Histoire de Charles XII/Édition Garnier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres complètes de Voltaire Garniertome 16 (p. 113-369).
Avertissement pour la présente édition 
 113
 142
 144

Situation et climat de la Suède, 145. — Ses habitants, 146. — Conquise par Marguerite Valdemar, 147. — Sous le joug des Danois, ibid. — Gustave Vasa, ibid. — Chasse les Danois de la Suède, et est élu roi, 148. — Il rend la Suède luthérienne, ibid. — Gustave-Adolphe, ibid. — Sa mort, 149. — Christine, ibid. — Charles X, ibid. — Charles XI, ibid. — Naissance de Charles XII, 150. — Son éducation, ibid. — Mort de sa mère et de Charles XI, 151. — La veuve de Charles X, son aïeule, régente, 152. — Charles songe à régner, 153. — Couronné roi, ibid. — Piper, premier ministre, 154. — Ennemis de Charles, ibid. — Frédéric-Auguste, roi de Pologne, 155. — Envahit la Livonie sur les conseils de Patkul, 156. — Pierre Alexiovitz, ibid. — Particularités très-curieuses sur la nation russe, 157. — Caractère du czar Pierre Alexiovitz, 158. — Il va en Angleterre et en Hollande, 159. — Réformes qu’il opère dans son empire, ibid. — Moines peu satisfaits, 160. — Il discipline ses soldats et casse les strelitz, 161. — Construit un port près d’Azof, 162. — Ses finances, ibid. — La nation russe peu nombreuse, ibid. — Le czar veut être grand par le commerce, 163. — Bâtit Pétersbourg, ibid. — Police ses peuples, tout en restant brutal, féroce et barbare, 164. — Se ligue avec les rois de Pologne et de Danemark contre Charles XII, ibid.



Résolution que prend Charles XII en face de ces préparatifs de guerre contre lui, 165. — Changement prodigieux et subit dans son caractère, ibid. Il secourt son beau-frère le duc de Holstein, 166. — La Hollande et l’Angleterre s’unissent à lui contre le Danemark, 167. — Il part pour sa première campagne, ibid. — Siège de Copenhague, 168. — La ville se soumet, 170. — Discipline des soldats suédois, ibid. — Traité de Travendal, 171. — Riga investie par Auguste, roi de Pologne, ibid. — Il lève le siége, ibid. — Pierre assiége Narva, 172. — Charles le joint, 173. — Défait quatre-vingt mille Moscovites avec huit mille Suédois, 174. — Entre victorieux dans Narva, 176. — Prédiction à laquelle on ne fait pas d’attention, 177. — Prière adressée par les Russes à saint Nicolas contre les Suédois, ibid. — Entrevue du czar et du roi de Pologne à Birzen, 178. — Ils se liguent contre Charles, ibid. — Charles bat Stenau devant Riga, 179. — Soumet la Courlande et la Lithuanie, et passe en Pologne, 180. — Description de la Pologne et de son gouvernement, ibid. et suiv. — Auguste, roi de Pologne, mécontente les Polonais, 185. — Deux factions divisent la Lithuanie, 186. — Auguste, qui a besoin d’une armée, est forcé de convoquer une diète, ibid. — Caractère du cardinal primat Radjouski, 187. — Il se ligne avec Charles contre Auguste, 188. — Le czar secourt mal son allié, ibid. — Guerre changée en intrigues, ibid. — Auguste charge la comtesse de Koenigsmark de traiter en son nom avec Charles, 189. — Celui-ci refuse de la voir, et de traiter avec lui, 190. — Charles reçoit l’ambassade de la république polonaise, 191. — Marche sur Varsovie, ibid. — Auguste convoque la pospolite, qui n’obéit pas, 192. — Charles entre à Varsovie, ibid. — Le cardinal primat auprès d’Auguste et de Charles, 193. — Bataille de Clissau, 194. — Entrée de Charles à Cracovie, ibid. — Il se brise la cuisse, 195. — La diète de Lublin jure fidélité à Auguste, ibid. — Charles oppose la diète de Varsovie à celle de Lublin, ibid. — Marche aux Saxons, commandés par Stenau, qu’il bat à Pultesh, ibid. — Auguste se retire dans Thorn, où Charles vient l’assiéger, 197. — Dantzick mise à contribution, 198. — Capitulation de Thorn, 199. — Elbing plus sévèrement punie que Dantzick, ibid. — Le cardinal primat déclare le trône de Pologne vacant, ibid. — Enlèvement par Auguste des princes Sobieski, 200. — Piper conseille à Charles de prendre la couronne de Pologne pour lui, ibid. — Charles la propose au prince Alexandre Sobieski, qui la refuse, 201.



