100%.png

Fumée (Tourgueniev)/Chapitre 04

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nelson (p. 18-31).


CHAPITRE IV


— Grégoire Litvinof, un vrai Russe, et bon garçon, je vous le recommande, s’écria Bambaéf en conduisant Litvinof à un homme de petite taille en costume du matin et en pantoufles, au milieu d’une chambre très éclairée et richement meublée. C’est lui, ajouta-t-il à Litvinof, c’est lui-même, en un mot, Goubaref.

Litvinof considéra celui-ci avec attention. Au premier coup d’œil, il ne trouva en lui rien d’extraordinaire. Il voyait devant lui un monsieur d’un air respectable et un peu hébété, ayant un gros front, de gros yeux, de grosses lèvres, une longue barbe, un cou de taureau et le regard en dessous. Ce monsieur sourit et dit : « Mm… mm… Très-bien… cela m’est fort agréable… » puis il porta la main à sa barbe et, tournant le dos à Litvinof, se mit à marcher sur l’épais tapis avec la lenteur pateline d’un chat. Goubaref avait l’habitude d’arpenter toujours son appartement et de tourmenter sa barbe avec le bout de ses ongles longs et durs. Il y avait avec lui dans cette chambre une dame vêtue d’une robe de soie usée, ayant un visage jaune comme un citron, de petits poils noirs sur sa lèvre plate et des yeux si brillants, qu’ils semblaient prêts à sauter de sa tête, puis un gros individu qui se tenait courbé dans un coin.

— Eh bien, chère Matrena Semenovna, dit Goubaref en se tournant vers cette dame, et ne trouvant pas nécessaire probablement de lui présenter Litvinof, qu’aviez-vous commencé à nous raconter ?

La dame (elle s’appelait madame Soukhantchikof ; c’était une veuve sans enfants et sans fortune, qui depuis deux ans transportait ses pénates d’un pays dans un autre) reprit aussitôt son récit avec une singulière volubilité :

— Eh bien, il se présente chez le prince, et lui dit : « Excellence, vous êtes en situation de pouvoir soulager ma détresse ; daignez prendre en considération la pureté de mes intentions. Peut-on, dans notre siècle, poursuivre quelqu’un pour ses convictions sincères ? » Or, que pensez-vous qu’a fait le prince, cet homme d’État si civilisé, si haut placé ?

— Qu’a-t-il fait ? demanda Goubaref en allumant d’un air rêveur une cigarette.

La dame se redressa et étendant sa main osseuse : — Il appelle son laquais et lui dit : « Ôte tout de suite à cet homme sa redingote, et prends-la ; je t’en fais cadeau. »

— Et le laquais l’ôta ? demanda Bambaéf en frappant des mains.

— Il l’ôta et la prit. Et voilà ce qu’a fait le prince Barnaoulof, le fameux richard, le grand seigneur, muni de pouvoirs extraordinaires et représentant le gouvernement ! Qu’y a-t-il après cela à espérer ?

Tout le corps chétif de madame Soukhantchikof tremblait d’émotion, son visage était crispé, sa maigre poitrine soulevait son corset plat, ses yeux semblaient sortir de leur orbite, danger qu’ils couraient, d’ailleurs, quel que fût l’objet de la conversation.

— C’est une affaire qui crie vengeance, s’écria Bambaéf. Il n’y a pas de châtiment assez terrible pour cela !

— Hm… hm… Du haut en bas tout est pourri, remarqua Goubaref sans élever la voix. Ce n’est pas un châtiment qui est nécessaire ici, mais une autre mesure.

— Mais est-ce bien vrai ? dit Litvinof.

— Si c’est vrai ! s’écria madame Soukhantchikof. Mais il est impossible d’en douter. — Elle prononça cet impossible avec une telle énergie qu’elle se plia en deux. — Je le tiens du plus véridique des hommes. Mais vous le connaissez, Étienne Nikolaévitch, c’est Hélistratof Capiton, et lui le tenait de témoins oculaires de cette scène dégoûtante.

— Quel Hélistratof ? demanda Goubaref. Est-ce celui qui était à Kazan ?

