100 percent.svg

Histoire de France (Jules Michelet)/édition 1893/Moyen Âge/Livre 5/Chapitre 1

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Œuvres complètes de J. Michelet
(Histoire de Francep. 1-24).

LIVRE V


CHAPITRE PREMIER

Vêpres siciliennes.


Le fils de saint Louis, Philippe-le-Hardi, revenant de cette triste croisade de Tunis, déposa cinq cercueils aux caveaux de Saint-Denis. Faible et mourant lui-même, il se trouvait héritier de presque toute sa famille. Sans parler du Valois qui lui revenait par la mort de son frère Jean Tristan, son oncle Alphonse lui laissait tout un royaume dans le midi de la France (Poitou, Auvergne, Toulouse, Rouergue, Albigeois, Quercy, Agénois, Comtat). Enfin, la mort du comte de Champagne, roi de Navarre, qui n’avait qu’une fille, mit cette riche héritière entre les mains de Philippe, qui lui fit épouser son fils.

Par Toulouse et la Navarre, par le Comtat, cette grande puissance regardait vers le midi, vers l’Italie et l’Espagne. Mais, tout puissant qu’il était, le fils de saint Louis n’était pas le chef véritable de la maison de France. La tête de cette maison, c’était le frère de saint Louis, Charles d’Anjou. L’histoire de France, à cette époque, est celle du roi de Naples et de Sicile. Celle de son neveu, Philippe III, n’en est qu’une dépendance.

Charles avait usé, abusé d’une fortune inouïe. Cadet de France, il s’était fait comte de Provence, roi de Naples, de Sicile et de Jérusalem, plus que roi, maître et dominateur des papes. On pouvait lui adresser le mot qui fut dit au fameux Ugolin : « Que me manque-t-il ? demandait le tyran de Pise. — Rien que la colère de Dieu. »

On a vu comment il avait trompé la pieuse simplicité de son frère, pour détourner la croisade de son but, pour mettre un pied en Afrique et rendre Tunis tributaire. Il revint le premier de cette expédition faite par ses conseils et pour lui ; il se trouva à temps pour profiter de la tempête qui brisa les vaisseaux des croisés, pour saisir leurs dépouilles sur les rochers de la Calabre, les armes, les habits, les provisions. Il attesta froidement contre ses compagnons, ses frères de la croisade, le droit de bris, qui donnait au seigneur de l’écueil tout ce que la mer lui jetait.

C’est ainsi qu’il avait recueilli le grand naufrage de l’Empire et de l’Église. Pendant près de trois ans, il fut comme pape en Italie, ne souffrant pas que l’on nommât un pape après Clément IV. Clément, pour vingt mille pièces d’or que le Français lui promettait de revenus, se trouvait avoir livré, non seulement les Deux-Siciles, mais l’Italie entière. Charles s’était fait nommer par lui sénateur de Rome et vicaire impérial en Toscane. Plaisance, Crémone, Parme, Modène, Ferrare et Reggio, plus tard même Milan, l’avaient accepté pour seigneur, ainsi que plusieurs villes du Piémont et de la Romagne. Toute la Toscane l’avait choisi pour pacificateur. « Tuez-les tous », disait ce pacificateur aux Guelfes de Florence qui lui demandaient ce qu’il fallait faire des Gibelins prisonniers[1].

Mais l’Italie était trop petite. Il ne s’y trouvait pas à l’aise. De Syracuse il regardait l’Afrique, d’Otrante l’empire grec. Déjà il avait donné sa fille au prétendant latin de Constantinople, au jeune Philippe, empereur sans empire.

Les papes avaient lieu de se repentir de leur triste victoire sur la maison de Souabe. Leur vengeur, leur cher fils, était établi chez eux et sur eux. Il s’agissait désormais de savoir comment ils pourraient échapper à cette terrible amitié. Ils sentaient avec effroi l’irrésistible force, l’attraction maligne que la France exerçait sur eux. Ils voulaient, un peu tard, s’attacher l’Italie. Grégoire X essayait d’assoupir les factions que ses prédécesseurs avaient nourries si soigneusement ; il demandait qu’on supprimât les noms de Guelfes et de Gibelins. Les papes avaient toujours combattu les empereurs d’Allemagne et de Constantinople ; Grégoire se déclara l’ami des deux empires. Il proclama la réconciliation de l’Église grecque. Il vint à bout de terminer le grand interrègne d’Allemagne, faisant du moins nommer un empereur tel quel, un simple chevalier dont la maigre et chauve figure, dont les coudes percés, rassuraient les princes électeurs contre ce nom d’empereur naguère si formidable. Ce pauvre empereur fut pourtant Rodolphe de Habsbourg ; sa maison fut la maison d’Autriche, fondée ainsi par les papes contre celle de France[2].