Caractère de Stanislas Leczinski, 202. — Il est élu roi de Pologne, 203. — Charles quitte Varsovie et investit Léopol, qu’il prend d’assaut, 204. — Auguste surprend Stanislas dans Varsovie, 205. — Le nonce du pape se fait livrer l’évêque de Posnanie, ibid. — Horn capitule avec quinze cents Suédois, 206. — Schulenbourg à la tête des armées saxonnes, ibid. — Belle retraite de ce général, 207. Auguste se retire à Dresde, 208. — Stanislas prépare son couronnement, ibid. — Le pape s’y oppose par un bref adressé aux prélats polonais, ibid. — Le bref est intercepté, 209. — Le cardinal primat l’affiche à sa porte, ibid. — Il meurt, ibid. — Stanislas sacré à Varsovie, 210. — Le czar prend Narva, ibid. — Il fonde Pétersbourg, 211. — Il se ligue une seconde fois avec Auguste, ibid. — Auguste fait emprisonner Patkul, 212. — Les Russes et les Saxons refoulés en Lithuanie, ibid. — Schulenbourg battu à Frauenstadt par Rehnsköld, 213. — Français prisonniers des Suédois, ibid. — Charles XII entre en Saxe, 214. — Il établit son camp à Alt-Rantstadt, 215. — Met la Saxe à contribution, ibid. — Réponse du roi à un bon mot d’un soldat, 216. — Auguste demande la paix, ibid. — Conditions de Charles, ibid. — Auguste victorieux malgré lui à Calish, 217. — Il entre triomphant à Varsovie, ibid. — Persiste à demander la paix, 218. — Son entrevue avec Charles, ibid. — Lettre qu’il écrit à Stanislas pour le féliciter de son avènement au trône de Pologne, 219. — Il livre Patkul au roi de Suède, ibid. — Supplice de Patkul, 220. — Charles XII refuse sa grâce à Paykul, condamné à mort, et qui offre le secret de faire de l’or, 221. — Le czar s’élève contre le supplice de Patkul, 222. — Il entre en Pologne, ibid, — La Pologne, qui a deux primats, est sur le point d’avoir trois rois, 223. — Stanislas affermit son pouvoir, 224. — Charles reçoit Marlborough à Alt-Rantstadt, 225. — Concessions qu’il obtient de l’empereur, 227. — Il songe à se venger de Rome, 228. — Il va seul à Dresde voir Auguste avant de quitter la Saxe, 229.



Charles quitte la Saxe, 231. — Il reçoit un ambassadeur de la part des Turcs, ibid. — Laisse Stanislas en Pologne et marche à la poursuite du czar, 232. — Il l’atteint à Grodno, ibid. — Le czar fuit, 233. — Passage de la Berezine à Borislou, ibid. — Charles bat les Moscovites à Hollosin, 234. — Il passe le Borysthène à Mohilou, ibid. — Sa réponse aux propositions de paix du czar, 235. — Sur le point d’être pris par les Calmoucks à Smolensko, ibid. — Il quitte la route de Moscou et se dirige vers l’Ukraine, 236. — Situation de ce pays, ibid. — Histoire de Mazeppa, 237. — Charles se ligue avec lui contre le czar, ibid. — Il marche vers la Desna, 238. — Rencontre Mazeppa, fidèle, mais battu par les Moscovites, ibid. — Il est rejoint par son lieutenant Levenhaupt, battu par le czar à Lesno, 238. — Triste situation de son armée, 241. — Le czar s’avance contre Charles dans l’Ukraine, 242. — Charles investit Pultava, ibid. — Mœurs des Zaporavions, ibid. — Charles est blessé au talon, 244. — Bataille de Pultava, 245. — Poniatowski sauve le roi de Suède, 248. — Fuite de Charles XII, 249. — Levenhaupt se rend au prince Menzikoff avec seize mille Suédois, 251. — Piper, prisonnier du czar, 252. — Honneurs que le czar rend aux généraux suédois prisonniers, ibid. — Charles arrive à la frontière turque, 253. — Sa réception en Bessarabie, 254.



