Histoire du Moyen-Âge (Gosset)/CINQUIÈME SIÈCLE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

HISTOIRE

DU MOYEN-ÂGE


CINQUIÈME SIÈCLE.



Lhistoire du Moyen-Âge s’ouvre en réalité par la victoire du christianisme et par la translation du siége impérial à Byzance ; elle finit, avec le XVe siècle, à la renaissance intellectuelle de l’Occident.

Les causes de la longue décadence de l’empire romain sont bien connues. Le césarisme démocratique avait abouti au despotisme militaire ; l’avilissement du sénat et l’anarchie des légions entraînèrent la ruine commune. À l’unité du corps politique, déjà ébranlée par la division du pouvoir, sous Dioclétien, succéda le déchirement définitif de l’Orient et de l’Occident. Constantin fut le vrai destructeur du monde romain. En abandonnant Rome, en rappelant, au profit du pouvoir absolu, les armées qui protégeaient les frontières, il livra l’empire aux Barbares ; en proclamant la nouvelle loi religieuse, il tua la civilisation antique. « Les institutions de la vieille patrie, dit Chateaubriand, mouraient avec le vieux culte. » Douze siècles suivirent, pleins de vastes mouvements de peuples, de chocs de races, de sanglantes querelles religieuses, de supplices, de pestes, de famines, mais aussi de grands et nobles efforts intellectuels, politiques et sociaux.

Il est convenu que cette période historique date de la mort de Théodose, en 395, époque où l’empire fut partagé entre ses deux fils, Arcadius et Honorius. Cependant, il est nécessaire, avant d’entreprendre le récit synchronique des événements, siècle par siècle, de constater qu’une nouvelle forme d’administration, un nouveau système de politique et de gouvernement avaient dès lors profondément modifié le monde romain.

Sous Constantin, le despotisme asiatique succéda au despotisme militaire et produisit, ce qui semblait impossible, une recrudescence de bassesse et de servilité. La passion effrénée du luxe et des titres honorifiques étouffa les derniers instincts de l’honnêteté publique ; une superstition lâche et stupide remplaça souvent l’audace héroïque des premiers chrétiens. Le sénat de Constantinople ne rappelait même pas le sénat romain, assez avili pourtant depuis Tibère. Consuls et préteurs étaient devenus des fonctionnaires de parade, dont les attributions s’étendaient à peine au droit de régler la célébration des jeux. Les serviteurs actifs de l’Empire formaient une interminable hiérarchie, à la tête de laquelle se plaçaient les sept grands officiers de la Cour : le comte de la chambre sacrée ou grand Chambellan ; le maître des Offices, sorte de ministre d’État qui dirigeait toute la maison impériale, les arsenaux, les postes et la police composée de dix mille agents ; le Questeur du Palais, chargé de la rédaction des décrets ; le comte des Largesses sacrées, ministre des Finances, de qui relevait l’administration fiscale ; le comte du Domaine privé, chef des agents domaniaux, nommés Procuratores et Rationales ; le comte de la Cavalerie domestique et le comte de l’Infanterie domestique, ayant sous leurs ordres trois mille cinq cents hommes recrutés surtout parmi les Arméniens. Au-dessous de ces hauts dignitaires venait la foule des parasites de Cour, pages, huissiers, espions, eunuques et cochers du cirque.

L’Empire était divisé en quatre préfectures : Orient, Illyrie, Italie et Gaule. Quatre préfets du Prétoire, auxquels on avait retiré les attributions militaires, exerçaient le pouvoir civil dans les préfectures, organisation ébauchée déjà par Dioclétien et régularisée par Constantin. Les quatre préfectures comprenaient treize diocèses et cent dix-sept provinces, Rome et Constantinople formant chacune un diocèse particulier. La préfecture d’Orient se subdivisait en diocèses d’Orient d’Égypte, de Pont, de Thrace, en vicariat d’Asie et en proconsulat d’Asie ; celle d’Illyrie, en diocèses de Dacie et de Macédoine ; celle d’Italie, en diocèses d’Illyrie occidentale et d’Afrique occidentale ; celle des Gaules, en diocèses d’Espagne, de Gaule et de Bretagne. Un nombreux personnel d’administrateurs, distribué en une savante hiérarchie, fut interposé entre le peuple et l’empereur dont la volonté, transmise par les ministres aux préfets du Prétoire, passa de ceux-ci aux présidents de diocèses, pour descendre par les gouverneurs de provinces jusqu’aux cités. Toutes les charges gouvernementales donnaient à ceux qui en étaient investis des titres de noblesse personnelle et intransmissible. Ministres et préfets se nommaient les Illustres ; Proconsuls, Vicaires, Comtes et Ducs étaient Spectabiles ; Consulaires, Correcteurs et Présidents étaient Clarissimi. Il y eut aussi des Perfectissimi et des Egregii. Les princes de la maison impériale avaient le titre de Nobilissimi.