Le plan de Grégoire X était de mener lui-même l’Europe à la croisade avec son nouvel empereur, de relever ainsi l’Empire et la Papauté. Nicolas III, Romain, et de la maison Orsini, eut un autre projet : il voulait fonder en faveur des siens un royaume central d’Italie. Il saisit le moment où Rodolphe venait de remporter sa grande victoire sur le roi de Bohême. Il intimida Charles par Rodolphe. Le roi de Naples, qui ne rêvait que Constantinople, sacrifia le titre de sénateur de Rome et de vicaire impérial. Et cependant Nicolas signait secrètement avec l’Aragon et les Grecs une ligue pour le renverser.

Conjuration au dehors, conjuration au dedans. Les Italiens se croient maîtres en ce genre. Ils ont toujours conspiré, rarement réussi ; mais pour ce peuple artiste une telle entreprise était une œuvre d’art où il se complaisait, un drame sans fiction, une tragédie réelle. Ils y cherchaient l’effet du drame. Il y fallait de nombreux spectateurs, une occasion solennelle, une grande fête, par exemple ; le théâtre était souvent un temple, le moment celui de l’Élévation[3].

La conjuration dont nous allons parler était bien autre chose que celle des Pazzi, des Olgiati. Il ne s’agissait pas de donner un coup de poignard, et de se faire tuer en tuant un homme, ce qui d’ailleurs ne sert jamais à rien. Il fallait remuer le monde et la Sicile, conspirer et négocier, encourager l’une par l’autre la ligue et l’insurrection ; il fallait soulever un peuple et le contenir, organiser toute une guerre, sans qu’il y parût. Cette entreprise, si difficile, était aussi de toutes la plus juste ; il s’agissait de chasser l’étranger.

La forte tête qui conçut cette grande chose et la mena à bout, une tête froidement ardente, durement opiniâtre et astucieuse, comme on en trouve dans le Midi, ce fut un Calabrois, un médecin[4]. Ce médecin était un seigneur de la cour de Frédéric II. II était seigneur de l’île de Prochyta, et comme médecin il avait été l’ami, le confident de Frédéric et de Manfred. Pour plaire à ces libres penseurs du treizième siècle, il fallait être médecin, arabe ou juif. On entrait chez eux par l’école de Salerne plutôt que par l’Église. Vraisemblablement, cette école apprenait à ses adeptes quelque chose de plus que les innocentes prescriptions qu’elle nous a laissées dans ses vers léonins.

Après la ruine de Manfred, Procida se réfugia en Espagne. Examinons quelle était la situation des divers royaumes espagnols, ce qu’on pouvait attendre d’eux contre la maison de France.

D’abord, la Navarre, le petit et vénérable berceau de l’Espagne chrétienne, était sous la main de Philippe III. Le dernier roi national avait appelé contre les Castillans les Maures, puis les Français. Son neveu, Henri, comte de Champagne, n’ayant qu’une fille, remit en mourant cette enfant au roi de France, qui, comme nous l’avons dit, la donna à son fils. Philippe III, qui venait d’hériter de Toulouse, se trouvait bien près de l’Espagne. Il n’avait, ce semble, qu’à descendre des pors des Pyrénées dans sa ville de Pampelune, et prendre le chemin de Burgos.

Mais l’expérience a prouvé qu’on ne prend pas l’Espagne ainsi. Elle garde mal sa porte ; mais tant pis pour qui entre. Le vieux roi de Castille, Alphonse X, beau-père et beau-frère du roi de France, voulut en vain laisser son royaume aux fils de son aîné, qui, par leur mère, étaient fils de saint Louis. Alphonse n’avait pas bonne réputation chez son peuple, ni comme Espagnol, ni comme chrétien. Grand clerc, livré aux mauvaises sciences de l’alchimie et de l’astrologie, il s’enfermait toujours avec ses juifs[5], pour faire de la fausse monnaie[6], ou de fausses lois, pour altérer d’un mélange romain le droit gothique[7]. Il n’aimait pas l’Espagne ; sa manie était de se faire empereur. Et l’Espagne le lui rendait bien. Les Castillans se donnèrent eux-mêmes pour roi, conformément au droit des Goths, le second fils d’Alphonse, Sanche-le-Brave, le Cid de ce temps-là[8]. Déshérité par son père, menacé à la fois par les Français et par les Maures, de plus excommunié par le pape pour avoir épousé sa parente, Sanche fit tête à tout, et garda sa femme et son royaume. Le roi de France fit de grandes menaces, rassembla une grande armée, prit l’oriflamme, entra en Espagne jusqu’à Salvatierra. Là, il s’aperçut qu’il n’avait ni vivres ni munitions, et ne put avancer.

C’était une glorieuse époque pour l’Espagne. Le roi d’Aragon, D. Jayme, fils du roi troubadour qui périt à Muret en défendant le comte de Toulouse, venait de conquérir sur les Maures les royaumes de Majorque et de Valence. D. Jayme avait, telle est l’emphase espagnole, gagné trente-trois batailles, fondé ou repris deux mille églises. Mais il avait, dit-on, encore plus de maîtresses que d’églises. Il refusait au pape le tribut promis par ses prédécesseurs. Il avait osé faire épouser à son fils D. Pedro la propre fille de Manfred, le dernier rejeton de la maison de Souabe.

