu ny prou.
Connoiſſez-vous les miens ? dit l’Oiſeau de Minerve.
Non, dit l’Aigle. Tant pis, reprit le triſte Oiſeau.
Je crains en ce cas pour leur peau :
C’eſt hazard ſi je les conſerve.
Comme vous eſtes Roy, vous ne conſiderez
Qui ny quoy : Rois & Dieux mettent, quoy qu’on leur die,
Tout en meſme categorie.
Adieu mes nourriçons ſi vous les rencontrez.
Peignez-les moy, dit l’Aigle, ou bien me les montrez.
Je n’y toucheray de ma vie.
Le Hibou repartit : Mes petits ſont mignons,

Beaux, bien faits, & jolis ſur tous leurs compagnons.
Vous les reconnoiſtrez ſans peine à cette marque.
N’allez pas l’oublier ; retenez-la ſi bien
Que chez moy la maudite Parque
N’entre point par voſtre moyen.
Il avint qu’au Hibou Dieu donna geniture,
De façon qu’un beau ſoir qu’il eſtoit en paſture,
Noſtre Aigle apperceut d’avanture,
Dans les coins d’une roche dure,
Ou dans les trous d’une mazure
(Je ne ſçai pas lequel des deux),
De petits monſtres fort hideux,
Rechignez, un air triſte, une voix de Megere.

Ces enfans ne ſont pas, dit l’Aigle, à nôtre amy :
Croquons-les. Le galand n’en fit pas à demy.
Ses repas ne ſont point repas à la legere.
Le Hibou de retour ne trouve que les pieds
De ſes chers nourriçons, helas ! pour toute choſe.
Il ſe plaint, & les Dieux ſont par luy ſuppliez
De punir le brigand qui de ſon deüil eſt cauſe.
Quelqu’un luy dit alors : N’en accuſe que toy,
Ou plutoſt la commune loy,
Qui veut qu’on trouve ſon ſemblable

Beau, bien fait, & ſur tous aimable.
Tu fis de tes enfans à l’Aigle ce portrait,
En avoient-ils le moindre trait ?