Histoire de France (Jules Michelet)/édition 1893/Moyen Âge/Livre 4/Chapitre 6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres complètes de J. Michelet
(Histoire de France, édition 1893p. ch. 6-353).

CHAPITRE VI

Innocent III. — Le pape prévaut, par les armes des Français du Nord, sur le roi d’Angleterre et l’empereur d’Allemagne, sur l’empire grec et sur les Albigeois. — Grandeur du roi de France.

La face du monde était sombre à la fin du douzième siècle. L’ordre ancien était en péril, et le nouveau n’avait pas commencé. Ce n’était plus la lutte matérielle du pape et de l’empereur, se chassant alternativement de Rome, comme au temps d’Henri IV et de Grégoire VII. Au onzième siècle, le mal était à la superficie, en 1200 au cœur. Un mal profond, terrible, travaillait le christianisme. Qu’il eût voulu revenir à la querelle des investitures, et n’avoir à combattre que sur la question du bâton droit ou courbé ! Alexandre III lui-même, le chef de la ligue lombarde, n’avait osé appuyer Thomas Becket ; il avait défendu les libertés italiennes, et trahi celle d’Angleterre. Ainsi l’Église allait s’isoler du grand mouvement du monde. Au lieu de le guider et le devancer, comme elle avait fait jusqu’alors, elle s’efforçait de l’immobiliser, ce mouvement, d’arrêter le temps au passage, de fixer la terre qui tournait sous elle et qui l’emportait. Innocent III parut y réussir ; Boniface VIII périt dans l’effort.

Moment solennel, et d’une tristesse infinie. L’espoir de la croisade avait manqué au monde. L’autorité ne semblait plus inattaquable ; elle avait promis, elle avait trompé. La liberté commençait à poindre, mais sous vingt aspects fantastiques et choquants, confuse et convulsive, multiforme, difforme. La volonté humaine enfantait chaque jour, et reculait devant ses enfants. C’était comme dans les jours séculaires de la grande semaine de la création : la nature, s’essayant, jeta d’abord des produits bizarres, gigantesques, éphémères, monstrueux avortons dont les restes inspirent l’horreur.

Une chose perçait dans cette mystérieuse anarchie du douzième siècle, qui se produisait sous la main de l’Église irritée et tremblante : c’était un sentiment prodigieusement audacieux de la puissance morale et de la grandeur de l’homme. Ce mot hardi des Pélagiens : Christ n’a rien eu de plus que moi, je puis me diviniser par la vertu, il est reproduit au douzième siècle sous forme barbare et mystique. L’homme déclare que la fin est venue, qu’en lui-même est cette fin ; il croit à soi, et se sent Dieu ; partout surgissent des messies. Et ce n’est pas seulement dans l’enceinte du christianisme, mais dans le mahométisme même, ennemi de l’incarnation, l’homme se divinise et s’adore. Déjà les Fatemites d’Égypte en ont donné l’exemple. Le chef des Assassins déclare aussi qu’il est l’iman si longtemps attendu, l’esprit incarné d’Ali. Le méhédi des Almohades d’Afrique et d’Espagne est reconnu pour tel par les siens. En Europe, un messie paraît dans Anvers, et toute la populace le suit[1]. Un autre, en Bretagne, semble ressusciter le vieux gnosticisme d’Irlande[2]. Amaury de Chartres et son disciple, le Breton David de Dinan, enseignent que tout chrétien est matériellement un membre du Christ[3], autrement dit, que Dieu est perpétuellement incarné dans le genre humain. Le Fils a régné assez, disent-ils ; règne maintenant le Saint-Esprit. C’est sous quelque rapport l’idée de Lessing sur l’éducation du genre humain.

Rien n’égale l’audace de ces docteurs, qui pour la plupart professent à l’université de Paris (autorisée par Philippe-Auguste en 1200). On a cru étouffer Abailard, mais il vit et parle dans son disciple Pierre-le-Lombard, qui de Paris régente toute la philosophie européenne ; on compte près de cinq cents commentateurs de ce scolastique. L’esprit d’innovation a reçu deux auxiliaires. La jurisprudence grandit à côté de la théologie qu’elle ébranle ; les papes défendent aux prêtres de professer le droit, et ne font qu’ouvrir l’enseignement aux laïques. La métaphysique d’Aristote arrive de Constantinople, tandis que ses commentateurs, apportés d’Espagne, vont être traduits de l’arabe par ordre des rois de Castille et des princes italiens de la maison de Souabe (Frédéric II et Manfred). Ce n’est pas moins que l’invasion de la Grèce et de l’Orient dans la philosophie chrétienne. Aristote prend place presque au niveau de Jésus-Christ[4]. Défendu d’abord par les papes, puis toléré, il règne dans les chaires. Aristote tout haut, tout bas les Arabes et les Juifs, avec le panthéisme d’Averroès et les subtilités de la kabbale. La dialectique entre en possession de tous les sujets, et se pose toutes les questions hardies. Simon de Tournay enseigne à volonté le pour et le contre. Un jour qu’il avait ravi l’école de Paris et prouvé merveilleusement la vérité de la religion chrétienne, il s’écria tout à coup : « Ô petit Jésus, petit Jésus, comme j’ai élevé ta loi ! Si je voulais, je pourrais encore mieux la rabaisser[5]. »

Telle est l’ivresse et l’orgueil du moi à son premier réveil. L’école de Paris s’élève entre les jeunes communes de Flandre et les vieux municipes du Midi, la logique entre l’industrie et le commerce.

Cependant un immense mouvement religieux éclatait dans le peuple sur deux points à la fois : le rationalisme vaudois dans les Alpes, le mysticisme allemand sur le Rhin et aux Pays-Bas.

C’est qu’en effet le Rhin est un fleuve sacré, plein d’histoire et de mystères. Et je ne parle pas seulement de son passage héroïque entre Mayence et Cologne, où il perce sa route à travers le basalte et le granit. Au midi et au nord de ce passage féodal, à l’approche des villes saintes, de Cologne, de Mayence et de Strasbourg, il s’adoucit, il devient populaire, ses rives ondulent doucement en belles plaines ; il coule silencieux, sous les barques qui filent et les rets étendus des pêcheurs. Mais une immense poésie dort sur le fleuve. Cela n’est pas facile à définir ; c’est l’impression vague d’une vaste, calme et douce nature, peut-être une voix maternelle qui rappelle l’homme aux éléments, et, comme dans la ballade, l’attire altéré au fond des fraîches ondes ; peut-être l’attrait poétique de la Vierge, dont les églises s’élèvent tout le long du Rhin jusqu’à sa ville de Cologne, la ville des onze mille vierges. Elle n’existait pas au douzième siècle, cette merveille de Cologne, avec ses flamboyantes roses et ses rampes aériennes dont les degrés vont au ciel ; l’église de la Vierge n’existait pas, mais la Vierge existait. Elle était partout sur le Rhin, simple femme allemande ; belle ou laide, je n’en sais rien, mais si pure, si touchante et si résignée. Tout cela se voit dans le tableau de l’Annonciation à Cologne. L’ange y présente à la Vierge, non un beau lis, comme dans les tableaux italiens, mais un livre, une dure sentence, la passion du Christ avant sa naissance, avant la conception toutes les douleurs du cœur maternel. La Vierge aussi a eu sa Passion ; c’est elle, c’est la femme qui a restauré le génie allemand. Le mysticisme s’est réveillé par les béguines d’Allemagne et des Pays-Bas[6]. Les chevaliers, les nobles minnesingers chantaient la femme réelle, la gracieuse épouse du landgrave de Thuringe, tant célébrée aux combats poétiques de la Wartbourg. Le peuple adorait la femme idéale ; il fallait un Dieu-femme à cette douce Allemagne. Chez ce peuple, le symbole du mystère est la rose ; simplicité et profondeur, rêveuse enfance d’un peuple à qui il est donné de ne pas vieillir, parce qu’il vit dans l’infini, dans l’éternel.

Ce génie mystique devait s’éteindre, ce semble, en descendant l’Escaut et le Rhin, en tombant dans la sensualité flamande et l’industrialisme des Pays-Bas. Mais l’industrie elle-même avait créé là un monde d’hommes misérables et sevrés de la nature, que le besoin de chaque jour renfermait dans les ténèbres d’un atelier humide ; laborieux et pauvres, méritants et déshérites, n’ayant pas même en ce monde cette place au soleil que le bon Dieu semble promettre à tous ses enfants, ils apprenaient par ouï-dire ce que c’était que la verdure des campagnes, le chant des oiseaux et le parfum des fleurs ; race de prisonniers, moines de l’industrie, célibataires par pauvreté, ou plus malheureux encore par le mariage, et souffrant des souffrances de leurs enfants. Ces pauvres gens, tisserands la plupart, avaient bien besoin de Dieu ; Dieu les visita au douzième siècle, illumina leurs sombres demeures, et les berça du moins d’apparitions et de songes. Solitaires et presque sauvages, au milieu des cités les plus populeuses du monde, ils embrassèrent le Dieu de leur âme, leur unique bien. Le Dieu des cathédrales, le Dieu riche des riches et des prêtres, leur devint peu à peu étranger. Qui voulait leur ôter leur foi, ils se laissaient brûler, pleins d’espoir et jouissant de l’avenir. Quelquefois aussi, poussés à bout, ils sortaient de leurs caves, éblouis du jour, farouches, avec ce gros et dur œil bleu si commun en Belgique, mal armés de leurs outils, mais terribles de leur aveuglement et de leur nombre. À Gand, les tisserands occupaient vingt-sept carrefours, et formaient à eux seuls un des trois membres de la cité. Autour d’Ypres au treizième et au quatorzième siècle, ils étaient plus de deux cent mille.

Rarement l’étincelle fanatique tombait en vain sur ces grandes multitudes. Les autres métiers prenaient parti, moins nombreux, mais gens forts, mieux nourris, rouges, robustes et hardis, de rudes hommes, qui avaient foi dans la grosseur de leurs bras et la pesanteur de leurs mains, des forgerons qui, dans une révolte, continuaient de battre l’ennemi sur la cuirasse des chevaliers ; des foulons, des boulangers, qui pétrissaient l’émeute comme le pain ; des bouchers qui pratiquaient sans scrupule leur métier sur des hommes. Dans la boue de ces rues, dans la fumée, dans la foule serrée des grandes villes, dans ce triste et confus murmure, il y a, nous l’avons éprouvé, quelque chose qui porte à la tête : une sombre poésie de révolte. Les gens de Gand, de Bruges, d’Ypres, armés, enrégimentés d’avance, se trouvaient au premier coup de cloche sous la bannière du burgmeister ; pourquoi ? Ils ne le savaient pas toujours, mais ils ne s’en battaient que mieux. C’était le comte, c’etait l’évêque, ou leurs gens qui en étaient la cause. Ces Flamands n’aimaient pas trop les prêtres ; ils avaient stipulé, en 1193, dans les privilèges de Gand, qu’ils destitueraient leurs curés et chapelains à volonté.