— Celui-là même. Je sais qu’on a répandu le bruit qu’il avait pris là de l’argent des fermiers de l’eau-de-vie, mais qui est-ce qui a dit cela ? Pélikanof, et peut-on ajouter foi à Pélikanof, quand il est connu de tout le monde que c’est tout simplement un espion !

— Non, permettez, Matrena Semenovna, s’écria Bambaéf, Pélikanof est de mes amis, comment pourrait-il être un espion ?

— Oui, oui, c’est un espion !

— De grâce, permettez…

— Un espion, un espion ! criait madame Soukhantchikof.

— Mais non, veuillez m’écouter, hurlait à son tour Bambaéf.

— Un espion, un espion ! soutenait la dame.

— Non, non ! si vous me parliez de Tenteléef, à la bonne heure ? mugit Bambaéf.

Madame Soukhantchikof fut forcée de reprendre haleine ; Bambaéf en profita :

— Je sais de source certaine que, lorsqu’il fut requis à la chancellerie secrète, il se jeta aux pieds de la comtesse Blasekrampf en piaillant : u Sauvez-moi, venez à mon aide ! » Pélikanof n’a jamais fait de ces bassesses-là.

— Tenteléef… marmotta Goubaref, il faut prendre note de cela.

Madame Soukhantchikof haussa les épaules avec un ineffable mépris.

— Tous deux sont jolis, dit-elle, mais je sais sur Tenteléef une anecdote encore meilleure. C’était, vous le savez, un horrible tyran, quoiqu’il se posât en émancipateur. Un jour, il était à Paris dans un salon, lorsque y entra madame Beecher-Stowe, vous savez, la Case de l’oncle Tom. Excessivement vaniteux, Tenteléef pria le maître de la maison de le présenter à madame Stowe ; celle-ci, dès qu’elle entendit son nom, l’apostrophe ainsi : « Comment osez-vous vous présenter devant l’auteur de l’Oncle Tom ? Décampez à l’instant ! » et v’lan ! elle lui applique un soufflet. Et qu’en dites-vous ? Tenteléef prit son chapeau et s’éclipsa l’oreille basse.

— Ceci est peut-être exagéré, fit Bambaéf. Elle lui a dit : « Décampez ! » c’est un fait indubitable, mais elle ne lui a pas appliqué de soufflet.

— Elle a donné, donné un soufflet, elle a donné un soufflet ! répéta convulsivement madame Soukhantchikof, je n’ai pas l’habitude de faire des contes. Ah ! ces gens-là sont vos amis ?

— Permettez, Matrena Semenovna, je n’ai jamais dit que j’ai été intime avec Tenteléef, c’est de Pélikanof que j’ai parlé.

— Si Tenteléef n’est pas de vos amis, c’est donc Mikhnéef, par exemple.

— Et qu’est-ce que celui-ci a fait ? reprit avec anxiété Bambaéf.

— Ce qu’il a fait ? Comme si vous ne le saviez pas ! Il a crié devant tout le monde, sur le coin de la Perspective et de la rue de l’Ascension, qu’il fallait emprisonner tous les libéraux ; et lorsqu’un vieux camarade de pension, pauvre, bien entendu, est venu lui dire : « Peut-on dîner chez toi ? » il a répondu : « Non, on ne peut pas ; j’ai deux comtes à dîner aujourd’hui, va-t’en ! »

— Mais, permettez, c’est une calomnie, s’écria Bambaéf.

— Calomnie ! calomnie ! En premier lieu, le prince Vakhrouchine qui a aussi dîné chez votre Mikhnéef…

— Le prince Vakhrouchine, interrompit sévèrement Goubaref, est mon cousin germain, mais je ne le laisse pas entrer chez moi. N’en parlons pas.

— En second lieu, continua madame Soukhantchikof, en inclinant humblement la tête vers Goubaref, Prascovia Iakovlevna me l’a dit à moi-même.

— Vous avez trouvé là sur qui vous appuyer ! Elle et Sarkisof sont les premiers faiseurs de fausses nouvelles.

