Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Voyageur et la Fortune

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Voyageur et la Fortune.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 116).
261


LES VOYAGEURS ET LA FORTUNE


Un voyageur, ayant fait une longue route, et se trouvant recru de fatigue, se laissa tomber sur le bord d’un puits et s’endormit. Il allait à coup sûr tomber dedans, quand la Fortune, s’étant approchée de lui, l’éveilla et lui dit : « Hé, l’ami ! si tu étais tombé, ce n’est pas ton imprudence, c’est moi que tu en aurais accusée. »

C’est ainsi que beaucoup de gens, tombés dans le malheur par leur faute, en accusent les dieux.