Bien loin de là, au fond des Alpes, un principe différent amenait des révolutions analogues. De bonne heure, les montagnards piémontais, dauphinois, gens raisonneurs et froids, sous le vent des glaciers, avaient commencé à repousser les symboles, les images, les croix, les mystères, toute la poésie chrétienne. Là, point de panthéisme comme en Allemagne, point d’illuminisme comme aux Pays-Bas ; pur bon sens, raison simple, solide et forte, sous forme populaire. Dès le temps de Charlemagne, Claude de Turin entreprit cette réforme sur le versant italien ; elle fut reprise, au douzième siècle, sur le versant français par un homme de Gap ou d’Embrun, de ce pays qui fournit de maîtres d’école nos provinces du sud-est. Cet homme, appelé Pierre de Bruys, descendit dans le Midi, passa le Rhône, parcourut l’Aquitaine, toujours prêchant le peuple avec un succès immense. Henri, son disciple, en eut encore plus ; il pénétra au nord jusque dans le Maine ; partout la foule les suivait ; laissant là le clergé, brisant les croix, ne voulant plus de culte que la parole. Ces sectaires, réprimés un instant, reparaissent à Lyon sous le marchand Vaud ou Valdus ; en Italie, à la suite d’Arnaldo de Brescia. Aucune hérésie, dit un dominicain, n’est plus dangereuse que celle-ci, parce qu’aucune n’est plus durable[7]. Il a raison, ce n’est pas autre chose que la révolte du raisonnement contre l’autorité. Les partisans de Valdus, les Vaudois, s’annonçaient d’abord comme voulant seulement reproduire l’Église des premiers temps dans la pureté, dans la pauvreté apostolique ; on les appelait les pauvres de Lyon. L’Église de Lyon, comme nous l’avons dit ailleurs, avait toujours eu la prétention d’être restée fidèle aux traditions du christianisme primitif. Ces Vaudois eurent la simplicité de demander autorisation au pape ; c’était demander la permission de se séparer de l’Église. Repoussés, poursuivis, proscrits, ils n’en subsistèrent pas moins dans les montagnes, dans les froides vallées des Alpes, premier berceau de leur croyance, jusqu’aux massacres de Mérindol et de Cabrières, sous François Ier, jusqu’à la naissance du Zwinglianisme et du Calvinisme, qui les adoptèrent comme précurseurs, et reconnurent en eux, pour leur Église récente, une sorte de perpétuité secrète pendant le moyen âge, contre la perpétuité catholique.

Le caractère de la réforme au douzième siècle[8] fut donc le rationalisme dans les Alpes et sur le Rhône, le mysticisme sur le Rhin. En Flandre, elle fut mixte, et plus encore en Languedoc.

Ce Languedoc était le vrai mélange des peuples, la vraie Babel. Place au coude de la grande route de France, d’Espagne et d’Italie, il présentait une singulière fusion de sang ibérien, gallique et romain, sarrasin et gothique. Ces éléments divers y formaient de dures oppositions. Là devait avoir lieu le grand combat des croyances et des races. Quelles croyances ? Je dirais volontiers toutes. Ceux mêmes qui les combattirent, n’y surent rien distinguer, et ne trouvèrent d’autre moyen de désigner ces fils de la confusion, que par le nom d’une ville : Albigeois.

L’élément sémitique, juif et arabe était fort en Languedoc. Narbonne avait été longtemps la capitale des Sarrasins en France. Les Juifs étaient innombrables. Maltraités, mais pourtant soufferts, ils florissaient à Carcassonne, à Montpellier, à Nîmes ; leurs rabbins y tenaient des écoles publiques. Ils formaient le lien entre les chrétiens et les mahométans, entre la France et l’Espagne. Les sciences applicables aux besoins matériels, médecine et mathématiques, étaient l’étude commune aux hommes des trois religions [9]. Montpellier était plus lié avec Salerne et Cordoue qu’avec Rome. Un commerce actif associait tous ces peuples, rapprochés plus que séparés par la mer. Depuis les croisades surtout, le Haut-Languedoc s’était comme incliné à la Méditerranée, et tourné vers l’Orient ; les comtes de Toulouse étaient comtes de Tripoli. Les mœurs et la foi équivoque des chrétiens de la terre sainte avaient reflué dans nos provinces du Midi. Les belles monnaies, les belles étoffes d’Asie[10] avaient fort réconcilié nos croisés avec le monde mahométan. Les marchands du Languedoc s’en allaient toujours en Asie la croix sur l’épaule, mais c’était beaucoup plus pour visiter le marché d’Acre que le Saint-Sépulcre de Jérusalem. L’esprit mercantile avait tellement dominé les répugnances religieuses, que les évêques de Maguelonne et de Montpellier faisaient frapper des monnaies sarrasines, gagnaient sur les espèces, et escomptaient sans scrupule l’empreinte du croissant[11].

La noblesse eût dû, ce semble, tenir mieux contre les nouveautés. Mais ici ce n’était point cette chevalerie du Nord, ignorante et pieuse, qui pouvait encore prendre la croix en 1200. Ces nobles du Midi étaient des gens d’esprit qui savaient bien la plupart que penser de leur noblesse. Il n’y en avait guère qui, en remontant un peu, ne rencontrassent dans leur généalogie quelque grand’mère sarrasine ou juive. Nous avons déjà vu qu’Eudes, l’ancien duc d’Aquitaine, l’adversaire de Charles-Martel, avait donné sa fille à un émir sarrasin. Dans les romans carlovingiens, les chevaliers chrétiens épousent sans scrupule leur belle libératrice, la fille du sultan. À dire vrai, dans ce pays de droit romain, au milieu des vieux municipes de l’Empire, il n’y avait pas précisément de nobles, ou plutôt tous l’étaient ; les habitants des villes, s’entend. Les villes constituaient une sorte de noblesse à l’égard des campagnes. Le bourgeois avait, tout comme le chevalier, sa maison fortifiée et couronnée de tours. Il paraissait dans les tournois, et souvent désarçonnait le noble, qui n’en faisait que rire[12].

Si l’on veut connaître ces nobles, qu’on lise ce qui reste de Bertrand de Born, cet ennemi juré de la paix, ce Gascon qui passa sa vie à souffler la guerre et à la chanter. Bertrand donne au fils d’Éléonore de Guyenne, au bouillant Richard, un sobriquet : Oui et non[13]. Mais ce nom lui va fort bien à lui-même et à tous ces mobiles esprits du Midi.

Gracieuse, mais légère, trop légère littérature, qui n’a pas connu d’autre idéal que l’amour, l’amour de la femme. L’esprit scolastique et légiste envahit dès leur naissance les fameuses cours d’Amour. Les formes juridiques y étaient rigoureusement observées dans la discussion des questions légères de la galanterie[14]. Pour être pédantesques, les décisions n’en étaient pas moins immorales. La belle comtesse de Narbonne, Ermengarde (1143-1197), l’amour des poètes et des rois, décide dans un arrêt conservé religieusement que l’époux divorcé peut fort bien redevenir l’amant de sa femme mariée à un autre. Éléonore de Guyenne prononce que le véritable amour ne peut exister entre époux ; elle permet de prendre pour quelque temps une autre amante afin d’éprouver la première. La comtesse de Flandre, princesse de la maison d’Anjou (vers 1134), la comtesse de Champagne, fille d’Éléonore, avaient institué de pareils tribunaux dans le nord de la France ; et probablement ces contrées, qui prirent part à la croisade des Albigeois, avaient été médiocrement édifiées de la jurisprudence des dames du Midi.

Un mot sur la situation politique du Midi. Nous en comprendrons d’autant mieux sa révolution religieuse.

Au centre, il y avait la grande cité de Toulouse, république sous un comte. Les domaines de celui-ci s’étendaient chaque jour. Dès la première croisade, c’était le plus riche prince de la chrétienté. Il avait manqué la royauté de Jérusalem, mais pris Tripoli. Cette grande puissance était, il est vrai, fort inquiétée. Au Nord, les comtes de Poitiers, devenus rois d’Angleterre, au midi la grande maison de Barcelone, maîtresse de la Basse-Provence et de l’Aragon, traitaient le comte de Toulouse d’usurpateur, malgré une possession de plusieurs siècles. Ces deux maisons de Poitiers et de Barcelone avaient la prétention de descendre de saint Guilhem, le tuteur de Louis-le-Débonnaire, le vainqueur des Maures, celui dont le fils Bernard avait été proscrit par Charles-le-Chauve. Les comtes de Roussillon, de Cerdagne, de Confiant, de Bézalu, réclamaient la même origine. Tous étaient ennemis du comte de Toulouse. Il n’était guère mieux avec les maisons de Béziers, Carcassonne, Albi et Nîmes. Aux Pyrénées, c’étaient des seigneurs pauvres et braves, singulièrement entreprenants, gens à vendre, espèces de condottieri que la fortune destinait aux plus grandes choses ; je parle des maisons de Foix, d’Albret et d’Armagnac. Les Armagnac prétendaient aussi au comté de Toulouse et l’attaquaient souvent. On sait le rôle qu’ils ont joué au quatorzième et au quinzième siècle ; histoire tragique, incestueuse, impie. Le Rouergue et l’Armagnac, placés en face l’un de l’autre, aux deux coins de l’Aquitaine, sont, comme on sait, avec Nîmes, la partie énergique, souvent atroce, du Midi. Armagnac, Comminges, Béziers, Toulouse, n’étaient jamais d’accord que pour faire la guerre aux Églises. Les interdits ne les troublaient guère. Le comte de Comminges gardait paisiblement trois épouses à la fois. Si nous en croyons les chroniqueurs ecclésiastiques, le comte de Toulouse, Raimond VI, avait un harem. Cette Judée de la France, comme on a appelé le Languedoc, ne rappelait pas l’autre seulement par ses bitumes et ses oliviers ; elle avait aussi Sodome et Gomorrhe, et il était à craindre que la vengeance des prêtres ne lui donnât sa mer Morte.