— Excusez-moi, Sarkisof est un menteur, c’est vrai ; il a même dérobé le drap qui couvrait le cercueil de son père, je ne disputerai jamais là-dessus, mais Prascovia Iakovlevna, quelle différence ! Souvenez-vous comme elle s’est noblement séparée de son mari. Mais, je le sais, vous êtes toujours prêt…

— Finissons, Matrena Semenovna, laissons ces récriminations et occupons-nous de choses plus élevées. Vous savez que chez moi brûle toujours le feu sacré. Avez-vous lu Mademoiselle de la Quintinie ? Quelles délices, et cette fois ce sont bien là vos principes !

— Je ne lis plus de romans, répondit sèchement madame Soukhantchikof.

— Pourquoi ?

— Parce que le temps n’est plus aux romans ; je n’ai à présent qu’une seule chose en tête : les machines à coudre.

— Quelles machines ? demanda Litvinof.

— À coudre, à coudre… Il faut que toutes les femmes se fournissent de machines à coudre et constituent une association ; de cette façon elles gagneront toutes leur pain et parviendront à être indépendantes. Autrement elles ne pourront jamais s’émanciper. C’est une grave, très grave question sociale. Nous nous sommes disputés à ce sujet avec Boleslas Stadnitzki. C’est une admirable nature que ce Stadnitzki, mais il considère beaucoup trop légèrement ces choses. Au fond, c’est un imbécile.

— Il viendra un temps où tous auront à rendre compte de leur conduite, dit lentement Goubaref, d’un ton moitié magistral et moitié prophétique.

— Oui, oui, répéta Bambaéf, on rendra compte. Eh bien ? Étienne Nikolaévitch, ajouta-t-il en baissant la voix, l’ouvrage avance-t-il ?

— Je rassemble les matériaux, répondit Goubaref en fronçant le sourcil, et se tournant vers Litvinof qui commençait à avoir des nausées de cette omelette de noms inconnus, de cette rage de cancans, il lui demanda : De quoi vous occupez-vous ?

Litvinof satisfit sa curiosité.

— Ah ! c’est-à-dire de science naturelle. Mm… mm… C’est très utile comme école, mais non comme but. Le but doit être autre maintenant. Permettez-moi de vous demander quelles sont vos opinions ?

— Mes opinions ?

— Oui, c’est-à-dire quelles sont vos convictions politiques ?

Litvinof sourit :

— En réalité, je n’ai aucune conviction politique.

À cette réponse, le gros monsieur, assis dans un coin, leva subitement la tête et regarda fixement Litvinof.

— Comment cela se fait-il ? dit avec une aménité affectée Goubaref. N’y avez-vous jamais songé, ou êtes-vous déjà blasé ?

— Comment vous dire ? Il me semble que pour nous autres Russes c’est encore trop tôt d’avoir des convictions politiques ou de nous imaginer que nous en avons. Remarquez que je donne au mot politique la valeur qui lui appartient de droit et qui…

— Ah ! ah ! vous êtes de ceux qui ne se croient pas mûrs, dit avec la même aménité Goubaref et s’approchant de Vorochilof, il lui demanda s’il avait lu la brochure qu’il lui avait prêtée ?

À l’étonnement de Litvinof, Vorochilof n’avait pas laissé échapper une syllabe depuis son entrée ; il fronçait le sourcil et faisait mouvoir ses yeux avec dignité (en général, il parlait tout seul ou se taisait.) Il effaça militairement les épaules, avança d’un pas et fit de la tête un signe affirmatif.

— Eh bien ! en avez-vous été content ?

— Oui, par rapport aux principales bases, mais je ne souscris pas aux conséquences qu’il en tire.

— André Ivanovitch m’a pourtant loué cette brochure. Vous me développerez vos divergences.

— Ordonnez-vous de le faire par écrit ?

Cette question surprit visiblement Goubaref ; il ne s’y attendait pas ; toutefois, après avoir un peu réfléchi, il répondit :

— Soit, par écrit, et à ce propos je vous prierai de me détailler aussi vos idées… sur… sur les associations.

— L’ordonnez-vous d’après la méthode de Lassalle ou celle de Schultze-Delitsch ?