La hiérarchie militaire commençait par le Maître de la cavalerie et le Maître de l’infanterie, fonctions qui furent doublées après le partage de l’Empire. Sous leurs ordres venaient les Comtes militaires et les Ducs qui, seuls, disposaient des troupes dans leurs départements respectifs. L’armée, en grande partie, n’était composée que de Barbares. Ces corps mercenaires, échelonnés le long des frontières, devaient promptement devenir dangereux. Réduites de six mille hommes à quinze cents, les légions tenaient garnison dans les villes de l’intérieur et ne pouvaient plus inspirer à leurs chefs ces ambitieux égarements qui avaient produit tant d’usurpations et de crimes. D’ailleurs, marqués comme des forçats, jaloux uniquement des avantages accordés aux Palatins, garde particulière de l’Empereur, dégradés de toute façon, les soldats romains avaient perdu jusqu’au sentiment de la patrie.

Cette double hiérarchie, cette multitude de fonctionnaires subalternes augmentaient la pompe de la cour en épuisant l’État obligé de demander chaque jour davantage à l’impôt, tandis que la misère générale était telle qu’on renonçait à se donner une famille. La plus odieuse des impositions était l’impôt personnel, capitatio. Pour l’impôt foncier, la somme due par chaque province était déterminée d’après un cadastre révisé tous les quinze ans (Indictio). Établie peut-être en 312 par Constantin, cette période quindécennale est le Cycle des Indictions. Il y avait également la Capitatio plebeia que subissaient les artisans, les journaliers, les colons et les esclaves dont la taxe était payée par les maîtres. L’Aurum lustrale, la Lustralis collatio ou le Chrysargyre, étaient levés sur le commerce et l’industrie, avec une rigueur à laquelle les plus pauvres ne pouvaient se soustraire. Si l’on ajoute à ces impôts généraux les droits énormes sur les ventes aux enchères, les héritages, les affranchissements, les obligations vexatoires d’héberger les soldats et les magistrats en mission, d’entretenir les voies publiques, etc., on s’explique la guerre pleine de ruses et de violences que se faisaient les contribuables et les agents fiscaux. Les domaines de l’Empereur étaient naturellement exempts de toute taxe et l’Église avait obtenu le même privilége. Cette prérogative s’étendait d’ailleurs à la plupart des classes riches, de sorte que les charges budgétaires pesaient entièrement sur la bourgeoisie urbaine. Les corporations, formées depuis Alexandre Sévère par les artisans des villes, étaient devenues des prisons d’où le gouvernement leur défendait de sortir, afin de forcer les citoyens au travail et d’arrêter la décroissance de la production. Les petits propriétaires des campagnes, ruinés par les guerres incessantes ou dépouillés par les grands, étaient contraints de se faire colons du riche, se trouvaient enchaînés à la terre et perdaient, sinon le titre, du moins les droits de l’homme libre. Cet abaissement moral et matériel inspira le dégoût du travail, et la population diminua dans de telles proportions qu’il fallut repeupler des provinces désertes avec des colonies de Barbares.