Que les croyances orientales aient pénétré dans ce pays, c’est ce qui ne surprendra pas. Toute doctrine y avait pris ; mais le manichéisme, la plus odieuse de toutes dans le monde chrétien, a fait oublier les autres. Il avait éclaté de bonne heure au moyen âge en Espagne. Rapporté, ce semble, en Languedoc de la Bulgarie et de Constantinople[15], il y prit pied aisément. Le dualisme persan leur sembla expliquer la contradiction que présentent également l’univers et l’homme. Race hétérogène, ils admettaient volontiers un monde hétérogène ; il leur fallait à côté du bon Dieu un dieu mauvais à qui ils pussent imputer tout ce que l’Ancien Testament présente de contraire au Nouveau[16]; à ce dieu revenaient encore la dégradation du christianisme et l’avilissement de l’Église. En eux-mêmes, et dans leur propre corruption, ils reconnaissaient la main d’un créateur malfaisant, qui s’était joué du monde. Au bon Dieu l’esprit, au mauvais la chair. Celle-ci, il fallait l’immoler. C’est là le grand mystère du manichéisme. Ici se présentait un double chemin. Fallait-il la dompter, cette chair par l’abstinence, jeûner, fuir le mariage, restreindre la vie, prévenir la naissance, et dérober au démon créateur tout ce que lui peut ravir la volonté ? Dans ce système, l’idéal de la vie c’est la mort, et la perfection serait le suicide. Ou bien, faut-il dompter la chair, en l’assouvissant, faire taire le monstre en emplissant sa gueule aboyante, y jeter quelque chose de soi pour sauver le reste… au risque d’y jeter tout, et d’y tomber soi-même tout entier ?

Nous savons mal quelles étaient les doctrines précises des manichéens du Languedoc. Dans les récits de leurs ennemis, nous voyons qu’on leur impute à la fois des choses contradictoires, qui sans doute s’appliquent à des sectes différentes[17].

Ainsi à côté de l’Église s’élevait une autre Église dont la Rome était Toulouse. Un Nicétas de Constantinople avait présidé près de Toulouse, en 1167, comme pape, le concile des évêques manichéens. La Lombardie, la France du Nord, Albi, Carcassonne, Aran, avaient été représentées par leurs pasteurs. Nicétas y avait exposé la pratique des manichéens d’Asie, dont le peuple s’informait avec empressement. L’Orient, la Grèce byzantine, envahissaient définitivement l’Église occidentale. Les Vaudois eux-mêmes, dont le rationalisme semble un fruit spontané de l’esprit humain, avaient fait écrire leurs premiers livres par un certain Ydros, qui, à en juger par son nom, doit aussi être un Grec. Aristote et les Arabes entraient en même temps dans la science. Les antipathies de langues, de races, de peuples, disparaissaient. L’empereur d’Allemagne, Conrad, était parent de Manuel Comnène. Le roi de France avait donné sa fille à un César byzantin. Le roi de Navarre, Sanche-l’Enfermé, avait demandé la main d’une fille du chef des Almohades. Richard Cœur-de-Lion se déclara frère d’armes du sultan Malek-Adel, et lui offrit sa sœur. Déjà Henri II avait menacé le pape de se faire mahométan. On assure que Jean offrit réellement aux Almohades d’apostasier pour obtenir leurs secours. Ces rois d’Angleterre étaient étroitement unis avec le Languedoc et l’Espagne. Richard donna une de ses sœurs au roi de Castille, l’autre à Raimond VI. Il céda même à celui-ci l’Agénois, et renonça à toutes les prétentions de la maison de Poitiers sur Toulouse. Ainsi les hérétiques, les mécréants, s’unissaient, se rapprochaient de toutes parts. Des coïncidences fortuites y contribuaient ; par exemple, le mariage de l’empereur Henri VI avec l’héritière de Sicile établit des communications continuelles entre l’Allemagne, l’Italie et cette île toute arabe. Il semblait que les deux familles humaines, l’européenne et l’asiatique, allassent à la rencontre l’une de l’autre ; chacune d’elles se modifiait, comme pour différer moins de sa sœur. Tandis que les Languedociens adoptaient la civilisation moresque et les croyances de l’Asie, le mahométisme s’était comme christianisé dans l’Égypte, dans une grande partie de la Perse et de la Syrie, en adoptant sous diverses formes le dogme de l’incarnation[18].

Quels devaient être dans ce danger de l’Église le trouble et l’inquiétude de son chef visible ! Le pape avait depuis Grégoire VII réclamé la domination du monde et la responsabilité de son avenir. Guindé à une hauteur immense, il n’en voyait que mieux les périls qui l’environnaient. Ce prodigieux édifice du christianisme au moyen âge, cette cathédrale du genre humain, il en occupait la flèche, il y siégeait dans la nue à la pointe de la croix, comme quand de celle de Strasbourg vous embrassez quarante villes et villages sur les deux rives du Rhin. Position glissante, et d’un vertige effroyable ! Il voyait de là je ne sais combien d’armées qui venaient marteau en main à la destruction du grand édifice, tribu par tribu, génération par génération. La masse était ferme, il est vrai ; l’édifice vivant, bâti d’apôtres, de saints, de docteurs, plongeait bien loin son pied dans la terre. Mais tous les vents battaient contre, de l’orient et de l’occident, de l’Asie et de l’Europe, du passé et de l’avenir. Pas la moindre nuée à l’horizon qui ne promît un orage.

Le pape était alors un Romain. Innocent III[19]. Tel péril, tel homme. Grand légiste, habitué à consulter le droit sur toute question, il s’examina lui-même, et crut à son droit. L’Église avait pour elle la possession actuelle ; possession ancienne, si ancienne qu’on pouvait croire à la prescription. L’Église, dans ce grand procès, était le défendeur, propriétaire reconnu, établi sur le fonds disputé ; elle en avait les titres : le droit écrit semblait pour elle. Le demandeur, c’était l’esprit humain ; il venait un peu tard. Puis il semblait s’y prendre mal, dans son inexpérience, chicanant sur des textes, au lieu d’invoquer l’équité. Qui lui eût demandé ce qu’il voulait, il était impossible de l’entendre ; des voix confuses s’élevaient pour répondre. Tous demandaient choses différentes. En politique, ils attestaient la république antique. En religion, les uns voulaient supprimer le culte, et revenir aux apôtres. Les autres remontaient plus haut, et rentraient dans l’esprit de l’Asie ; ils voulaient deux dieux ; ou bien préféraient la stricte unité de l’islamisme. L’islamisme avançait vers l’Europe ; en même temps que Saladin reprenait Jérusalem, les Almohades d’Afrique envahissaient l’Espagne, non avec des armées, comme les anciens Arabes, mais avec le nombre et l’aspect effroyable d’une migration de peuple. Ils étaient trois ou quatre cent mille à la bataille de Tolosa. Que serait-il advenu du monde si le mahométisme eût vaincu ? On tremble d’y penser. Il venait de porter un fruit terrible : l’ordre des Assassins. Déjà tous les princes chrétiens et musulmans craignaient pour leur vie. Plusieurs d’entre eux communiquaient, dit-on, avec l’ordre, et l’animaient au meurtre de leurs ennemis. Les rois anglais étaient suspects de liaison avec les Assassins. L’ennemi de Richard, Conrad de Tyr et de Montferrat, prétendant au trône de Jérusalem, tomba sous leurs poignards, au milieu de sa capitale. Philippe-Auguste affecta de se croire menacé, et prit des gardes, les premiers qu’aient eus nos rois. Ainsi la crainte et l’horreur animaient l’Église et le peuple ; les récits effrayants circulaient. Les Juifs, vivante image de l’Orient au milieu du christianisme, semblaient là pour entretenir la haine des religions. Aux époques de fléaux naturels, de catastrophes politiques, ils correspondaient, disait-on, avec les infidèles, et les appelaient. Riches sous leurs haillons, retires, sombres et mystérieux, ils prêtaient aux accusations de toute espèce. Dans ces maisons toujours fermées, l’imagination du peuple soupçonnait quelque chose d’extraordinaire. On croyait qu’ils attiraient des enfants chrétiens pour les crucifier à l’image de Jésus-Christ[20]. Des hommes en butte à tant d’outrages pouvaient en effet être tentés de justifier la persécution par le crime.

Tels apparaissaient alors les ennemis de l’Église. Les préjugés du peuple, l’ivresse sanguinaire des haines et des terreurs, tout cela remontait par tous les rangs du clergé jusqu’au pape. Ce serait aussi faire trop grande injure à la nature humaine que de croire que l’égoïsme ou l’intérêt de corps anima seul les chefs de l’Église. Non, tout indique qu’au treizième siècle ils étaient encore convaincus de leur droit. Ce droit admis, tous les moyens leur furent bons pour le défendre. Ce n’était pas pour un intérêt humain que saint Dominique parcourait les campagnes du Midi, envoyant à la mort des milliers de sectaires [21]. Et quelle qu’ait été dans ce terrible Innocent III la tentation de l’orgueil et de la vengeance, d’autres motifs encore l’animèrent dans la croisade des Albigeois et la fondation de l’inquisition dominicaine. Il avait vu, dit-on, en songe l’ordre des dominicains comme un grand arbre sur lequel penchait et s’appuyait l’église de Latran, près de tomber.

Plus elle penchait cette église, plus son chef porta haut l’orgueil. Plus on niait, plus il affirma. À mesure que ses ennemis croissaient de nombre, il croissait d’audace, et se roidissait d’autant plus. Ses prétentions montèrent avec son péril, au-dessus de Grégoire VII, au-dessus d’Alexandre III. Aucun pape ne brisa comme lui les rois. Ceux de France et de Léon, il leur ôta leurs femmes ; ceux de Portugal, d’Aragon, d’Angleterre, il les traita en vassaux, et leur fit payer tribut. Grégoire VII en était venu à dire, ou faire dire par ses canonistes, que l’empire avait été fondé par le diable, et le sacerdoce par Dieu. Le sacerdoce, Alexandre III et Innocent III le concentrèrent dans leurs mains. Les évêques, à les entendre, devaient être nommés, déposés par le pape, assemblés à son plaisir, et leurs jugements réformés à Rome[22]. Là résidait l’Église elle-même, le trésor des miséricordes et des vengeances ; le pape, seul juge du juste et du vrai, disposait souverainement du crime et de l’innocence, défaisait les rois, et faisait les saints.