État de la Porte-Ottomane, 255. — Poniatowski passe à Constantinople, 256. — Charles séjourne près de Bender, 257. — Crédit qu’obtient Poniatowski auprès du grand vizir Chourlouli, 259. — Le czar par son argent obtient un crédit tout-puissant à la Porte, 260. — Charles, vaincu par l’argent du czar en Turquie, se résout à instruire le sultan des intrigues de son vizir, ibid. — Le sultan lui envoie des présents, 261. — Le grand vizir Chourlouli renversé et exilé ; ambition du jeune Coumourgi, 262. — Numan Couprougli, ministre vertueux, 263. — Conseille à Charles de retourner dans ses États, ibid. — Desseins de celui-ci, ibid. — Auguste remonte sur le trône de Pologne, 264. — Tous les États de Charles sont attaqués, 265. — Le czar triomphe dans Moscou, 266. — Le roi de Danemark fait une descente en Suède, 267. — Stenbock taille en pièces les Danois près d’Helsinbourg, 268. — Couprougli déposé après deux mois de ministère, 269. — Baltagi-Mehemet lui succède, 270. — Le sultan l’envoie contre le czar avec deux cent mille hommes, ibid. — Le kan des Tartares, vassal du sultan, 271. — Mœurs des Tartares, ibid. — Baltagi fixe à Andrinople le rendez-vous de l’armée turque, 272. — Le czar marche contre les Turcs, 273. — Cantemir trahit le sultan, qui l’a fait prince, pour le czar, ibid. — Ses sujets ne le suivent pas dans sa défection, 274. — Le czar, sur le Pruth, dans la même situation que Charles à Pultava, ibid. — Histoire de Catherine, la czarine, 276. — Comment elle tire le czar d’embarras, 278. — Le grand vizir traite avec Pierre malgré Poniatowski et le kan des Tartares, 279. — Charles arrive à l’armée turque, ibid. — Ses reproches au vizir, 280.



Charles se retire à Varnitza, 281. — Baltagi-Mehemet lui fait signifier de quitter la Turquie, ibid. — Charles refuse de partir, 282. — Baltagi lui retire sa subsistance, ibid. — Charles emprunte à tout le monde, ibid. — Nouvelles intrigues de Poniatowski, 283. — Osman, principal instigateur de la paix du Pruth, mis à mort, et Baltagi-Mehemet exilé, ibid. — Jussuf, créature de Coumourgi, élevé au viziriat, 284. — Constantinople, centre des négociations de la chrétienté, ibid. — Lettre du sultan Achmet au roi de Suède pour l’inviter à partir, 285. — Objections de Charles XII, 286. — La guerre est de nouveau déclarée au czar, 287. — Auguste envoie une ambassade au sultan, ibid. — Desseins de Coumourgi, ibid. — La paix est de nouveau conclue avec le czar, 288. — Le départ de Charles est décidé dans le divan, ibid. — Charles saisit une correspondance entre Auguste et le kan des Tartares, 289. — Croit à un complot tramé contre lui, ibid. — Consent à partir sitôt ses dettes payées, 290. — Lettre du Grand Seigneur au bacha de Bendor, ibid. — Charles se détermine à ne point partir, 291. — Il écrit au Grand Seigneur pour se plaindre du kan et du bacha, et demander encore mille bourses, 292. — Réponse du sultan, 293. — Charles sommé de partir, ibid. — Il se retranche dans son camp, 294. — Jeffreys et Fabrice s’interposent entre lui et les Turcs, ibid. — Sont mal reçus du roi de Suède pour leur médiation, 295. — Charles s’opiniâtre davantage à rester, 296. — Les janissaires lui accordent trois jours de répit, 297. — S’offrent de lui servir de fidèles gardes, 298. — Charles les outrage, 299. — Son camp et sa maison sont forcés, ibid. — Sa lutte contre les janissaires, 300. — Il se rend, 302.