C’est ainsi que les progrès du despotisme impérial eurent bientôt détruit les dernières institutions libres qui subsistaient dans le régime municipal. À l’image de Rome, chaque ville, en effet, possédait une sorte de sénat, nommé Curie, composé de propriétaires ayant au moins vingt-cinq arpents. Ceux-ci se nommaient Curiales. C’était parmi eux qu’on choisissait les Décurions, ou membres spéciaux de la Curie. À leur tête se trouvaient les Duumvirs, dont l’autorité n’était qu’annuelle et dont les attributions consistaient dans la présidence du conseil, l’administration générale des affaires de la cité, le maintien de l’ordre, etc. Mais quand, pour satisfaire les besoins d’un luxe insatiable et pour acheter la fidélité toujours douteuse des armées, les Empereurs furent obligés de multiplier les impôts, la situation des Curiales devint intolérable. C’étaient eux qui, en qualité d’administrateurs des revenus et des intérêts des municipes, percevaient les impôts publics sous la responsabilité de leurs biens propres. Or, la contribution foncière, de plus en plus lourde, ayant entraîné l’abandon d’une grande partie des terres, le fisc prit le parti de reporter sur les champs fertiles la taxe des champs non cultivés. Dès lors, les Curiales, certains de la ruine, tentèrent par tous les moyens de se soustraire à leurs fonctions, soit en s’incorporant dans le clergé, dans l’armée, soit en s’expatriant chez les Barbares. De son côté, peu disposé à se passer de ses contribuables et des garants de ses revenus, l’État prit pour les retenir les mesures les plus oppressives. On alla jusqu’à punir de mort celui qui donnait asile à un membre de la Curie se dérobant à sa magistrature. Les juifs et les hérétiques furent admis à cette charge et on finit par condamner les criminels à devenir Curiales ; mais tous les efforts de l’autorité ne parvinrent qu’à enchaîner un petit nombre de citoyens voués à la misère et au désespoir.

Pendant que la liberté individuelle cessait d’exister dans la classe moyenne, le sort des esclaves tendait à s’améliorer. Grâce à l’influence du christianisme et de la philosophie stoïcienne, les lois sur l’esclavage s’étaient modifiées.

Le christianisme naissant se montra plein de sollicitude pour l’esclave : « Maîtres, traitez bien vos esclaves, disait saint Paul, vous souvenant que vous avez dans le ciel un Seigneur qui est votre maître et le leur, et qui ne distingue point entre les hommes. » Depuis Antonin, les maîtres n’avaient plus droit de vie et de mort sur leurs esclaves.

Peu après, on autorisa ceux-ci à disposer en partie de leur pécule. Enfin, attaché indissolublement à une terre déterminée, l’esclave ne put être vendu au loin, ni séparé légalement de sa famille. Cette nouvelle condition, connue sous le nom de servage, fut subie pendant le Moyen-Âge et plus tard par tous les habitants des campagnes.

Le monde antique s’écroulait, et le christianisme, chaque jour plus puissant, hâtait sa ruine. Bien que protégée par le trône impérial, l’Église ne s’intéressait pas au salut de l’Empire. N’ayant point de patrie, elle ne redoutait pas l’invasion étrangère. Les Barbares pouvaient venir, car les Burgundes étaient convertis à l’Évangile, et l’évêque arien Ulphilas traduisait la Bible chez les Goths de la Dacie. Déjà, à la fin du IVe siècle, les hordes asiatiques s’étaient ébranlées, et les peuples germains, poussés par les Slaves et les Huns, se pressaient sur les frontières : Suèves, Alamans, Bavarois au midi, entre le Mein et le lac de Constance ; Marcomans, Quades, Hermundures, Hérules et la grande nation des Goths au bord du Danube ; à l’ouest, le long du Rhin, la confédération des Franks, Saliens, Ripuaires, Sicambres, Bructères, Cattes, etc., au nord, entre le lac Flévo et l’embouchure de l’Ems, les Frisons, reste des Bataves ; plus à l’est, Vandales, Burgundes, Rugiens, Longobards ; entre l’Elbe et l’Eider, les Angles et les Saxons.