Le monde civil se débattait alors entre l’empereur, le roi d’Angleterre et le roi de France ; les deux premiers, ennemis du pape. L’empereur était le plus près. C’était l’habitude de l’Allemagne d’inonder périodiquement l’Italie[23], puis de refluer, sans laisser grande trace. L’empereur s’en venait, la lance sur la cuisse, par les défilés du Tyrol, à la tête d’une grosse et lourde cavalerie, jusqu’en Lombardie, à la plaine de Roncaglia. Là paraissaient les juristes de Ravenne et Bologne, pour donner leur consultation sur les droits impériaux. Quand ils avaient prouvé en latin aux Allemands que leur roi de Germanie, leur César, avait tous les droits de l’ancien empire romain, il allait à Monza près Milan, au grand dépit des villes, prendre la couronne de fer. Mais la campagne n’était pas belle, s’il ne poussait jusqu’à Rome et ne se faisait couronner de la main du pape. Les choses en venaient rarement jusque-là. Les barons allemands étaient bientôt fatigués du soleil italien ; ils avaient fait leur temps loyalement, ils s’écoulaient peu à peu ; l’empereur presque seul repassait, comme il pouvait, les monts. Il emportait du moins une magnifique idée de ses droits. Le difficile était de la réaliser. Les seigneurs allemands, qui avaient écouté patiemment les docteurs de Bologne, ne permettaient guère à leur chef de pratiquer les leçons. Il en prit mal de l’essayer aux plus grands empereurs, même à Frédéric-Barberousse. Cette idée d’un droit immense, d’une immense impuissance, toutes les rancunes de cette vieille guerre, Henri VI les apporta en naissant. C’est peut-être le seul empereur en qui on ne retrouve rien de la débonnaireté germanique. Il fut pour Naples et la Sicile, héritage de sa femme, un conquérant sanguinaire, un furieux tyran. Il mourut jeune, empoisonné par sa femme, ou consommé de ses propres violences. Son fils, pupille du pape Innocent III, fut un empereur tout italien, un Sicilien, ami des Arabes, le plus terrible ennemi de l’Église.

Le roi d’Angleterre n’était guère moins hostile au pape ; son ennemi et son vassal alternativement, comme un lion qui brise et subit sa chaîne. C’était justement alors le Cœur-de-Lion, l’Aquitain Richard, le vrai fils de sa mère Éléonore, celui dont les révoltes la vengeaient des infidélités d’Henri II. Richard et Jean son frère aimaient le Midi, le pays de leur mère : ils s’entendaient avec Toulouse, avec les ennemis de l’Église. Tout en promettant ou faisant la croisade, ils étaient liés avec les musulmans.

Le jeune Philippe, roi à quinze ans sous la tutelle du comte de Flandre (1180), et dirigé par un Clément de Metz son gouverneur, et maréchal du palais, épousa la fille du comte de Flandre, malgré sa mère et ses oncles, les princes de Champagne. Ce mariage rattachait les Capétiens à la race de Charlemagne, dont les comtes de Flandre étaient descendus[24]. Le comte de Flandre rendait an roi Amiens, c’est-à-dire la barrière de la Somme, et lui promettait l’Artois, le Valois et le Vermandois. Tant que le roi n’avait point l’Oise et la Somme, on pouvait à peine dire que la monarchie fût fondée. Mais une fois maître de la Picardie, il avait peu à craindre la Flandre, et pouvait prendre la Normandie à revers. Le comte de Flandre essaya en vain de ressaisir Amiens, en se confédérant avec les oncles du roi[25]. Celui-ci employa l’intervention du vieil Henri II, qui craignait en Philippe l’ami de son fils Richard, et il obtint encore que le comte de Flandre rendrait une partie du Vermandois (Oise). Puis, quand le Flamand fut près de partir pour la croisade, Philippe, soutenant la révolte de Richard contre son père, s’empara des deux places si importantes du Mans et de Tours ; par l’une il inquiétait la Normandie et la Bretagne ; par l’autre, il dominait la Loire. Il avait dès lors dans ses domaines les trois grands archevêchés du royaume, Reims, Tours et Bourges, les métropoles de Belgique, de Bretagne et d’Aquitaine.

La mort d’Henri II fut un malheur pour Philippe ; elle plaçait sur le trône son grand ami Richard, avec qui il mangeait et couchait, et qui lui était si utile pour tourmenter le vieux roi. Richard devenait lui-même le rival de Philippe, rival brillant qui avait tous les défauts des hommes du moyen âge, et qui ne leur plaisait que mieux. Le fils d’Éléonore était surtout célébré pour cette valeur emportée qui s’est rencontrée souvent chez les méridionaux [26]. À peine l’enfant prodigue eut-il en main l’héritage paternel qu’il donna, vendit, perdit, gâta. Il voulait à tout prix faire de l’argent comptant, et partir pour la croisade. Il trouva pourtant à Salisbury un trésor de cent mille marcs, tout un siècle de rapines et de tyrannie. Ce n’était pas assez : il vendit à l’évêque de Durham le Northumberland pour sa vie. Il vendit au roi d’Écosse Berwick, Roxburgh, et cette glorieuse suzeraineté qui avait tant coûté à ses pères. Il donna à son frère Jean, croyant se l’attacher, un comté en Normandie et sept en Angleterre ; c’était près d’un tiers du royaume. Il espérait regagner en Asie bien plus qu’il ne sacrifiait en Europe.

La croisade devenait de plus en plus nécessaire. Louis VII et Henri II avaient pris la croix, et étaient restés. Leur retard avait entraîné la ruine de Jérusalem (1187). Ce malheur était pour les rois défunts un péché énorme qui pesait sur leur âme, une tache à leur mémoire que leurs fils semblaient tenus de laver. Quelque peu impatient que pût être Philippe-Auguste d’entreprendre cette expédition ruineuse, il lui devenait impossible de s’y soustraire. Si la prise d’Édesse avait décidé cinquante ans auparavant la seconde croisade, que devait-il être de celle de Jérusalem ? Les chrétiens ne tenaient plus la terre sainte, pour ainsi dire, que par le bord. Ils assiégeaient Acre, le seul port qui pût recevoir les flottes des pèlerins, et assurer les communications avec l’Occident.

Le marquis de Montferrat, prince de Tyr, et prétendant au royaume de Jérusalem, faisait promener par l’Europe une représentation de la malheureuse ville. Au milieu s’élevait le Saint-Sépulcre, et par-dessus un cavalier sarrasin dont le cheval salissait le tombeau du Christ. Cette image d’opprobre et d’amer reproche perçait l’âme des chrétiens occidentaux ; on ne voyait que gens qui se battaient la poitrine et criaient : « Malheur à moi[27] ! »

Le mahométisme éprouvait depuis un demi-siècle une sorte de réforme et de restauration, qui avait entraîné la ruine du petit royaume de Jérusalem. Les Atabeks de Syrie, Zenghi et son fils Nuhreddin, deux saints de l’islamisme[28], originaires de l’Irak (Babylonie), avaient fondé entre l’Euphrate et le Taurus une puissance militaire, rivale et ennemie des Fatemites d’Égypte et des Assassins. Les Atabeks s’attachaient à la loi stricte du Koran, et détestaient l’interprétation, dont on avait tant abusé. Ils se rattachaient au calife de Bagdad ; cette vieille idole, depuis longtemps esclave des chefs militaires qui se succédaient, vit ceux-ci se soumettre à lui volontairement et lui faire hommage de leurs conquêtes. Les Alides, les Assassins, les esprits forts, les phelassefé ou philosophes, furent poursuivis avec acharnement et impitoyablement mis à mort, tout comme les novateurs en Europe. Spectacle bizarre : deux religions ennemies, étrangères l’une à l’autre, s’accordaient à leur insu pour proscrire à la même époque la liberté de la pensée. Nuhreddin était un légiste, comme Innocent III ; et son général, Salaheddin (Saladin) renversa les schismatiques musulmans d’Égypte, pendant que Simon de Montfort exterminait les schismatiques chrétiens du Languedoc.

Toutefois la pente à l’innovation était si rapide et si fatale, que les enfants de Nuhreddin se rapprochèrent déjà des Alides et des Assassins, et que Salaheddin fut obligé de les renverser. Ce Kurde, ce barbare, le Godefroi ou le saint Louis du mahométisme, grande âme au service d’une toute petite dévotion[29], nature humaine et généreuse qui s’imposait l’intolérance, apprit aux chrétiens une dangereuse vérité, c’est qu’un circoncis pouvait être un saint, qu’un mahométan pouvait naître chevalier par la pureté du cœur et la magnanimité.

Saladin avait frappé deux coups sur les ennemis de l’islamisme. D’une part, il envahit l’Égypte, détrôna les Fatemites, détruisit le foyer des croyances hardies qui avaient pénétré toute l’Asie. De l’autre, il renversa le petit royaume chrétien de Jérusalem, défît et prit le roi Lusignan à la bataille de Tibériade[30], et s’empara de la ville sainte. Son humanité pour ses captifs contrastait, d’une manière frappante, avec la dureté des chrétiens d’Asie pour leurs frères. Tandis que ceux de Tripoli fermaient leurs portés aux fugitifs de Jérusalem, Saladin employait l’argent qui restait des dépenses du siège à la délivrance des pauvres et des orphelins qui se trouvaient entre les mains de ses soldats ; son frère, Malek-Adhel, en délivra pour sa part deux mille.

La France avait, presque seule, accompli la première croisade. L’Allemagne avait puissamment contribué à la seconde. La troisième fut populaire surtout en Angleterre. Mais le roi Richard n’emmena que des chevaliers et des soldats, point d’hommes inutiles, comme dans les premières croisades. Le roi de France en fit autant, et tous deux passèrent sur des vaisseaux génois et marseillais. Cependant, l’empereur Frédéric-Barberousse était déjà parti par le chemin de terre avec une grande et formidable armée. Il voulait relever sa réputation militaire et religieuse, compromise par ses guerres d’Italie. Les difficultés auxquelles avaient succombé Conrad et Louis VII, dans l’Asie Mineure, Frédéric les surmonta. Ce héros, déjà vieux et fatigué de tant de malheurs, triompha encore et de la nature et de la perfidie des Grecs, et des embûches du sultan d’Iconium, sur lequel il remporta une mémorable victoire[31] ; mais ce fut pour périr sans gloire dans les eaux d’une méchante petite rivière d’Asie. Son fils, Frédéric de Souabe, lui survécut à peine un an ; languissant et malade, il refusa d’écouter les médecins qui lui prescrivaient l’incontinence, et se laissa mourir, emportant la gloire de la virginité[32], comme Godefroi de Bouillon.