Les rois d’Aragon, toujours guerroyant contre Maures ou chrétiens, avaient besoin d’être aimés de leurs hommes, et l’étaient. Lisez le portrait qu’en a tracé le brave et naïf Ramon Muntaner, l’historien soldat, comme ils rendaient bonne justice, comme ils acceptaient les invitations de leurs sujets, comme ils mangeaient en public devant tout le monde, acceptant, dit-il, ce qu’on leur offrait, fruit, vin ou autre chose, et ne faisant pas difficulté d’en goûter[9]. Muntaner oublie une chose, c’est que ces rois si populaires n’étaient pas renommés pour leur loyauté. C’étaient de rusés montagnards d’Aragon, de vrais Almogavares, demi-Maures, pillant amis et ennemis.

Ce fut près du jeune roi D. Pedro que se retira d’abord le fidèle serviteur de la maison de Souabe, près de la fille de ses maîtres, la reine Constance. L’Aragonais le reçut bien, lui donna des terres et des seigneuries. Mais il accueillit froidement ses conseils belliqueux contre la maison de France ; les forces étaient trop disproportionnées. La haine de la chrétienté contre cette maison avait besoin d’augmenter encore. Il aima mieux refuser et attendre. Il laissa l’aventurier agir, sans se compromettre. Pour éviter tout soupçon de connivence, Procida vendit ses biens d’Espagne et disparut. On ne sut ce qu’il était devenu.

Il était parti secrètement en habit de franciscain. Cet humble déguisement était aussi le plus sûr. Ces moines allaient partout : ils demandaient, mais vivaient de peu, et partout étaient bien reçus. Gens d’esprit, de ruse et de faconde, ils s’acquittaient discrètement de maintes commissions mondaines. L’Europe était remplie de leur activité. Messagers et prédicateurs, diplomates parfois, ils étaient alors ce que sont aujourd’hui la poste et la presse. Procida prit donc la sale robe des Mendiants, et s’en alla humblement et pieds nus chercher par le monde des ennemis à Charles d’Anjou.

Les ennemis ne manquaient pas. Le difficile était de les accorder et de les faire agir de concert et à temps. D’abord il se rend en Sicile, au volcan même de la révolution, voit, écoute et observe. Les signes de l’éruption prochaine étaient visibles, rage concentrée, sourd bouillonnement, et le murmure et le silence. Charles épuisait ce malheureux peuple pour en soumettre un autre. Tout était plein de préparatifs et de menaces contre les Grecs. Procida passe à Constantinople, il avertit Paléologue, lui donne des renseignements précis. Le roi de Naples avait déjà fait passer trois mille hommes à Durazzo. Il allait suivre avec cent galères et cinq cents bâtiments de transport. Le succès de l’affaire était sûr, puisque Venise ne craignait pas de s’y engager. Elle donnait quarante galères avec son doge, qui était encore un Dandolo. La quatrième croisade allait se renouveler. Paléologue éperdu ne savait que faire. « Que faire ? donnez-moi de l’argent. Je vous trouverai un défenseur qui n’a pas d’argent, mais qui a des armes. »

Procida emmena avec lui un secrétaire de Paléologue, le conduisit en Sicile, le montra aux barons siciliens, puis au pape, qu’il vit secrètement au château de Soriano. L’empereur grec voulait avant tout la signature du pape, avec lequel il était tout nouvellement réconcilié. Mais Nicolas hésitait à s’embarquer dans une si grande affaire. Procida lui donna de l’argent. Selon d’autres, il lui suffit de rappeler à ce pontife, Romain et Orsini de naissance, une parole de Charles d’Anjou. Quand le pape voulait donner sa nièce Orsini au fils de Charles d’Anjou, Charles avait dit : « Croit-il, parce qu’il a des bas rouges, que le sang de ses Orsini peut se mêler au sang de France ? »

Nicolas signa, mais mourut bientôt. Tout l’ouvrage semblait rompu et détruit. Charles se trouvait plus puissant que jamais. Il réussit à avoir un pape à lui. Il chassa du conclave les cardinaux gibelins et fit nommer un Français, un ancien chanoine de Tours, servile et tremblante créature de sa maison. C’était se faire pape soi-même. Il redevint sénateur de Rome ; il mit garnison dans tous les États de l’Église. Cette fois le pape ne pouvait lui échapper. Il le gardait avec lui à Viterbe, et ne le perdait pas de vue. Lorsque les malheureux Siciliens vinrent implorer l’intervention du pape auprès de leur roi, ils virent leur ennemi près de leur juge, le roi siégeant à côté du pape. Les députés, qui étaient pourtant un évêque et un moine, furent, pour toute réponse, jetés dans un cul de basse-fosse.