Le génie de ces peuples barbares était bien différent de celui du monde romain. Belliqueux, fiers, amoureux d’aventures, les Germains détestaient la discipline et la servitude. Malgré leur caractère guerrier, ils donnaient à la liberté individuelle la prééminence la plus absolue. À l’âge de quinze ans, les enfants acquéraient dans une assemblée publique le droit de marcher armés ; à vingt-cinq ans, ils cessaient d’être soumis à l’autorité paternelle, se mariaient et devenaient chefs de famille. Dès qu’il atteignait l’âge où les forces faiblissent, le père transmettait à son fils aîné le pouvoir familial et se tuait souvent, afin d’entrer dans le Walhalla fermé pour ceux qui mouraient dans leur lit. Dans ces sociétés démocratiques, la puissance tant législative qu’exécutive, résidait dans l’assemblée des propriétaires fonciers des communes qui décidait de la guerre et de toutes les mesures d’intérêt général. L’existence d’une antique noblesse, dépourvue de priviléges politiques, ne modifiait en rien cette organisation sociale, et ce ne fut qu’après l’initiation aux idées romaines et bibliques que la royauté acquit plus d’éclat extérieur et de pouvoir intérieur. Quand il s’agissait de repousser une invasion, la nation entière se levait. Faute de fer, les grandes lances et les grandes épées étaient rares ; les cuirasses plus encore. Quelques chefs portaient seuls des casques. Presque toujours la tête restait nue et le corps n’était protégé que par des branchages entrelacés. L’arme principale était la framée consistant en une hampe garnie d’un morceau de fer étroit, court, effilé, également propre à frapper d’estoc, de taille et de jet. Habiles à guider les chevaux sans selle ni étriers, les cavaliers attaquaient souvent mêlés à l’infanterie. On allait au combat au bruit rauque des cornets, au fracas des boucliers heurtés, au rhythme d’un chant de guerre, aux retentissantes clameurs des femmes et des enfants.

Les Germains pratiquaient l’agriculture sur une assez vaste échelle, et si les Romains avaient à cet égard une opinion contraire, c’est qu’ils jugeaient uniquement au point de vue de la culture savante et perfectionnée de l’Italie. On donnait, il est vrai, peu de soins aux prairies et aux jardins ; mais la vaste étendue du territoire permettait de nourrir sans peine d’immenses troupeaux. Les pâturages, les pacages, les forêts étaient le plus souvent la propriété collective d’un ou de plusieurs villages. Quant aux terres arables, du moins pour les bourgades circonscrites, on répartissait, chaque année, entre les divers membres de la commune et suivant leurs droits respectifs, l’étendue de terrain que chacun d’eux était tenu de cultiver. Il n’existait pas de villes dans l’ancienne Germanie ; on n’y rencontrait que des bourgades de deux catégories : celles qu’enveloppait une enceinte, où les habitations se trouvaient agglomérées, et celles de culture, composées de métairies isolées.

Bien que toujours placées sous la tutelle de l’homme, les femmes étaient entourées de soins et de respect. D’ailleurs, les mœurs de la famille étaient sévères, la fidélité conjugale était strictement observée et l’on ne trouvait d’exemple de polygamie que parmi les chefs, désireux de se créer ainsi des alliances puissantes. Vêtues à peu près comme les hommes, les femmes présidaient aux soins intérieurs de la maison. Elles offraient aux convives la bière, l’hydromel ou le vin dans la corne de buffle incrustée d’ornements d’argent. Ces festins donnaient lieu à de bruyantes réjouissances où s’exaltait la violence de ces hommes de guerre. Ils s’y plaisaient à boire jusqu’à l’ivresse, à jouer jusqu’à leurs femmes, leurs enfants et leur propre personne, et ils terminaient fréquemment la fête par des mêlées sanglantes.

Les idées religieuses de ces peuples, produit d’une cosmogonie orientale, s’étaient modifiées selon les temps et les races. Les dieux de cette mythologie, considérés comme régulateurs de l’univers, non comme créateurs, ne furent d’abord que des personnifications des forces de la nature. Dépouillés peu à peu de leur pureté originelle, ils envahirent le monde moral, et devinrent l’objet d’une vénération profonde. Ces dieux, d’origine scandinave, étaient : Wuotan ou Wodden, l’Odin du nord, père du temps, suprême distributeur de la victoire dont les Walkyries étaient les messagères ; Tion (le Tyr du nord), le dieu des combats ; Fro (Freyr), le dieu de la paix ; Donar (Thor), le protecteur de l’agriculture et de la famille ; l’antique dieu du feu, Loki ou Phol, adoré surtout chez les Frisons ; Freia (Frigga), l’épouse de Wuotan, la souveraine déesse qui préside aux mariages ; Frouwa (Freyja), l’épouse de Fro, déesse de l’amour dont le char était attelé de chats et à qui appartenait la moitié des guerriers tués dans les combats, dès leur arrivée dans le Walhalla, séjour des héros. En face du bois merveilleux nommé Glasur, planté d’arbres aux feuilles d’or, s’élevait ce palais divin, étrange paradis dont les joies étaient réservées aux braves morts sur les champs de bataille et à ceux de leurs compagnons d’armes qui se tuaient pour ne pas survivre à leurs chefs. Dans la grande salle d’honneur, les Walkyries leur servaient le vin que le seul Odin buvait d’ordinaire. Chaque matin, au chant du coq, les héros se livraient d’effroyables combats ; à midi toutes leurs blessures étaient guéries, et ils s’asseyaient au banquet présidé par Odin, l’enchanteur sans égal parmi les Ases.