Cependant, les rois de France et d’Angleterre suivaient ensemble la route de mer, avec des vues bien différentes. Dès la Sicile, les deux amis étaient brouillés. C’était, nous l’avons vu par l’exemple de Bohémond et de Raymond de Saint-Gilles, c’était la tentation des Normands et des Aquitains, de s’arrêter volontiers sur la route de la croisade. À la première, ils voulaient s’arrêter à Constantinople, puis à Antioche. Le Gascon-Normand Richard eut de même envie de faire halte dans cette belle Sicile. Tancrède, qui s’en était fait roi, n’avait pour lui que la voix du peuple et la haine des Allemands, qui réclamaient, au nom de Constance, fille du dernier roi et femme de l’empereur. Tancrède avait fait mettre en prison la veuve de son prédécesseur, qui était sœur du roi d’Angleterre. Richard n’eût pas mieux demandé que de venger cet outrage. Déjà, sur un prétexte, il avait planté son drapeau sur Messine. Tancrède n’eut d’autre ressource que de gagner à tout prix Philippe-Auguste, qui, comme suzerain de Richard, le força d’ôter son drapeau. La jalousie en était venue au point qu’à entendre les Siciliens, le roi de France les eût sollicités de l’aider à exterminer les Anglais. Il fallut que Richard se contentât de vingt mille onces d’or, que Tancrède lui offrit comme douaire de sa sœur ; il devait lui en donner encore vingt mille pour dot d’une de ses filles qui épouserait le neveu de Richard. Le roi de France ne lui laissa pas prendre tout seul cette somme énorme. Il cria bien haut contre la perfidie de Richard, qui avait promis d’épouser sa sœur, et qui avait amené en Sicile, comme fiancée, une princesse de Navarre. Il savait fort bien que cette sœur avait été séduite par le vieil Henri II ; Richard demanda de prouver la chose, et lui offrit dix mille marcs d’argent. Philippe prit sans scrupule l’argent et la honte.

Le roi d’Angleterre fut plus heureux en Chypre. Le petit roi grec de l’île ayant mis la main sur un des vaisseaux de Richard, où se trouvaient sa mère et sa sœur, et qui avait été jeté a la côte. Richard ne manqua pas une si belle occasion. Il conquit l’île sans difficulté, et chargea le roi de chaînes d’argent. Philippe-Auguste l’attendait déjà devant Acre, refusant de donner l’assaut avant l’arrivée de son frère d’armes.

Un auteur estime à six cent mille le nombre de ceux des chrétiens qui vinrent successivement combattre dans cette arène du siège d’Acre[33]. Cent vingt mille y périrent[34] ; et ce n’était pas, comme à la première croisade, une foule d’hommes de toutes sortes, libres ou serfs, mélange de toute race, de toute condition, tourbe aveugle, qui s’en allaient à l’aventure où les menait la fureur divine, l’œstre de la croisade. Ceux-ci étaient des chevaliers, des soldats, la fleur de l’Europe. Toute l’Europe y fut représentée, nation par nation. Une flotte sicilienne était venue d’abord, puis les Belges, Frisons et Danois ; puis, sous le comte de Champagne, une armée de Français, Anglais et Italiens ; puis les Allemands, conduits par le duc de Souabe, après la mort de Frédéric-Barberousse. Alors arrivèrent avec les flottes de Gênes, de Pise, de Marseille, les Français de Philippe-Auguste, et les Anglais, Normands-Bretons, Aquitains de Richard Cœur-de-Lion. Même avant l’arrivée des deux rois, l’armée était si formidable, qu’un chevalier s’écriait : Que Dieu reste neutre, et nous avons la victoire !

D’autre part, Saladin avait écrit au calife de Bagdad et à tous les princes musulmans pour en obtenir des secours. C’était la lutte de l’Europe et de l’Asie. Il s’agissait de bien autre chose que de la ville d’Acre. Des esprits aussi ardents que Richard et Saladin devaient nourrir d’autres pensées. Celui-ci ne se proposait pas moins qu’une anticroisade, une grande expédition, où il eût percé à travers toute l’Europe jusqu’au cœur du pays des Francs[35]. Ce projet téméraire eût

pourtant effrayé l’Europe, si Saladin, renversant le faible empire grec, eût apparu dans la Hongrie et l’Allemagne, au moment même où quatre cent mille Almohades essayaient de forcer la barrière de l’Espagne et des Pyrénées.

Les efforts furent proportionnés à la grandeur du prix. Tout ce qu’on savait d’art militaire fut mis en jeu, la tactique ancienne et la féodale, l’européenne et l’asiatique, les tours mobiles, le feu grégeois, toutes les machines connues alors. Les chrétiens, disent les historiens arabes, avaient apporté des laves de l’Etna et les lançaient dans les villes, comme les foudres dardées contre les anges rebelles. Mais la plus terrible machine de guerre, c’était le roi Richard lui-même. Ce mauvais fils d’Henri II, le fils de la colère, dont toute la vie fut comme un accès de violence furieuse, s’acquit parmi les Sarrasins un renom impérissable de vaillance et de cruauté. Lorsque la garnison d’Acre eut été forcée de capituler, Saladin refusant de racheter les prisonniers, Richard les fit tous égorger entre les deux camps. Cet homme terrible n’épargnait ni l’ennemi, ni les siens, ni lui-même. Il revient de la mêlée, dit un historien, tout hérissé de flèches, semblable à une pelote couverte d’aiguilles[36]. Longtemps encore après, les mères arabes faisaient taire leurs petits enfants en leur nommant le roi Richard ; et quand le cheval d’un Sarrasin bronchait, le cavalier lui disait : Crois-tu donc avoir vu Richard d’Angleterre[37] ?

Cette valeur et tous ces efforts produisirent peu de résultat. Toutes les nations de l’Europe étaient, nous l’avons dit, représentées au siège d’Acre, mais aussi toutes les haines nationales. Chacun combattait comme pour son compte, et tâchait de nuire aux autres, bien loin de les seconder ; les Génois, les Pisans, les Vénitiens, rivaux de guerre et de commerce, se regardaient d’un œil hostile. Les Templiers et les Hospitaliers avaient peine à ne pas en venir aux mains. Il y avait dans le camp deux rois de Jérusalem, Gui de Lusignan soutenu par Philippe-Auguste, Conrad de Tyr et Montferrat appuyé par Richard. La jalousie de Philippe augmentait avec la gloire de son rival. Étant tombé malade, il l’accusait de l’avoir empoisonné. Il réclamait moitié de l’île de Chypre et de l’argent de Tancrède. Enfin il quitta la croisade et s’embarqua presque seul, laissant là les Français honteux de son départ[38]. Richard, resté seul, ne réussit pas mieux ; il choquait tout le monde par son insolence et son orgueil. Les Allemands ayant arboré leurs drapeaux sur une partie des murs, il les fît jeter dans le fossé. Sa victoire d’Assur resta inutile ; il manqua le moment de prendre Jérusalem, en refusant de promettre la vie à la garnison. Au moment où il approchait de la

ville, le duc de Bourgogne l’abandonna avec ce qui restait de Français. Dès lors tout était perdu ; un chevalier lui montrant de loin la ville sainte, il se mit à pleurer, et ramena sa cotte d’armes devant ses yeux, disant : « Seigneur, ne permettez pas que je voie votre ville, puisque je n’ai pas su la délivrer[39]. » Cette croisade fut effectivement la dernière. L’Asie et l’Europe s’étaient approchées et s’étaient trouvées invincibles. Désormais, c’est vers d’autres contrées, vers l’Égypte, vers Constantinople, partout ailleurs qu’à la terre sainte, que se dirigeront, sous des prétextes plus ou moins spécieux, les grandes expéditions des chrétiens. L’enthousiasme religieux a d’ailleurs considérablement diminué ; les miracles, les révélations qui ont signalé la première croisade, disparaissent a la troisième. C’est une grande expédition militaire, une lutte de races autant que de religion ; ce long siège est pour le moyen âge comme un siège de Troie. La plaine d’Acre est devenue à la longue une patrie commune pour les deux partis. On s’est mesuré, on s’est vu tous les jours, on s’est connu, les haines se sont effacées. Le camp des chrétiens est devenu une grande ville fréquentée par les marchands des deux religions[40]. Ils se voient volontiers, ils dansent ensemble, et les ménestrels chrétiens associent leurs voix au son des instrument arabes[41]. Les mineurs des deux partis, qui se rencontrent dans leur travail souterrain, conviennent de ne pas se nuire. Bien plus, chaque parti en vient à se haïr lui-même plus que l’ennemi. Richard est moins ennemi de Saladin que de Philippe-Auguste, et Saladin déteste les Assassins et les Alides plus que les chrétiens[42].

Pendant tout ce grand mouvement du monde, le roi de France faisait ses affaires à petit bruit. L’honneur à Richard, à lui le profit ; il semblait résigné au partage. Richard reste chargé de la cause de la chrétienté, s’amuse aux aventures, aux grands coups d’épée, s’immortalise et s’appauvrit. Philippe, qui est parti en jurant de ne point nuire à son rival, ne perd point de temps ; il passe à Rome pour demander au pape d’être délié de son serment[43]. Il entre en France à temps pour partager la Flandre, à la mort de Philippe d’Alsace ; il oblige sa fille et son gendre, le comte de Hainaut, d’en laisser une partie comme douaire à sa veuve ; mais il garde pour lui-même l’Artois et Saint-Omer, en mémoire de sa femme Isabelle de Flandre. Cependant, il excite les Aquitains à la révolte, il encourage le frère de Richard à se saisir du trône. Les renards font leur main, dans l’absence du lion. Qui sait s’il reviendra ? il se fera probablement tuer ou prendre. Il fut pris en effet, pris par des chrétiens, en trahison. Ce même duc d’Autriche qu’il avait outragé, dont il avait jeté la bannière dans les fosses de Saint-Jean d’Acre, le surprit passant incognito sur ses terres, et le livra à l’empereur Henri VI[44]. C’était le droit du moyen âge. L’étranger qui passait sur les terres du seigneur sans son consentement lui appartenait. L’empereur ne s’inquiéta pas du privilège de la croisade. Il avait détruit les Normands de Sicile, il trouva bon d’humilier ceux d’Angleterre. D’ailleurs Jean et Philippe-Auguste lui offraient autant d’argent que Richard en eût donné pour sa rançon. Il l’eût gardé sans doute ; mais la vieille Éléonore, le pape, les seigneurs allemands eux-mêmes, lui firent honte de retenir prisonnier le héros de la croisade. Il ne le lâcha toutefois qu’après avoir exigé de lui une énorme rançon de cent cinquante mille marcs d’argent ; de plus, il fallut qu’ôtant son chapeau de sa tête, Richard lui fît hommage, dans une diète de l’Empire. Henri lui concéda en retour le titre dérisoire du royaume d’Arles. Le héros revint chez lui (1194), après une captivité de treize mois, roi d’Arles, vassal de l’Empire et ruiné. Il lui suffit de paraître pour réduire Jean et repousser Philippe. Ses dernières années s’écoulèrent sans gloire dans une alternative de trêves et de petites guerres. Cependant les comtes de Bretagne, de Flandre, de Boulogne, de Champagne et de Blois étaient pour lui contre Philippe. Il périt au siège de Chaluz, dont il voulait forcer le seigneur à lui livrer un trésor (1199)[45]. Jean lui succéda, quoiqu’il eût désigné pour son héritier le jeune Arthur, son neveu, duc de Bretagne.