La Sicile n’avait pas de pitié à attendre de Charles d’Anjou. Cette île, à moitié arabe, avait tenu opiniâtrement pour les amis des Arabes, pour Manfred et sa maison. Toute insulte que les vainqueurs pouvaient faire au peuple sicilien ne leur semblait que représailles. On connaît la pétulance des Provençaux, leur brutale jovialité. S’il n’y eût eu encore que l’antipathie nationale et l’insolence de la conquête, le mal eût pu diminuer. Mais ce qui menaçait d’augmenter, de peser chaque jour davantage, c’était un premier, un inhabile essai d’administration, l’invasion de la fiscalité, l’apparition de la finance dans le monde de l’Odyssée et de l’Énéide. Ce peuple de laboureurs et de pasteurs avait gardé sous toute domination quelque chose de l’indépendance antique. Il avait eu jusque-là des solitudes dans la montagne, des libertés dans le désert. Mais voilà que le fisc explore toute l’île. Curieux voyageur, il mesure la vallée, escalade le roc, estime le pic inaccessible. Le percepteur dresse son bureau sous le châtaignier de la montagne ou poursuit, enregistre le chevrier errant aux corniches des rocs entre les laves et les neiges.

Tâchons de démêler la plainte de la Sicile à travers cette forêt de barbarismes et de solécismes, par laquelle écume et se précipite la torrentueuse éloquence de Barthélemi de Néocastro : « Que dire de leurs inventions inouïes ? de leurs décrets sur les forêts ? de l’absurde interdiction du rivage ? de l’exagération inconcevable du produit des troupeaux ? Lorsque tout périssait de langueur sous les lourdes chaleurs de l’automne, n’importe, l’année était toujours bonne, la moisson abondante… Il frappait tout à coup une monnaie d’argent pur, et pour un denier sicilien s’en faisait ainsi payer trente… Nous avions cru recevoir un roi du Père des Pères, nous avions reçu l’Anti-Christ[10]. »

« Il fallait, dit un autre, représenter chaque troupeau au bout de l’an ; et, en outre, plus de petits que le troupeau n’en pouvait produire. Les pauvres laboureurs pleuraient. C’était une terreur universelle chez les bouviers, les chevriers, chez tous les pasteurs. On les rendait responsables de leurs abeilles, même de l’essaim que le vent emporte. On leur défendait la chasse, et puis on allait en cachette porter dans leurs huttes des peaux de cerfs ou de daims pour avoir droit de confisquer. Toutes les fois qu’il plaisait au roi de frapper monnaie neuve, on sonnait de la trompette dans toutes les rues ; et de porte en porte il fallait livrer l’argent[11]… »

Voilà le sort de la Sicile depuis tant de siècles. C’est toujours la vache nourrice, épuisée de lait et de sang par un maître étranger. Elle n’a eu d’indépendance, de vie forte que sous ses tyrans, les Denys, les Gélon. Eux seuls la rendirent formidable au dehors. Depuis, toujours esclave. Et d’abord, c’est chez elle que se sont décidées toutes les grandes querelles du monde antique : Athènes et Syracuse, la Grèce et Carthage, Carthage et Rome ; enfin les Guerres serviles. Toutes ces batailles solennelles du genre humain ont été combattues en vue de l’Etna, comme un jugement de Dieu par-devant l’autel. Puis viennent les Barbares, Arabes, Normands, Allemands. Chaque fois la Sicile espère et désire, chaque fois elle souffre ; elle se tourne, se retourne, comme Encelade sous le volcan. Faiblesse, désharmonie incurable d’un peuple de vingt races, sur qui pèse si lourdement une double fatalité d’histoire et de climat.