Cette immortalité presque réalisée dans le Walhalla, n’était cependant que provisoire, car les dieux eux-mêmes étaient destinés à s’exterminer tôt ou tard dans une mêlée suprême, en expiation de leurs fautes ; et, des cendres de l’univers, dévoré par un incendie immense, devait sortir un monde supérieur et une nouvelle race de dieux.

Les Germains honoraient ces divinités par des chants, des prières et des sacrifices. Ils n’élevaient point de temples, et les prêtres, s’il en existait, ne formaient ni un corps sacerdotal, ni une classe privilégiée. Les cérémonies du culte se célébraient dans les bois sacrés. Pour connaître les volontés divines, on interrogeait le vol des oiseaux, le bruit harmonieux des eaux, le hennissement des chevaux blancs consacrés et les combinaisons mystérieuses des Runes. Les femmes excellaient dans l’interprétation des présages et devenaient parfois l’objet d’une haute vénération par leur habileté dans l’art prophétique.

Deux autres races de Barbares, les Slaves et les Huns, qui harcelaient les peuples de Germanie et les poussaient en quelque sorte à l’invasion, devaient bientôt pénétrer sur leurs traces jusqu’aux extrémités de l’Occident.

Les Slaves, dont l’histoire est enveloppée de ténèbres jusqu’au iie siècle de notre ère, furent d’abord connus sous les noms particuliers de Wendes et de Serbes. Ils habitaient à l’origine les versants des monts Karpathes d’où ils gagnèrent successivement au nord les bords de la Baltique, à l’est ceux du Volga. Vers l’époque de la grande migration des peuples, ils s’étendirent au delà de l’Elbe, puis au delà du Danube, jusqu’en Macédoine et en Grèce. Dans ces diverses migrations, les Slaves méridionaux se mêlèrent à des tribus germaines et formèrent des peuplades mixtes comme les Vandales établis entre le Danube et la mer Adriatique. Sous Constantin le Grand, ces derniers obtinrent l’autorisation de résider dans la Pannonie d’où ils se précipitèrent sur la Gaule en 406, avec les Suèves et les Alains. Les Slaves du nord, réunis aux Finnois, peuplèrent la Russie primitive, et les Slaves occidentaux se fractionnèrent en Lackes ou Polonais, Silésiens, Poméraniens, Tschèques ou Bohèmes, Moraves, Slovaques et Palabes. Ces derniers disparurent promptement. Seuls les Serbes de la Lusace se sont conservés à l’état de race slave au centre de l’Allemagne.

D’après le témoignage de Procope, qui vivait au vie siècle, les Slaves étaient laborieux, hospitaliers, paisibles, adonnés à l’agriculture et à l’élève du bétail. Tout semble indiquer que leur religion, d’abord monothéiste, se transforma à la longue en un polythéisme mêlé d’éléments Hindous, Perses, Grecs, Romains, Celtiques, Finnois et Germano-Scandinaves. La triple individualisation d’un Être suprême fut sans doute la base de leur culte pour Swiatowit, Perun, et Radegast. Au-dessous de cette triade venaient : Prowe, dieu de la justice ; Rugewit, dieu de la guerre ; Triglaw, Lado, Prija, Bjelbog, le dieu blanc ; Ternobog, le dieu noir ; Vegada, dieu de la température ; Intrebog, dieu du matin ; Diewana, déesse des forêts, Marzana, déesse de la mort ; Wolos, dieu des pasteurs.