Cette période ne fut pas plus glorieuse pour Philippe. Les grands vassaux étaient jaloux de son agrandissement ; et il s’était imprudemment brouillé avec le pape, dont l’amitié avait élevé si haut sa maison. Philippe, qui avait épousé une princesse danoise dans l’unique espoir d’obtenir contre Richard une diversion des Danois, prit en dégoût la jeune barbare dès le jour des noces ; n’ayant plus besoin du secours de son père, il la répudia pour épouser Agnès de Méranie de la maison de Franche-Comté. Ce malheureux divorce, qui le brouilla plusieurs années avec l’Église, le condamna à l’inaction, et le rendit spectateur immobile et impuissant des grands événements qui se passèrent alors, de la mort de Richard et de la quatrième croisade.

Les Occidentaux avaient peu d’espoir de réussir dans une entreprise où avait échoué leur héros, Richard Cœur-de-Lion. Cependant, l’impulsion donnée depuis un siècle continuait de soi-même. Les politiques essayèrent de la mettre à profit. L’empereur Henri VI prêcha lui-même l’assemblée de Worms, déclarant qu’il voulait expier la captivité de Richard. L’enthousiasme fut au comble ; tous les princes allemands prirent la croix. Un grand nombre s’achemina par Constantinople, d’autres se laissèrent aller à suivre l’empereur, qui leur persuadait que la Sicile était le véritable chemin de la terre sainte. Il en tira un puissant secours pour conquérir ce royaume dont sa femme était héritière, mais dont tout le peuple, normand, italien, arabe, était d’accord pour repousser les Allemands. Il ne s’en rendit maître qu’en faisant couler des torrents de sang. On dit que sa femme elle-même l’empoisonna, vengeant sa patrie sur son époux. Henri, nourri par les juristes de Bologne dans l’idée du droit illimité des Césars, comptait se faire un point de départ pour envahir l’empire grec, comme avait fait Robert Guiscard, puis revenir en Italie, et réduire le pape au niveau du patriarche de Constantinople.

Cette conquête de l’empire grec, qu’il ne put accomplir, fut la suite, l’effet imprévu de la quatrième croisade. La mort de Saladin, l’avènement d’un jeune pape, plein d’ardeur (Innocent III), semblaient ranimer la chrétienté. La mort d’Henri VI rassurait l’Europe alarmée de sa puissance. La croisade prêchée par Foulques de Neuilly fut surtout populaire dans le nord de la France. Un comte de Champagne venait d’être roi de Jérusalem ; son frère, qui lui succédait en France, prit la croix, et avec lui la plupart de ses vassaux ; ce puissant seigneur était à lui seul suzerain de dix-huit cents fiefs. Nommons en tête de ses vassaux son maréchal de Champagne, Geoffroi de Villehardouin, l’historien de cette grande expédition, le premier historien de la France en langue vulgaire ; c’est encore un Champenois, le sire de Joinville, qui devait raconter l’histoire de saint Louis et la fin des croisades. Les seigneurs du nord de la France prirent la croix en foule, les comtes de Brienne, de Saint-Paul, de Boulogne, d’Amiens, les Dampierre, les Montmorency, le fameux Simon de Montfort, qui revenait de la terre sainte, où il avait conclu une trêve avec les Sarrasins au nom des chrétiens de la Palestine. Le mouvement se communiqua au Hainaut, à la Flandre ; le comte de Flandre, beau-frère du comte de Champagne, se trouva, par la mort prématurée de celui-ci, le chef principal de la croisade. Les rois de France et d’Angleterre avaient trop d’affaires ; l’Empire était divisé entre deux empereurs.

On ne songeait plus à prendre la route de terre. On connaissait trop bien les Grecs. Tout récemment, ils avaient massacré les Latins qui se trouvaient à Constantinople[46], et essayé de faire périr à son passage l’empereur Frédéric-Barberousse. Pour faire le trajet par mer, il fallait des vaisseaux ; on s’adressa aux Vénitiens[47]. Ces marchands profitèrent du besoin des croisés, et n’accordèrent pas à moins de quatre-vingt-cinq mille marcs d’argent. De plus, ils voulurent être associés à la croisade, en fournissant cinquante galères. Avec cette petite mise, ils stipulaient la moitié des conquêtes. Le vieux doge Dandolo, octogénaire et presque aveugle, ne voulut remettre à personne la direction d’une entreprise qui pouvait être si profitable à la république et déclara qu’il monterait lui-même sur la flotte[48]. Le marquis de Montferrat, Boniface, brave et pauvre prince, qui avait fait les guerres saintes, et dont le frère Conrad s’était illustré par la défense de Tyr, fut chargé du commandement en chef, et promit d’amener les Piémontais et les Savoyards.

Lorsque les croisés furent rassemblés à Venise, les Vénitiens leur déclarèrent, au milieu des fêtes du départ, qu’ils n’appareilleraient pas avant d’être payés. Chacun se saigna et donna ce qu’il avait emporté ; avec tout cela, il s’en fallait de trente-quatre mille marcs que la somme ne fût complète[49]. Alors l’excellent doge intercéda, et remontra au peuple qu’il ne serait pas honorable d’agir à la rigueur dans une si sainte entreprise. Il proposa que les croisés s’acquittassent en assiégeant préalablement, pour les Vénitiens, la ville de Zara, en Dalmatie, qui s’était soustraite au joug des Vénitiens, pour reconnaître le roi de Hongrie. Le roi de Hongrie avait lui-même pris la croix ; c’était mal commencer la croisade que d’attaquer une de ses villes. Le légat du pape eut beau réclamer, le doge lui déclara que l’armée pouvait se passer de ses directions, prit la croix sur son bonnet ducal, et entraîna les croisés devant Zara[50], puis devant Trieste. Ils conquirent, pour leurs bons amis de Venise, presque toutes les villes de l’Istrie.

Pendant que ces braves et honnêtes chevaliers gagnent leur passage à cette guerre, « voici venir, dit Villehardouin, une grande merveille, une aventure inespérée et la plus étrange du monde ». Un jeune prince grec, fils de l’empereur Isaac, alors dépossédé par son frère, vient embrasser les genoux des croisés, et leur promettre des avantages immenses, s’ils veulent rétablir son père sur le trône. Ils seront tous riches à jamais, l’Église grecque se soumettra au pape, et l’empereur rétabli les aidera de tout son pouvoir à reconquérir Jérusalem. Dandolo est le premier touché de l’infortune du prince. Il décida les croisés à commencer la croisade par Constantinople. En vain le pape lança l’interdit, en vain Simon de Montfort et plusieurs autres[51] se séparèrent d’eux et cinglèrent vers Jérusalem. La majorité suivit les chefs, Beaudoin et Boniface, qui se rangeaient à l’avis des Vénitiens.

Quelque opposition que mît le pape à l’entreprise, les croisés croyaient faire œuvre sainte en lui soumettant l’Église grecque malgré lui. L’opposition et la haine mutuelle des Latins et des Grecs ne pouvaient plus croître. La vieille guerre religieuse, commencée par Photius au neuvième siècle[52], avait repris au onzième (vers l’an 1053)[53]. Cependant l’opposition commune contre les mahométans, qui menaçaient Constantinople, semblait devoir amener une réunion. L’empereur Constantin Monomaque fit de grands efforts ; il appela les légats du pape ; les deux clergés se virent, s’examinèrent, mais dans le langage de leurs adversaires ils crurent n’entendre que des blasphèmes, et, des deux côtés l’horreur augmenta. Ils se quittèrent en consacrant la rupture des deux Églises par une excommunication mutuelle (1054).

Avant la fin du siècle, la croisade de Jérusalem, sollicitée par les Comnène eux-mêmes, amena les Latins à Constantinople. Alors les haines nationales s’ajoutèrent aux haines religieuses ; les Grecs détestèrent la brutale insolence des Occidentaux ; ceux-ci accusèrent la trahison des Grecs. À chaque croisade, les Francs qui passaient par Constantinople délibéraient s’ils ne s’en rendraient pas maîtres, et ils l’auraient fait sans la loyauté de Godefroi de Bouillon et de Louis-le-Jeune. Lorsque la nationalité grecque eut un réveil si terrible sous le tyran Andronic, les Latins établis à Constantinople furent enveloppés dans un même massacre (avril 1182)[54]. L’intérêt du commerce en ramena un grand nombre sous les successeurs d’Andronic, malgré le péril continuel. C’était au sein même de Constantinople une colonie ennemie, qui appelait les Occidentaux et devait les seconder, si jamais ils tentaient un coup de main sur la capitale de l’empire grec. Entre tous les Latins, les seuls Vénitiens pouvaient et souhaitaient cette grande chose. Concurrents des Génois pour le commerce du Levant, ils craignaient d’être prévenus par eux. Sans parler de ce grand nom de Constantinople et des précieuses richesses enfermées dans ses murs où l’empire romain s’était réfugié, sa position dominante entre l’Europe et l’Asie promettait à qui pourrait la prendre le monopole du commerce et la domination des mers. Le vieux doge Dandolo, que les Grecs avaient autrefois privé de la vue, poursuivait ce projet avec toute l’ardeur du patriotisme et de la vengeance. On assure enfin que le sultan Malek-Adhel, menacé par la croisade, avait fait contribuer toute la Syrie pour acheter l’amitié des Vénitiens, et détourner sur Constantinople le danger qui menaçait la Judée et l’Égypte. Nicétas, bien plus instruit que Villehardouin des précédents de la croisade, assure que tout était préparé, et que l’arrivée du jeune Alexis ne fit qu’augmenter une impulsion déjà donnée : « Ce fut, dit-il, un flot sur un flot. »