— Mmm… d’après toutes les deux. Ici, vous le comprenez, pour nous autres Russes, c’est surtout le côté financier qui est important. La caisse des ouvriers « l’artel » est un germe. Il faut comparer tout cela, l’approfondir. Quant à la question de la portion attribuée aux paysans…

— Quelle est votre opinion, Étienne Nikolaévitch, sur la quantité de dessiatines à leur donner ? demanda Vorochilof avec une respectueuse délicatesse dans la voix.

— Mmm… Ah ! la commune ! dit avec un surcroît de gravité Goubaref, et, mordant une mèche de sa barbe, il dirigea son regard fixe et fauve sur un des pieds de la table. La commune… comprenez-vous ? c’est un grand mot ! Puis, que signifient ces incendies… ces mesures du gouvernement contre les écoles du dimanche, les cabinets de lecture, les journaux ? Et le refus des paysans de signer les actes qui terminent leurs rapports avec leurs ex-seigneurs ? Et enfin ce qui arrive en Pologne ? Ne voyez-vous pas où tout cela mène ? Ne voyez-vous pas… mm… qu’il nous faut maintenant nous confondre avec le peuple, savoir ses opinions ?

Une sorte d’agitation sourde, presque méchante, s’était subitement emparée de Goubaref ; son visage s’était enflammé, sa respiration était pénible, mais il n’en tenait pas moins toujours ses yeux baissés et mâchonnait sa barbe. — Ne voyez-vous pas…

— Evséef est un gredin ! s’écria tout à coup madame Soukhantchikof à laquelle Bambaéf, par considération pour le maître de la maison, racontait quelque chose à demi-voix. Goubaref tourna court sur ses talons et recommença à arpenter la chambre.

De nouveaux hôtes arrivèrent ; à la fin de la soirée le salon était plein. Parmi les nouveaux venus étaient M. Evséef, si rudement qualifié une minute auparavant par madame Soukhantchikof. — Elle s’entretint très-cordialement avec lui et le pria de la reconduire chez elle, — et un certain Pichtchalkin, idéal des arbitres de paix, un de ces hommes dont peut-être la Russie a réellement besoin ; peu doué, peu instruit, mais consciencieux, patient et intègre ; les paysans de son district le portaient aux nues, et lui-même était tout plein de respect pour sa propre personne.