Les principaux d’entre ces dieux étaient figurés soit avec quatre ou cinq têtes, soit avec cinq, six ou sept profils. Les Slaves, qui croyaient déjà à la résurrection, à des peines et à des récompenses futures, tardèrent assez longtemps à embrasser le christianisme, et ce ne fut qu’au ixe et au xe siècles qu’ils s’y résolurent.

Au milieu des calamités sans nom accumulées sur l’Occident, les Huns devaient encore raviver l’épouvante et porter la terreur même chez les hordes barbares. Descendants probables des Hiong-Nou qui, après avoir obsédé les Chinois pendant tout le iie siècle, allèrent s’établir au sud de la Sibérie, vers l’Iaïk (mont Oural), les Huns sont considérés comme appartenant aux races Mongole et Tatare. Toujours errants et partagés en tribus nombreuses, ils étaient venus du fond de l’Asie centrale jusque dans les plaines qui s’étendent du Volga au Danube, traînant après eux leurs troupeaux et leurs familles entassées dans d’immenses chariots. Leurs vêtements de peaux de bêtes, leurs chaussures informes, leurs têtes horribles, coiffées d’une sorte de bonnet recourbé, leur donnaient un aspect inconnu jusqu’alors aux populations occidentales. Armés d’un cimeterre, d’un filet et d’un javelot terminé par un os pointu, ils ne combattaient qu’à cheval, débandés, attaquant et fuyant tour à tour et poussant des hurlements sauvages. Par leur lubricité farouche et leur cruauté rapace, ces mangeurs de racines crues et de chair mortifiée sous la selle des chevaux provoquèrent sur leur passage autant d’effroi que de stupeur. Sans égaux pour la laideur et la férocité, ils dirigèrent invinciblement leurs incursions dévastatrices à travers les contrées qui s’étendent du Volga au Danube et à la Theiss, et finirent par occuper, entre le Danube et la Save, tout le territoire connu sous le nom de Pannonie. À l’époque où, par suite de discordes intestines et surtout par besoin de pillage, ils traversèrent le Volga, ils rencontrèrent les Alains, peuple de race Scythique, établis entre le Pont-Euxin et la mer Caspienne, le Cyrus et le Tanaïs. Moins difformes et moins fauves, grâce à un certain mélange avec les races Sarmates et Germaines, les Alains ne le cédaient en rien aux hordes Huniques pour la sauvagerie et l’intrépidité. Un cimeterre nu, planté dans le sol, symbole religieux de l’ancienne Scythie, était l’unique objet de leur culte, et, sur leurs chevaux caparaçonnés de crânes ennemis, ils allaient joyeusement au combat, altérés de sang, avides de dévastation et de liberté, dédaigneux de la mort.

Entre de tels adversaires la lutte fut effroyable et longue. Vers l’an 374, les Huns triomphèrent sans doute, car plusieurs tribus d’Alains abandonnèrent leurs déserts et se réfugièrent dans les gorges du Caucase. Cependant les vainqueurs offrirent une alliance qui fut acceptée par la plus grande partie de la nation vaincue. Dès lors, les Huns et les Alains réunis se précipitèrent sur l’empire gothique.

Le peuple Goth s’était récemment divisé en deux branches principales : la première comprenait les Terwinges et les Thaifales, Goths de l’ouest ou Wisigoths (Westgothen), répandus depuis le Danube jusqu’au Dniestr et aux monts Karpathes. La seconde branche était formée par les Grentunges, Goths de l’est ou Ostrogoths (Ostgothen), établis entre le Dniestr et le Don, dans les contrées méridionales de la Russie. Les deux branches de la nation gothique avaient pour roi unique Ermanrikh, de la race des Amales, quand, en 375, l’invasion des Huns se produisit. Ce vaste empire qui, depuis l’an 237, fatiguait les Romains et leur vendait parfois la paix, se rompit et s’écroula au premier choc des envahisseurs. Ermanrikh, âgé de cent dix ans, se tua de désespoir, et son successeur, Wichimir, périt presqu’aussitôt en combattant. À l’exception de quelques bandes, les Ostrogoths firent leur soumission aux vainqueurs et les suivirent dans leurs expéditions ultérieures. Les Wisigoths, refoulés de toutes parts, se replièrent sur le Danube, conduits par Friedigern et Alaviv. Ils se dirigèrent vers la Mésie inférieure et obtinrent de l’empereur Valens des terres à cultiver. Les vexations dont les accablèrent les gouverneurs romains pour entraver la colonisation, les poussèrent à la révolte. Valens accourut et périt dans la bataille qu’il leur livra sous les murs d’Andrinople, en 378. Les Goths restèrent en possession de la Mésie et de la Thrace. Théodose Ier arrêta leur envahissement et conclut avec eux un traité à la suite duquel quarante mille Goths entrèrent dans les rangs de l’armée romaine (379). Athanarik, leur chef, continua à percevoir le subside annuel qu’on lui avait alloué ; mais, peu après, battu par les Huns, il se retira à Constantinople où il mourut en 381.