Tout cela ne paraît que trop bien dans la belle et molle lamentation par laquelle Falcando commence son histoire[12] : « Je voulais, mon ami, maintenant que l’âpre hiver a cédé sous un souffle plus doux, je voulais t’écrire et t’adresser quelque chose d’aimable, comme prémices du printemps. Mais la lugubre nouvelle me fait prévoir de nouveaux orages ; mes chants se changent en pleurs. En vain le ciel sourit, en vain les jardins et les bocages m’inspirent une joie importune, et le concert renouvelé des oiseaux m’engage à reprendre le mien. Je ne puis voir sans larmes la prochaine désolation de ma bonne nourrice, la Sicile… — Lequel embrasseront-ils du joug ou de l’honneur ! Je cherche en silence, et ne sais que choisir… — Je vois que dans le désordre d’un tel moment, nos Sarrasins sont opprimés. Ne vont-ils pas seconder l’ennemi ?… Oh ! si tous, Chrétiens et Sarrasins, s’accordaient pour élire un roi !… — Qu’à l’orient de l’île, nos brigands siciliens combattent les barbares, parmi les feux de l’Etna et les laves, à la bonne heure. Aussi bien c’est une race de feu et de silex. Mais l’intérieur de la Sicile, mais la contrée qu’honore notre belle Palerme, ce serait chose impie, monstrueuse, qu’elle fût souillée de l’aspect des barbares… Je n’espère rien des Apuliens, qui n’aiment que nouveauté. Mais toi, Messine, cité puissante et noble, songes-tu donc à te défendre, à repousser l’étranger du détroit ? Malheur à toi, Catane ! Jamais, à force de calamités, tu n’as pu satisfaire et fléchir la fortune. Guerre, peste, torrents enflammés de l’Etna, tremblement de terre et ruines ; il ne te manque plus que la servitude. Allons, Syracuse, secoue la paix, si tu peux ; cette éloquence dont tu te pares, emploie-la à relever le courage des tiens. Que te sert de t’être affranchie des Denys ?… Ah ! qui nous rendra nos tyrans !… J’en viens maintenant à toi, ô Palerme, tête de la Sicile ! Comment te passer sous silence, et comment te louer dignement !… » Mais dès que Falcando a nommé la belle Palerme, il ne pense plus à autre chose, il oublie les barbares et toutes ses craintes. Le voilà qui décrit insatiablement la voluptueuse cité, ses palais fantastiques, son port, ses merveilleux jardins, soyeux mûriers, orangers, citronniers, cannes à sucre. Le voilà perdu dans les fruits et les fleurs. La nature l’absorbe, il rêve, il a tout oublié. Je crois entendre dans sa prose l’écho de la poésie paresseuse, sensuelle et mélancolique de l’idylle grecque : « Je chanterai sous l’antre, en te tenant dans mes bras, et regardant les troupeaux qui s’en vont paissant vers les bords de la mer de Sicile[13]. »

C’était le lundi, 30 mars 1282, le lundi de Pâques. En Sicile, c’est déjà l’été, comme on dirait chez nous la Saint-Jean, quand la chaleur est déjà lourde, la terre moite et chaude, qu’elle disparaît sous l’herbe, l’herbe sous les fleurs. Pâques est un voluptueux moment dans ces contrées. Le carême finit, l’abstinence aussi ; la sensualité s’éveille ardente et âpre, aiguisée de dévotion. Dieu a eu sa part, les sens prennent la leur. Le changement est brusque ; toute fleur perce la terre, toute beauté brille. C’est une triomphante éruption de vie, une revanche de la sensualité, une insurrection de la nature.

Ce jour donc, ce lundi de Pâques, tous et toutes montaient, selon la coutume, de Palerme à Monréale, pour entendre vêpres, par la belle colline. Les étrangers étaient là pour gâter la fête. Un si grand rassemblement d’hommes ne laissait pas de les inquiéter. Le vice-roi avait défendu déporter les armes et de s’y exercer, comme c’était l’usage dans ces jours-là. Peut-être avait-il remarqué l’affluence des nobles ; en effet, Procida avait eu l’adresse de les réunir à Palerme ; mais il fallait l’occasion. Un Français la donna mieux que Procida n’eût souhaité. Cet homme, nommé Drouet, arrête une belle fille de la noblesse que son fiancé et toute sa famille menaient à l’église. Il fouille le fiancé et ne trouve pas d’armes ; puis il prétend que la fille en a sous ses habits, et il porte la main sous sa robe. Elle s’évanouit. Le Français est à l’instant désarmé, tué de son épée. Un cri s’élève : « A mort, à mort les Français ![14] » Partout on les égorge. Les maisons françaises étaient, dit-on, marquées d’avance[15]. Quiconque ne pouvait prononcer le c ou ch italien (ceci, ciceri), était tué à l’instant[16]. On éventra des femmes siciliennes pour chercher dans leur sein un enfant français.

Il fallut tout un mois pour que les autres villes, rassurées par l’impunité de Palerme, imitassent son exemple. L’oppression avait pesé inégalement. Inégale aussi fut la vengeance, et quelquefois il y eut dans le peuple une capricieuse magnanimité[17]. A Palerme même, le vice-roi, surpris dans sa maison, avait été outragé, mais non tué ; on voulait le renvoyer à Aigues-Mortes. A Calatafimi, les habitants épargnèrent leur gouverneur, l’honnête Porcelet, et le laissèrent aller avec sa famille. Peut-être était-ce crainte des vengeances de Charles d’Anjou. Le peuple était déjà refroidi et découragé, telle est la mobilité méridionale. Les habitants de Palerme envoyèrent au pape deux religieux pour demander grâce. Ces députés n’osèrent dire autre chose que ces paroles des litanies : Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, miserere nobis. Et ils répétèrent ces mots trois fois. Le pape répondit en prononçant, par trois fois aussi, ce verset de la Passion : Ave, rex Judæorum, et dabant ei alapam. Messine ne réussit pas mieux auprès de Charles d’Anjou. Il répondit à ses envoyés qu’ils étaient tous des traîtres à l’Église et à la couronne, et leur conseilla de se bien défendre, comme ils pourraient[18].