Les croisés furent, dans la main de Venise, une force aveugle et brutale qu’elle lança contre l’empire byzantin. Ils ignoraient et les motifs des Vénitiens, et leurs intelligences, et l’état de l’empire qu’ils attaquaient. Aussi, quand ils se virent en face de cette prodigieuse Constantinople, qu’ils aperçurent ces palais, ces églises innombrables, qui étincelaient au soleil avec leurs dômes dorés, lorsqu’ils virent ces myriades d’hommes sur les remparts, ils ne purent se défendre de quelque émotion : « Et sachez, dit Villehardouin, que il ne ot si hardi cui le cuer ne frémist… Chacun regardoit ses armes… que par tems en aront mestier. »

La population était grande, il est vrai, mais la ville était désarmée. Il était convenu, entre les Grecs, depuis qu’ils avaient repoussé les Arabes, que Constantinople était imprenable, et cette opinion faisait négliger tous les moyens de la rendre telle. Elle avait seize cent bateaux pêcheurs et seulement vingt vaisseaux. Elle n’en envoya aucun contre la flotte latine ; aucun n’essaya de descendre le courant pour y jeter le feu grégeois. Soixante mille hommes apparurent sur le rivage, magnifiquement armes, mais au premier signe des croisés ils s’évanouirent[55]. Dans la réalité, cette cavalerie légère n’eût pu soutenir le choc de la lourde gendarmerie des Latins. La ville n’avait que ses fortes murailles et quelques corps d’excellentes troupes, je parle de la garde varangienne, composée de Danois et de Saxons, réfugiés d’Angleterre. Ajoutez-y quelques auxiliaires de Pise. La rivalité commerciale et politique armait partout les Pisans contre les Vénitiens.

Ceux-ci avaient probablement des amis dans la ville. Dès qu’ils eurent forcé le port, dès qu’ils se présentèrent au pied des murs, l’étendard de Saint-Marc y apparut, planté par une main invisible, et le doge s’empara rapidement de vingt-cinq tours. Mais il lui fallut perdre cet avantage pour aller au secours des Francs, enveloppés par cette cavalerie grecque qu’ils avaient tant méprisée. La nuit même, l’empereur désespéra et s’enfuit ; on tira de prison son prédécesseur, le vieil Isaac Comnène, et les croisés n’eurent plus qu’à entrer triomphants dans Constantinople.

Il était impossible que la croisade se terminât ainsi. Le nouvel empereur ne pouvait satisfaire l’exigence de ses libérateurs qu’en ruinant ses sujets. Les Grecs murmuraient, les Latins pressaient, menaçaient. En attendant, ils insultaient le peuple de mille manières, et l’empereur lui-même qui était leur ouvrage. Un jour, en jouant aux dés avec le prince Alexis, ils le coiffèrent d’un bonnet de laine ou de poil. Ils choquaient à plaisir tous les usages des Grecs, et se scandalisaient de tout ce qui leur était nouveau. Ayant vu une mosquée ou une synagogue, ils fondirent sur les infidèles ; ceux-ci se défendirent. Le feu fut mis à quelques maisons : l’incendie gagna, il embrasa la partie la plus peuplée de Constantinople, dura huit jours et s’étendit sur une surface d’une lieue.

Cet événement mit le comble à l’exaspération du peuple. Il se souleva contre l’empereur dont la restauration avait entraîné tant de calamités. La pourpre fut offerte pendant trois jours à tous les sénateurs. Il fallait un grand courage pour l’accepter. Les Vénitiens qui, ce semble, eussent pu essayer d’intervenir, restaient hors des murs, et attendaient. Peut-être craignaient-ils de s’engager dans cette ville immense où ils auraient pu être écrasés. Peut-être leur convenait-il de laisser accabler l’empereur qu’ils avaient fait, pour rentrer en ennemis dans Constantinople. Le vieil Isaac fut en effet mis à mort, et remplacé par un prince de la maison royale, Alexis Murzuphle, qui se montra digne des circonstances critiques où il acceptait l’empire. Il commença par repousser les propositions captieuses des Vénitiens, qui offraient encore de se contenter d’une somme d’argent. Ils l’auraient ainsi ruiné et rendu odieux au peuple, comme son prédécesseur. Murzuphle leva de l’argent, mais pour faire la guerre. Il arma des vaisseaux, et par deux fois essaya de brûler la flotte ennemie. Le péril était grand pour les Latins. Cependant, il était impossible que Murzuphle improvisât une armée. Les croisés étaient bien autrement aguerris ; les Grecs ne purent soutenir l’assaut ; Nicétas avoue naïvement que, dans ce moment terrible, un chevalier latin, qui renversait tout devant lui, leur parut haut de cinquante pieds[56].

Les chefs s’efforcèrent de limiter les abus de la victoire ; ils défendirent, sous peine de mort, le viol des femmes mariées, des vierges et des religieuses. Mais la ville fut cruellement pillée. Telle fut l’énormité du butin, que cinquante mille marcs ayant été ajoutés à la part des Vénitiens, pour dernier payement de la dette, il resta aux Francs cinq cent mille marcs[57]. Un nombre innombrable de monuments précieux, entassés dans Constantinople, depuis que l’empire avait perdu tant de provinces, périrent sous les mains de ceux qui se les disputaient, qui voulaient les partager, ou qui détruisaient pour détruire. Les églises, les tombeaux, ne furent point respectés. Une prostituée chanta et dansa dans la chaire du patriarche[58]. Les barbares dispersèrent les ossements des empereurs ; quand ils vinrent au tombeau de Justinien, ils s’aperçurent avec surprise que le législateur était encore tout entier dans son tombeau.

À qui devait revenir l’honneur de s’asseoir dans le trône de Justinien, et de fonder le nouvel empire ? Le plus digne était le vieux Dandolo. Mais les Vénitiens eux-mêmes s’y opposèrent : il ne leur convenait pas de donner à une famille ce qui était à la république. Pour la gloire de restaurer l’empire, elle les touchait peu ; ce qu’ils voulaient, ces marchands, c’étaient des ports, des entrepôts, une longue chaîne de comptoirs, qui leur assurât toute la route de l’Orient. Ils prirent pour eux les rivages et les îles ; de plus, trois des huit quartiers de Constantinople, avec le titre bizarre de seigneurs d’un quart et demi de l’empire grec[59].

L’empire, réduit à un quart, fut déféré à Beaudoin, comte de Flandre, descendant de Charlemagne et parent du roi de France. Le marquis de Montferrat se contenta du royaume de Macédoine. La plus grande partie de l’empire, celle même qui était échue aux Vénitiens, fut démembrée en fiefs.

Le premier soin du nouvel empereur fut de s’excuser auprès du pape. Celui-ci se trouva embarrassé de son triomphe involontaire. C’était un grand coup porté à l’infaillibilité pontificale, que Dieu eût justifié par le succès une guerre condamnée du saint-siège. L’union des deux Églises, le rapprochement des deux moitiés de la chrétienté, avait été consommé par des hommes frappés de l’interdit. Il ne restait au pape qu’à réformer sa sentence et pardonner à ces conquérants qui voulaient bien demander pardon. La tristesse d’Innocent III est visible dans sa réponse à l’empereur Beaudoin. Il se compare au pêcheur de l’Évangile, qui s’effraye de la pêche miraculeuse ; puis il prétend audacieusement qu’il est pour quelque chose dans le succès ; qu’il a, lui aussi, tendu le filet : « Hoc unum audacter affirmo, qui laxavi retia in capturam[60]. » Mais il était au-dessus de sa toute-puissance de persuader une telle chose, de faire que ce qu’il avait dit n’eût pas été dit, qu’il eût approuvé ce qu’il avait désapprouvé. La conquête de l’empire grec ébranlait son autorité dans l’Occident plus qu’elle ne l’étendait dans l’Orient.

Les résultats de ce mémorable événement ne furent pas aussi grands qu’on eût pu le penser. L’empire latin de Constantinople dura moins encore que le royaume latin de Jérusalem (1204-1261). Venise seule en tira d’immenses avantages matériels. La France n’y gagna qu’en influence ; ses mœurs et sa langue, déjà portées si loin par la première croisade, se répandirent dans l’Orient. Beaudoin et Boniface, l’empereur et le roi de Macédoine, étaient cousins du roi de France. Le comte de Blois eut le duché de Nicée ; le comte de Saint-Paul, celui de Demotica, près d’Andrinople. Notre historien, Geoffroi de Yillehardouin, réunit les offices de maréchal de Champagne et de Romanie. Longtemps encore après la chute de l’empire latin de Constantinople, vers 1300, le Catalan Montaner nous assure que dans la principauté de Morée et le duché d’Athènes, « on parlait français aussi bien qu’à Paris[61] ».

  1. Il proclamait l’inutilité des sacrements, de la messe et de la hiérarchie, la communauté des femmes, etc. Il marchait couvert d’habits dorés, les cheveux tressés avec des bandelettes, accompagné de trois mille disciples, et leur donnait de splendides festins. — App. 99.
  2. Il se nommait Éon de l’Étoile. Ce nom d’Éon rappelle les doctrines gnostiques. C’était un gentilhomme de Loudéac ; d’abord ermite dans la forêt de Brocéliande, il y reçut de Merlin le conseil d’écouter les premières paroles de l’Évangile, à la messe. Il se crut désigné par ces mots : « Per Eum qui venturus est judicare, etc., et se donna dès lors pour fils de Dieu. Il s’attirait de nombreux disciples, qu’il appelait Sapience, Jugement, Science, etc. App. 100.
  3. App. 101.
  4. App. 102.
  5. Math. Paris : « Dieu le punit : il devint si idiot que son fils eut peine à lui faire rapprendre le Pater. »
  6. Math. Paris : « In Alemannia mulierum continentium, quæ se Beguinas volunt appellari, multitudo surrexit innumerabilis, adeo ut solam Coloniam mille vel plures inhabitarent. » — Behgin, du saxon beggen, dans Ulphilas bedgan (en allem. beten), prier.
  7. « Inter omnes sectas quæ sunt vel fuerunt… est diuturnior. » (Reinerus.)
  8. Nous renvoyons sur ce grand sujet au livre de M. N. Peyrat : Les Réformateurs de la France et de l’Italie au douzième siècle. 1860.
  9. Que de choses nous leur devons : la distillation, les sirops, les onguents, les premiers instruments de chirurgie, la lithotritie, ces chiffres arabes que notre Chambre des comptes n’adopta qu’au dix-septième siècle, l’arithmétique et l’algèbre, l’indispensable instrument des sciences (1860). Voy. Renaissance, Introduction.
  10. Richard portait à Chypre un manteau de soie brodé de croissants d’argent.
  11. App. 103.
  12. App. 104.
  13. Oc et non.
  14. App. 105.
  15. On appelait les hérétiques Bulgares, ou Catharins, du mot grec καθαρόσ, i. e. pur.