Grâce à l’énergie de son gouvernement et surtout aux importantes faveurs qu’il n’osa refuser à de tels ennemis, Théodose maintint en respect les Barbares pendant tout le cours de son règne qui ne fut troublé que par les rébellions de Maxime et d’Eugène. Tous deux vaincus et tués, l’un en 388, l’autre en 394, Théodose essaya d’arrêter la ruine de l’Empire par une ferme administration. Il interdit sous des peines sévères l’exercice des cultes anciens, réfugiés chez les habitants des campagnes. Ayant puni, par un massacre de 7,000 personnes, une sédition du peuple de Thessalonique, il se soumit à la pénitence que lui imposa saint Ambroise aux portes de la cathédrale de Milan.

Arcadius et Honorius, ses deux fils, lui succédèrent en 395. Le premier, petit, mal fait, laid, noir et stupide, selon Procope, eut l’Orient et siégea à Constantinople ; le second, lâche et fainéant, eut l’Occident, c’est-à-dire l’Italie avec l’ouest de l’Illyrie, l’Afrique, l’Espagne, les Gaules et la Bretagne. La limite des deux souverainetés fut indiquée par le Drinus, la mer Adriatique, la mer Ionienne et le fond de la grande Syrte. Honorius résida d’abord à Milan, puis à Ravenne, en 403. Arcadius, dont la domination s’étendait de l’Adriatique au Tigre, et de la Scythie à l’Éthiopie, introduisit dans son palais l’antique pompe des rois Perses. Cependant le véritable souverain fut d’abord le gaulois Rufin dont le poëte Claudien a si vertement célébré les vices, puis l’eunuque Eutrope. Ce fut la première fois qu’un eunuque remplit publiquement les fonctions de chef suprême de la magistrature et de commandant des armées. En Occident, le vandale Stilicon disposa d’Honorius comme Rufin d’Arcadius. La rivalité ambitieuse qui tourmentait ces deux tuteurs de l’empire, poussa Rufin à fomenter chez les Goths réfugiés un soulèvement contre la suprématie impériale.

Depuis la dissolution de la nation gothique les Ostrogoths avaient pris leurs chefs dans la maison des Amales à laquelle appartenait leur dernier roi Ermanrikh. De leur côté les Wisigoths s’étaient attachés à l’illustre famille des Balthes, issue d’un guerrier presque légendaire nommé Baltha, qui, dans leur langue, signifiait Audace. En 395, un descendant de cette vieille race, Alarik, venait d’être investi de l’autorité royale au moment où le ministre d’Arcadius cessa de payer aux Barbares leur solde annuelle, certain de les irriter définitivement. Les Wisigoths, en effet, se révoltèrent sans retard, et, sous le commandement de leur nouveau roi, ravagèrent la Thrace, la Macédoine, la Thessalie et l’Illyrie. Stilicon partit afin de mettre un terme à ces dévastations, après avoir assuré ses derrières par un traité avec les Franks ; mais les difficultés suscitées par Rufin entravèrent sa marche, et Alarik saccageait déjà le Péloponèse quand Stilicon parvint à l’atteindre. Il accula les Wisigoths sur le mont Pholoé, en Arcadie, et cependant ils lui échappèrent par le détroit de Naupacte. À peine se disposait-il à les poursuivre qu’il reçut, de Constantinople, l’ordre de se retirer. Arcadius, sur le conseil de l’eunuque Eutrope, avait traité de la paix avec les Barbares et accordait à Alarik le gouvernement militaire de l’Illyrie, en 397,