Les gens de Messine se hâtèrent de profiter de l’avis. Tout fut préparé pour faire une résistance désespérée. Hommes, femmes et enfants, tous portaient des pierres. Ils élevèrent un mur en trois jours, et repoussèrent bravement les premières attaques. Il en resta une petite chanson : « Ah ! n’est-ce pas grand’pitié des femmes de Messine de les voir échevelées et portant pierre et chaux ?… Qui veut gâter Messine, Dieu lui donne trouble et travail. »

Il était temps toutefois que l’Aragonais arrivât. Le prince rusé s’était tenu d’abord en observation, laissant les risques aux Siciliens. Ceux-ci s’étaient irrévocablement compris par le massacre ; mais comment allaient-ils soutenir cet acte irréfléchi, c’est ce que D. Pedro voulut voir. Il se tenait toutefois en Afrique avec une armée, et faisait mollement la guerre aux infidèles. Cet armement avait inquiété le roi de France et le pape. Il rassura le premier en prétextant la guerre des Maures, et pour le mieux tromper, il lui emprunta de l’argent ; il en emprunta même à Charles d’Anjou[19]. Ses barons ne purent ouvrir qu’en mer les ordres cachetés qu’il leur avait donnés, et ils n’y lurent rien que la guerre d’Afrique[20]. Ce ne fut qu’au bout de plusieurs mois, et lorsqu’il eut reçu deux députations des Siciliens, qu’il se décida et passa dans l’île[21].

L’Aragonais envoya son défi devant Messine à Charles d’Anjou, mais il ne se pressa pas d’aller se mettre en face de son terrible ennemi. En bon toreador, il piqua, mais éluda le taureau. Seulement il expédia au secours de la ville quelques-uns de ses brigands almogavares, lestes et sobres piétons qui firent en trois jours les six journées qu’il y a de Palerme à Messine[22]. La flotte catalane, sous le Calabrois Roger de Loria, était un secours plus efficace. Elle devait occuper le détroit, affamer Charles d’Anjou, lui fermer le retour. Le roi de Naples se défiait avec raison de ses forces de mer. Il repassa le détroit pendant la nuit, sans pouvoir enlever ni ses tentes ni ses provisions. Au matin, les Messinois émerveillés ne virent plus d’ennemis. Ils n’eurent plus qu’à piller le camp.

Si l’on en croit Muntaner, les Catalans n’avaient que vingt-deux galères contre les quatre-vingt-dix de Charles d’Anjou. Sur celles-ci, il y en avait dix de Pise qui s’enfuirent les premières, quinze de Gênes qui les suivirent. Les Provençaux, sujets de Charles, en avaient vingt, et ne tinrent pas davantage. Les quarante-cinq qui restèrent, étaient de Naples et de Calabre ; elles se crurent perdues, et se jetèrent à la côte. Mais les Catalans les poursuivirent, les prirent, y tuèrent six mille hommes. Les vainqueurs, écartés par la tempête, se trouvèrent à la pointe du jour devant le phare de Messine.

« Quand le jour fut arrivé, ils se présentèrent à la tourelle. Les gens de la ville, voyant un si grand nombre de voiles, s’écrièrent : « Ah ! Seigneur ! ah ! mon Dieu, qu’est-ce cela ? Voilà la flotte du roi Charles qui, après s’être emparée des galères du roi d’Aragon, revient sur nous. »

« Le roi était levé, car il se levait constamment à l’aube du jour, soit l’été, soit l’hiver ; il entendit le bruit, et en demanda la cause. « Pourquoi ces cris dans toute la cité ? — Seigneur, c’est la flotte du roi Charles qui revient bien plus considérable et qui s’est emparée de nos galères. »

« Le roi demanda un cheval et sortit du palais, suivi à peine de dix personnes. Il courut le long de la côte, où il rencontra un grand nombre d’hommes, de femmes et d’enfants au désespoir. Il les encouragea en leur disant : « Bonnes gens, ne craignez rien, ce sont nos galères qui amènent la flotte du roi Charles. » Il répétait ces mots en courant sur le rivage de la mer ; et tous ces gens s’écriaient : « Dieu veuille que cela soit ainsi ! » Que vous dirai-je, enfin ? Tous les hommes, les femmes et enfants de Messine couraient après lui, et l’armée de Messine le suivait aussi. Arrivé à la Fontaine d’Or, le roi, voyant approcher une si grande quantité de voiles poussées par le vent des montagnes, réfléchit un moment et dit à part soi : « Dieu, qui m’a conduit ici, ne m’abandonnera point, non plus que ce malheureux peuple ; grâces lui en soient rendues ! »

