Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Chien et le Lièvre

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Chien et le Lièvre.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 79-80).
182
LE CHIEN ET LE LIÈVRE

Un chien de chasse, ayant attrapé un lièvre, tantôt le mordait, tantôt lui léchait les babines. Le lièvre excédé lui dit : « Hé ! toi, cesse ou de me mordre ou de me baiser, afin que je sache si tu es mon ennemi ou mon ami. »

Cette fable s’applique à l’homme équivoque.