    En conservant sur les Albigeois notre récit basé sur le poème orthodoxe qu’a publié M. Fauriel et sur la Chronique en prose qu’on en a tirée au quatorzième siècle, nous renvoyons à la savante histoire de M. Schmidt, reconstruite avec les interrogatoires trouvés dans les archives de Carcassonne et de Toulouse. Nous attendons impatiemment l’ouvrage de M. N. Peyrat, qui a eu d’autres sources et va renouveler une histoire écrite jusqu’ici sur le seul témoignage des persécuteurs (1860).
  16. Pierre de Vaux-Cernay.
  17. App. 106.
  18. Le mahométisme se réconcilie en ce moment dans l’Inde avec les religions du pays, comme avec le christianisme au temps de Frédéric II. (Note de 1833.)
  19. On le nomma pape a trente-sept ans… « propter honestatem morum et scientiam litterarum, flentem, ejulantem et renitentem ». App. 107.
  20. On sait l’histoire du soufflet qu’un juif recevait chaque année à Toulouse, le jour de la Passion. — Au Puy, toutes les fois qu’il s’élevait un débat entre deux juifs, c’étaient les enfants de chœur qui décidaient : « afin que la grande innocence des juges corrigeât la grande malice des plaideurs ». Dans la Provence, dans la Bourgogne, on leur interdisait l’entrée des bains publics, excepté le vendredi, le jour de Vénus, où les bains étaient ouverts aux baladins et aux prostituées.
  21. La date la plus sinistre, la plus sombre de toute l’histoire est l’an 1200, le 93 de l’Église. C’est l’époque de l’organisation de la grande police ecclésiastique basée sur la confession. Ils ont exterminé un peuple et une civilisation. Voy. Renaissance, Introduction.
  22. Déjà Grégoire VII avait exigé des métropolitains un serment d’hommage et de fidélité. App. 108.
  23. « L’Allemagne, du sein de ses nuages, lançait une pluie de fer sur l’Italie. » (Cornol. Zaniliet.) Rome se détendait par son climat :

    Roma, ferax febrium, necis est uberrima frugum ;
    Romanæ febres stabiti sunt jure fideles.

    (Pierre Damien.)
  24. Beaudoin Bras-de-Fer avait enlevé, puis épousé Judith, fille de Charles-le-Chauve.
  25. Lorsque Philippe apprit les premiers mouvements de grands vassaux, il dit sans s’étonner, en présence de sa cour, au rapport d’une ancienne chronique manuscrite : « Jaçoit ce chose que il facent orendroit (dorénavant) lor forces ; et lor grang outraiges et grang vilonies, si me les convient à souffrir ; se à Dieu plest, ils affoibloieront et envieilliront, et je croistrai se Dieu plest, en force et en povoir : si en serai en tores (à mon tour) vengié à mon talent. »
  26. Par exemple chez le roi Murat et le maréchal Lannes.
  27. Boba-Eddin.
  28. App. 109.
  29. Il jeûnait toutes les fois que sa santé le lui permettait, et faisait lire l’Alcoran à tous ses serviteurs. Ayant vu un jour un petit enfant qui le lisait à son père, il en fut touché jusqu’aux larmes.
  30. Avec Lusignan furent faits prisonniers le prince d’Antioche, le marquis de Montferrat, le comte d’Édesse, le connétable du royaume, les grands maîtres du Temple et de Jérusalem, et presque toute la noblesse de la terre sainte.
  31. L’historien prétend que les Turcs étaient plus de trois cent mille.
  32. « Cum a physicis esset suggestum posse curari eum si rebus venereis uti vellet, respondit : malle se mori, quam in peregrinatione divina corpus suum per libidinem maculare. »
  33. Boha-Eddin.
  34. Le catalogue des morts contient les noms de six archevêques, douze évêques, quarante-cinq comtes et cinq cents barons. — Suivant Aboulfarage, il périt cent quatre-vingt mille musulmans.
  35. Boha-Eddin, qui rapporte ce propos, le tenait de la bouche même de Saladin.
  36. Gaut. de Vinisauf.
  37. Joinville. « Le roy Richart fist tant d’armes outremer à celle foys que il y fu, que quant les chevaus aus Sarrasins avoient pouour d’aucun bisson, leur mestre leur disoient : Cuides-tu, fesoient-ils à leur chevaus, que ce soit le roy Richart d’Angleterre ? Et quant les enfans aux Sarrasines bréoient, elles leur disoient : Tai-toy, tay-toy, ou je irai querre le roy Richart qui te tuera. »
  38. Devant Ptolémaïs, plusieurs barons français passèrent sous les drapeaux d’Angleterre : la Chronique de Saint-Denis n’appelle plus, depuis cette époque, le roi d’Angleterre du nom de Richard, mais de Trichard.
  39. Joinville : « Tandis qu’ils estoyent en ces paroles, un sien chevalier lui escria : Sire, Sire, venez juesques ici, et je vous montrerai Jérusalem. » Et quant il oy ce, il geta sa cote à armer devant ses yex tout en plorant, et dit à Nostre-Seigneur : « Biau Sire Diex, je te pri que tu ne seuffres que je voie ta sainte cité, puisque je ne la puis délivrer des mains de tes ennemis. »
  40. Par exemple le camp de Ptolémaïs, en 1191.
  41. Les croisés furent souvent admis à la table de Saladin, et les émirs à celle de Richard.
  42. Saladin envoya aux rois chrétiens, à leur arrivée, des prunes de Damas et d’autres fruits ; ils lui envoyèrent des bijoux. Philippe et Richard s’accusèrent l’un l’autre de correspondance avec les musulmans. Richard portait à Chypre un manteau parsemé de croissants d’argent. — Richard fit proposer en mariage à Malek-Adhel sa sœur, veuve de Guillaume de Sicile ; sous les auspices de Saladin et de Richard, les deux époux devaient régner ensemble sur les musulmans et les chrétiens ; et gouverner le royaume de Jérusalem. Saladin parut accepter cette proposition sans répugnance ; les imans et les docteurs de la loi en furent fort surpris ; les évêques chrétiens menacèrent Jeanne et Richard de l’excommunication. Saladin voulut connaître les statuts de la chevalerie, et Malek-Adhel envoya son fils à Richard, pour que le jeune musulman fût fait chevalier dans l’assemblée des barons chrétiens.
  43. Le pape refusa.
  44. Comme Richard venait d’arriver à Vienne, après trois jours de marche, épuisé de fatigue et de faim, son valet, qui parlait le saxon, alla changer des besants d’or et acheter des provisions au marché. Il fit beaucoup d’étalage de son or, tranchant de l’homme de cour et affectant de belles manières ; on aperçut a sa ceinture des gants richement brodés, tels qu’en portaient les grands seigneurs de l’époque ; cela le rendit suspect, le bruit du débarquement de Richard s’était répandu en Autriche : on l’arrêta, et la torture lui fit tout avouer.
  45. TELUM LIMOGIÆ

    OCCIDIT LEONEM ANGLIÆ.

    Une religieuse de Kenterbury fit à Richard cette épitaphe : « L’avarice, l’adultère, le désir aveugle ont régné dix ans sur le trône d’Angleterre ; une arbalète les a détrônés. » (Rog. de Hoveden.)

  46. Un légat fut massacré, et sa tête traînée à la queue d’un chien par les rues de la ville. On passa au fil de l’épée jusqu’aux malades de l’hôpital Saint-Jean. On n’épargna que quatre mille des Latins, qui furent vendus aux Turcs.
  47. Ce fut Villehardouin qui porta la parole.
  48. Villehardouin.
  49. Un grand nombre de croisés avaient craint les difficultés du passage par Venise, et s’étaient allés embarquer à d’autres ports. Ces divisions faillirent plusieurs fois faire avorter toute l’entreprise.
  50. Le pape menaça les croisés de l’excommunication, parce que le roi de Hongrie, ayant pris la croix, était sous la protection de l’Église.
  51. App. 110.
  52. En 858, le laïque Photius fut mis à la place du patriarche Ignace par l’empereur Michel III. Nicolas Ier prit le parti d’Ignace. Photius anathématisa le pape en 867.
  53. Par une lettre du patriarche Michel à l’évêque de Trani, sur les azymes et le sahbat, et les observances de l’Église romaine.
  54. Dans une lettre encyclique, où il raconte la prise de Constantinople, Beaudoin accuse les Grecs d’avoir souvent contracté des alliances avec les infidèles ; de renouveler le baptême, de n’honorer le Christ que par des peintures (Christum solis honorare picturis) ; d’appeler les Latins du nom de chiens de ne pas se croire coupables en versant leur sang. Il rappelle la mort cruelle du légat envoyé à Constantinople en 1183.
  55. Dans un autre engagement : « Li Grieu lor tornèrent les dos, si furent desconfiz à la première assemblée (au premier choc). » (Yillehardouin.)
  56. Ailleurs il se contente de dire : « Ces Francs étaient aussi hauts que leurs piques. »
  57. Villehardouin.
  58. Nicétas : « Les croisés se revêtaient, non par besoin, mais pour en faire sentir le ridicule, de robes peintes, vêtement ordinaire des Grecs ; ils mettaient nos coiffures de toile sur la tête de leurs chevaux, et leur attachaient au cou les cordons qui, d’après notre coutume, doivent pendre par derrière ; quelques-uns tenaient dans leurs mains du papier, de l’encre et des écritoires pour nous railler, comme si nous n’étions que de mauvais scribes ou de simples copistes. Ils passaient des jours entiers à table ; les uns savouraient des mets délicats ; les autres ne mangeaient, suivant la coutume de leur pays, que du bœuf bouilli et du lard salé, de l’ail, de la farine, des fèves et une sauce très forte. »
  59. Sanuto.
  60. Il écrivit au clergé et à l’université de France qu’on envoyât aussitôt des clercs et des livres pour instruire les habitants de Constantinople.
  61. « E parlaven axi bell frances, com dins en Paris. »