« Tandis qu’il était dans ces pensées, un vaisseau armé, pavoisé des armes du seigneur roi d’Aragon, et monté par En Cortada, vint devers le roi, que l’on voyait au-dessus de la Fontaine d’Or, enseignes déployées, à la tête de la cavalerie. Si tous ceux qui étaient là avec le roi furent transportés de joie, en apercevant ce vaisseau avec sa bannière, c’est ce qu’il ne faut pas demander. Le vaisseau prit terre, En Cortada débarqua et dit au roi : « Seigneur, voilà vos galères ; elles vous amènent celles de vos ennemis. Nicotera est prise, brûlée et détruite, et il a péri plus de deux cents chevaliers français. » A ces mots, le roi descendit de cheval et s’agenouilla. Tout le monde suivit son exemple. Ils commencèrent à entonner tous ensemble le Salve regina. Ils louèrent Dieu, et lui rendirent grâces de cette victoire, car ils ne la rapportaient point à eux, mais à Dieu seul. Enfin, le roi répondit à En Cortada : « Soyez le bienvenu ! » Il lui dit ensuite de retourner sur ses pas, et de dire à tous ceux qui se trouvaient devant la douane de s’approcher en louant Dieu ; il obéit, et les vingt-deux galères entrèrent les premières, traînant après elles chacune plus de quinze galères, barques ou bâtiments ; ainsi elles firent leur entrée à Messine, pavoisées, l’étendard déployé, et traînant sur la mer les enseignes ennemies. Jamais on ne fut témoin d’une telle allégresse. On eût dit que le ciel et la terre étaient confondus ; et au milieu de tous ces cris, on entendait les louanges de Dieu, de madame Sainte Marie et de toute la cour céleste… Quand on fut à la douane, devant le palais du roi, on poussa des cris de joie ; et les gens de mer et les gens de terre y répondirent, mais d’une telle force, vous pouvez m’en croire, qu’on les entendait de la Calabre[23]. »

Charles d’Anjou vit du rivage le désastre de sa flotte. Il vit incendier sans pouvoir les défendre ces vaisseaux, construits naguère pour la conquête de Constantinople. On dit qu’il mordait de rage le sceptre qu’il tenait à la main, et qu’il répétait le mot qu’il avait déjà dit en apprenant le massacre : « Ah, sire Dieu, moult m’avez offert à surmonter ! Puisqu’il vous plaît de me faire fortune mauvaise, qu’il vous plaise aussi que la descente se fasse à petits pas et doucement[24]. »

Mais l’orgueil l’emporta bientôt sur cette résignation. Charles d’Anjou, déjà vieux et pesant, proposa au jeune roi d’Aragon de décider leur querelle par un combat singulier, auquel auraient pris part cent chevaliers des deux royaumes. L’Aragonais accepta une proposition si favorable au plus faible, et qui lui donnait du temps[25]. Les deux rois s’engagèrent à se trouver à Bordeaux le 15 mai 1283, et à combattre dans cette ville, sous la protection du roi d’Angleterre. A l’époque indiquée, D. Pedro bien monté, voyageant de nuit, et guidé par un marchand de chevaux qui connaissait toutes les routes, tous les pors des Pyrénées, se rendit, lui troisième, à Bordeaux. Il y arriva le jour même de la bataille, protesta devant un notaire que le roi de France étant près de Bordeaux avec ses troupes, il n’y avait pas de sûreté pour lui. Pendant que le notaire écrivait, le roi fit le tour de la lice, puis il piqua son cheval, et fit sans s’arrêter près de cent milles sur la route d’Aragon.

Charles d’Anjou, ainsi joué, prépara une nouvelle armée en Provence. Mais avant qu’il fût de retour à Naples, l’amiral Roger de Loria lui avait porté le coup le plus sensible. Il vint avec quarante-cinq galères parader devant le port de Naples, et braver Charles-le-Boiteux, le fils de Charles d’Anjou. Le jeune prince et ses chevaliers ne tinrent pas à un tel outrage. Ils sortirent avec trente-cinq galères qu’ils avaient dans le port. Au premier choc, ils furent défaits et pris. Charles d’Anjou arriva le lendemain. « Que n’est-il mort ! » s’écria-t-il, quand on lui apprit la captivité de son fils[26]. Il se donna la consolation de faire pendre cent cinquante Napolitains.

Le roi de Naples avait été rudement frappé de ce dernier coup. Son activité l’abandonnait. Il perdit l’été à négocier par l’entremise du pape un arrangement avec les Siciliens. L’hiver, il fit de nouveaux préparatifs ; mais ils ne devaient pas lui servir. La vie lui échappait, ainsi que l’espoir de la vengeance. Il mourut avec la piété et la sécurité d’un saint, se rendant ce témoignage qu’il n’avait fait la conquête du royaume de Sicile que pour le service de l’Église. (7 janvier 1285.)

