Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/La Colombe et la Corneille

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir La Colombe et la Corneille.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 133).
302


LA COLOMBE ET LA CORNEILLE


Une colombe nourrie dans un pigeonnier faisait grand bruit de sa fécondité. Une corneille ayant entendu ses vanteries, lui dit : « Hé ! l’amie, cesse de te vanter de cela ; car plus tu feras d’enfants, plus tu auras d’esclavages à déplorer. »

Il en est de même des serviteurs : les plus malheureux sont ceux qui ont le plus d’enfants dans la servitude.