Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Lâche et les Corbeaux

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Lâche et les Corbeaux.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 24).
47


LE LÂCHE ET LES CORBEAUX


Un homme lâche partait pour la guerre ; mais ayant entendu croasser des corbeaux, il posa ses armes et ne bougea plus ; puis il les reprit et se remit en marche. Mais les corbeaux croassant de nouveau, il s’arrêta, et à la fin il leur dit : « Libre à vous de crier aussi fort que vous pourrez ; mais vous ne goûterez pas à ma chair. »

Cette fable vise les poltrons.