Charles XII reconduit à Bender, 303. — Transféré à Démirtash, 304. — Le roi Stanislas est pris dans le même temps par les Turcs, 305. — Charles lui envoie Fabrice, 306. — Sur le point d’être exilé, 307. — Action hardie de Villelongue, 308. — Entrevue du sultan avec Villelongue, 309. — Révolution dans le sérail, 310. — Charles transféré de Démirtash à Demotica, 311. — Histoire du grand vizir Ibrahim Molla, ibid. — Charles reste couché pendant dix mois, 312. — Stade, prise et réduite en cendres par les Danois et les Saxons, ibid. — Stenbock, à la tête de douze mille Suédois, victorieux à Gadebesk, ibid. — Il brûle Altena, 313. — Est fait prisonnier ; malheurs de la Suède, 315. — Ibrahim Molla étranglé ; Ali Coumourgi lui succède, ibid. — Charles se décide enfin à retourner en Suède, 316. — Son départ, 317. — Stanislas se retire dans le duché de Deux-Ponts, 318. — Manière étrange dont Charles opère son voyage, 319. — Son arrivée à Stralsund, 320. — État de l’Europe en 1709, 321. — Disgrâce de Charles, 322. — Succès de Pierre le Grand sur terre et sur mer, 323. — Son triomphe dans Pétersbourg, 324.



Charles marie la princesse sa sœur au prince de Hesse, 326. — Siége du fort de Pennamonder, 327. — Charles assiégé dans Stralsund, 328. — Il attaque le prince d’Anhalt, débarqué dans l’île de Rugen, et manque d’être pris, 330. — Soldats français prisonniers, 332. — Suite du siége de Stralsund, ibid. — Charles XII quitte Stralsund et se sauve en Suède, 333. — N’entre pas à Stockholm, 334. — Passe en Norvége, 335. — Caractère du baron de Görtz, premier ministre, ibid. — Entreprise qu’il médite, 336. — Il demande la paix au czar, 337. — Fait alliance avec les corsaires de Madagascar, 338. — Puis avec le cardinal Albéroni, 339. — Projet de descente en Angleterre, pour y rétablir le prétendant sur le trône, 340. — Görtz voit Pierre le Grand à la Haye, 341. — Ses intrigues découvertes, il est arrêté en Hollande, et Gyllenborg, ambassadeur de Suède, à Londres, ibid. — Charles fait arrêter à Stockholm le résident anglais, 342. — Le czar à Paris, ibid. — Albéroni fait alliance avec lui, 343. — Görtz, relâché, se rend auprès du czar à qui il demande la fille pour le duc de Holstein, 344. — L’île d’Aland choisie pour les conférences de Görtz et d’Osterman, 345. — Görtz met son projet financier à exécution, ibid. — Effet désastreux qui en résulte pour la Suède, 346. — Il se rend exécrable à la nation, ibid. — Le roi lui en marque davantage son amitié, ibid. — Alliance de Charles avec le czar, 347. — Flemming tente de faire enlever Stanislas dans le duché de Deux-Ponts, ibid. — Charles assiége Frédrikhall, 348. — Il est tué, 349. — Son caractère, 351. — Sa religion, 352. — Görtz est décapité, 354.

__________
Notes sur les Remarques de La Motraye