Il y avait là quelques officiers profitant d’un court congé pour accourir en Europe se divertir avec quelques gens d’esprit, quand même ils seraient un peu dangereux, sans pourtant perdre un seul instant le souvenir de leur colonel et de leur avancement, et deux étudiants de Heidelberg ; l’un regardait tout avec dédain, l’autre riait convulsivement, tous deux ne semblaient pas à l’aise ; à leur suite s’était glissé un Français, p’tit jeune homme, assez misérable ; il se vantait parmi ses camarades, commis-voyageurs, d’avoir attiré l’attention de comtesses russes ; quant à lui, ce qu’il recherchait le plus était un souper gratis. Enfin apparut un nommé Titus Bindassof, en apparence bruyant convive, en réalité mauvais coucheur, terroriste en paroles, mouchard par nature, ami des marchandes russes et des lorettes parisiennes, chauve, édenté, ivrogne ; il entra rouge et débraillé, assurant qu’il avait laissé son dernier sou chez cette « canaille de Benazet, » tandis qu’il en avait rapporté seize florins. En un mot, il y avait foule. Il était vraiment curieux de voir avec quel respect on entourait Goubaref : on lui soumettait des doutes, on le priait de les résoudre, et lui, il y répondait par une espèce de mugissement, par un tournoiement d’œil, par quelques mots sans suite ni sens, qu’on attrapait au vol comme l’expression de la plus haute sagesse. Il se mêlait rarement à la discussion ; en revanche, les visiteurs ne la laissaient pas tomber. Il arriva plus d’une fois que trois ou quatre d’entre eux criaient ensemble pendant dix minutes, et tous étaient ravis, tous avaient compris. La conversation se prolongea jusqu’à près de minuit et se distingua naturellement par l’abondance et la variété de ses sujets. Madame Soukhantchikof parla de Garibaldi, d’un certain Charles Ivanovitch fouetté par ses gens, de Napoléon III, du travail des femmes, du marchand Pleskachef qui, au su de tout le monde, fit mourir de faim douze ouvrières et fut décoré, à cet effet, d’une médaille portant : « Pour avoir été utile, » du prolétariat, du prince géorgien Tchinktchéoulidzef, qui tira un coup de canon sur sa femme, et de l’avenir de la Russie ; Pichtchalkin parla aussi de l’avenir de la Russie, des fermes de l’eau-de-vie, de la signification des nationalités et de son horreur pour la platitude ; tout à coup Vorochilof n’y put plus tenir, et d’une haleine, au risque de s’étrangler, il nomma Draper, Virchow, M. Chelgounof, Bichat, Helmholtz, Star, Stur, Reiminth, Jean Muller le physiologue, Jean Muller l’historien, qu’il confondait évidemment, Taine, Renan, M. Chtchapof, et à leur suite Thomas Nash, Peel, Green… « Qu’est-ce que c’est que ces oiseaux-là ? » murmura Bambaéf ébahi. — « Ce sont les prédécesseurs de Shakespeare ; ils tiennent à lui comme les Alpes au mont Blanc, » répondit Vorochilof d’une voix retentissante, et il passa également à l’avenir de la Russie. Bambaéf aussi crut de son devoir d’y toucher, et dépeignit cet avenir avec les couleurs de l’arc-en-ciel ; la musique russe excitait particulièrement son enthousiasme ; il voyait en elle quelque chose de « grandiose, » et, pour le prouver, il attaqua une romance de Varlamof, mais il fut immédiatement interrompu par la remarque générale que c’était le Miserere du Trovatore, qu’il chantait abominablement. À la faveur du bruit, un petit officier déblatéra contre la littérature russe, un autre déclama quelques vers de l’Étincelle[1]. Titus Bindasof fut encore plus franc : il déclara qu’il fallait casser les dents à tous les fripons, et basta ! sans déterminer d’ailleurs quels étaient ces fripons. La fumée des cigares devint intense ; tous étaient accablés, égosillés, avaient les yeux appesantis et le visage inondé de sueur. On apporta des bouteilles de bière frappée qui furent vidées en un clin d’œil. « Où en étais-je ? » disait l’un, « Avec qui donc est-ce que je discute ? » demandait l’autre. « Et sur quel sujet ? » Au milieu de ce vacarme, Goubaref circulait toujours en se caressant la barbe : tantôt il prêtait un moment l’oreille à ce qui se disait, tantôt il lançait un mot en passant, tous sentaient qu’il n’était pas seulement là le maître de céans, mais encore le premier personnage.

À dix heures, Litvinof fut pris d’un violent mal de tête et s’échappa sans être aperçu, à la faveur d’une nouvelle explosion de cris d’indignation : Madame Soukhantchikof venait de se rappeler une nouvelle injustice du prince Barnaoulof : il avait été sur le point de faire couper l’oreille à quelqu’un.

Le vent du soir frappa agréablement le visage enflammé de Litvinof et rafraîchit ses lèvres desséchées. « Qu’est-ce que c’est ? » pensa-t-il en traversant une sombre allée ; « à quoi ai-je assisté ? Pourquoi criaient-ils et s’injuriaient-ils ainsi ? À quoi tout cela peut-il aboutir ? » Litvinof haussa les épaules, se dirigea vers le café Weber, prit une gazette et demanda une glace. La gazette n’était consacrée qu’à la question italienne, et la glace se trouva détestable. Il s’apprêtait à rentrer chez lui, lorsqu’un inconnu, coiffé d’un chapeau à larges bords, s’approcha, lui demanda en russe s’il ne le dérangeait point, et s’assit à sa table. En l’examinant avec attention, Litvinof reconnut en lui le monsieur oublié dans un coin chez Goubaref, qui lui avait jeté un regard si pénétrant quand la conversation tomba sur les convictions politiques. Durant toute la soirée, ce monsieur n’avait pas ouvert la bouche ; maintenant, ayant ôté son chapeau et s’étant assis à côté de Litvinof, il le regardait d’un air de bienveillance et de timidité.



  1. Journal satirique de Saint-Pétersbourg.