Cependant le pape, tout Français de naissance et de cœur, avait déclaré D. Pedro déchu de son royaume d’Aragon (1283), assurant les indulgences de la croisade à quiconque lui courrait sus. L’année suivante il adjugea ce royaume au jeune Charles-de-Valois, second fils de Philippe-le-Hardi, et frère de Philippe-le-Bel. Ce fut en effet une vraie croisade. La France n’avait point guerroyé depuis longtemps. Tout le monde voulut en être, la reine elle-même et beaucoup de nobles dames. L’armée se trouva la plus forte qui fût jamais sortie de France depuis Godefroi de Bouillon. Les Italiens la portent à vingt mille chevaliers, quatre mille fantassins. Les flottes de Gênes, de Marseille, d’Aigues-Mortes et de Narbonne devaient suivre les rivages de Catalogne, et seconder les troupes de terre. Tout promettait un succès facile. D. Pedro se trouvait abandonné de son allié, le roi de Castille, et de son frère même, le roi de Majorque. Ses sujets venaient de former une hermandad contre lui. Il se trouva réduit à quelques Almogavares, avec lesquels il occupait les positions inattaquables, observant et inquiétant l’ennemi. Elna fit quelque résistance, et tout y fut cruellement massacré. Girone résista davantage. Le roi de France, qui avait fait vœu de la prendre, s’y obstina, et y perdit un temps précieux. Peu à peu le climat commença à faire sentir son influence malfaisante. Des fièvres se mirent dans l’armée. Le découragement augmenta par la défaite de l’armée navale ; l’amiral vainqueur, Roger de Loria, exerça sur les prisonniers d’effroyables cruautés. Il fallut songer à la retraite, mais tout le monde était malade ; les soldats se croyaient poursuivis par les saints dont ils avaient violé les tombeaux. Tous les passages étaient occupés. Les Almogavares, attirés par le butin, croissaient en nombre à vue d’œil. Le roi revenait mourant sur un brancard au milieu de ses chevaliers languissants. La pluie tombait à torrents sur cette armée de malades. La plupart restèrent en route. Le roi atteignit Perpignan, mais pour y mourir. Il ne lui restait pas un pouce de terre en Espagne.

Le nouveau roi, Philippe-le-Bel, trouva moyen d’armer le roi de Castille contre son allié d’Aragon. Le fils de Charles d’Anjou obtint sa liberté avec un parjure. La Sicile et ses nouveaux rois, cadets de la maison d’Aragon, se virent abandonnés de la branche aînée, qui prit même les armes contre eux. Cependant le petit-fils de Charles d’Anjou, fils de Charles-le-Boiteux, fut pris par les Siciliens, comme son père l’avait été. Un traité suivit (1299), d’après lequel le roi Frédéric devait garder l’île sa vie durant. Mais ses descendants l’ont gardée pendant plus d’un siècle.

Cette royauté de Naples, si mal acquise, ne fut pas renversée entièrement, mais du moins mutilée et humiliée. Il y eut quelque réparation pour les morts. « Le pieux Charles, aujourd’hui régnant (le fils de Charles d’Anjou), dit un chroniqueur qui mourut vers l’an 1300, a construit une église de Carmes sur les tombeaux de Conradin et de ceux qui périrent avec lui[27]. »

  1. On n’épargna qu’un enfant qu’on envoya au roi de Naples, et qui mourut en prison dans la tour de Capoue.
  2. Schmidt.
  3. Ce fut en effet ce moment que prirent les Pazzi pour assassiner les Médicis, et Olgiati pour tuer Jean Galeas Sforza.
  4. Procida était tellement distingué comme médecin, qu’un noble napolitain demanda à Charles II d’aller trouver Procida en Sicile pour se faire guérir d’une maladie.
  5. Les rois d’Espagne les employaient de préférence aux treizième et quatorzième siècles. Les Aragonais se plaignaient aussi à la même époque des trésoriers et receveurs « que eran judios ». (Curita.)
  6. Ferreras.
  7. App. 1.
  8. C’est ce Sanche qui répondait aux menaces de Miramolin : « Je tiens le gâteau d’une main et le bâton de l’autre ; tu peux choisir. » (Ferreras.) — Il se sentit assez populaire pour ôter toute exemption d’impôt aux nobles et aux ordres militaires.
  9. App. 2.
  10. App. 3.
  11. Nic. Specialis.
  12. App. 4.
  13. Théocrite.
  14. « Moriantur Galli. » (Bartolomeo.)
  15. App. 5.
  16. Simple tradition.
  17. Fazello assure que Sperlinga fut la seule ville qui ne massacra pas les Francs. De là le dicton sicilien : « Quod Siculis placuit, sola Sperlinga negavit. »
  18. App. 6.
  19. Villani.
  20. Muntaner.
  21. App. 7.
  22. « Ce que les autres ne pouvaient supporter était pour eux comme régal et passe-temps… Leur extérieur était étrange et sauvage, et comme ils étaient très noirs, maigres et mal peignés, les Siciliens étaient en grande admiration et souci, ne voyant venir qu’eux pour défenseurs… » (Curita.)
  23. Muntaner.
  24. « … Piacciati, che’l mio calare sia a petit passi. » (Villani.)
  25. App. 8.
  26. « Lo re Carlo… disse con irato animo : Or fostil mort, porse qu’il a fali nostre mandement. » (Villani.)
  27. Ricobald. Ferrar.