Dédaigneux de ce rôle secondaire, le chef wisigoth souleva brusquement ses tribus, envahit l’Italie en 402 et mit le siége devant Asti où s’était réfugié Honorius. Stilicon vint délivrer son maître et battit complètement les Wisigoths à Pollentia, sur le Tanaro, en 403. Vaincu de nouveau à Vérone, l’automne suivant, Alarik se retira en Illyrie. Au commencement de l’année 404, sur le point de tenter une autre expédition, il conclut avec Honorius un traité secret par l’intermédiaire de Stilicon, et revenant sur ses pas, se jeta en Épire afin d’opérer sa jonction avec l’armée romaine et d’attaquer Arcadius. L’exécution du projet ayant été suspendue, Alarik n’en réclama pas moins une indemnité. Honorius lui promit quatre mille livres pesant d’or et courut s’enfermer prudemment dans Ravenne, renonçant à Milan, sa capitale, où, l’année précédente, il avait failli être surpris par les Barbares. Mais le repos de l’empire devait peu durer. Afin d’échapper aux Huns, et d’ailleurs attirés par l’espoir du butin, quatre peuples confédérés, Suèves, Burgundes, Alains et Vandales, s’avançaient sur le Rhin, conduits par Radagaise. Devançant la masse de leurs compagnons, deux cent mille d’entre eux se précipitèrent sur l’Italie. Parvenus à Florence, ils rencontrèrent Stilicon, infatigable et toujours prêt, qui les enveloppa, les anéantit à Fésules et s’empara de leur chef dont la tête fut tranchée. À la nouvelle de la mort de Radagaise et du désastre de son armée, toutes les hordes en réserve rebroussèrent chemin vers la Germanie occidentale, pour se rejeter sur la Gaule. Les Franks ripuaires essayèrent en vain de défendre leurs frontières ; ils furent mis en déroute par la cavalerie des Alains. Le 31 décembre 406, le Rhin fut forcé auprès de Mayence, et, pendant plus de deux ans, la Gaule fut la proie de ces Barbares. Ce ne fut qu’en 409 qu’ils abandonnèrent enfin ce pays épuisé. Les Burgundes, s’étant séparés de leurs alliés pour s’établir auprès du Rhône, les Alains, les Suèves et les Vandales franchirent seuls les Pyrénées, le 13 octobre, appelés par Gerontius pour embrasser et défendre la cause du tyran Maxime.

À la suite de ses dernières victoires, Stilicon avait conquis dans tout l’Occident un prestige tel qu’il était considéré à bon droit comme le plus puissant soutien de l’Empire. On lui attribua le projet de placer sur le trône son propre fils Eucherius ; on exploita les relations qu’il n’avait jamais cessé d’entretenir avec les Goths, pour l’accuser de comploter le renversement de l’Empereur. Honorius, alarmé, fit assassiner Stilicon et massacrer tous ses amis. Son fils Eucherius, sa femme Serena furent étranglés, et sa fille Thermancia, l’épouse de l’Empereur, eut le privilége de n’être que honteusement répudiée (408). Honorius refusa en outre de tenir les engagements contractés envers Alarik et rendit un arrêt de mort contre les Goths qui se trouvaient en Italie. C’était plus qu’il n’en fallait pour provoquer une nouvelle invasion. Le roi des Wisigoths franchit les Alpes, le Pô, l’Apennin et vint camper sous les murs de Rome (409). Sur la promesse de cinq mille livres pesant d’or et de trente mille livres pesant d’argent, il consentit à s’éloigner et alla prendre ses quartiers d’hiver en Toscane ; mais ces conventions préliminaires n’ayant pas été promptement suivies d’effet, il revint mettre le siége devant la Ville éternelle qui, désolée par la famine, ne tarda pas à capituler. Pour complaire au vainqueur, le sénat décréta la déchéance d’Honorius, caché à Ravenne, et donna la pourpre au préfet Attale qui avait présidé à la défense. Celui-ci fit preuve de tant d’incapacité présomptueuse, qu’Alarik, l’ayant fait déposer aussi facilement qu’il avait obtenu son élection, lui arracha son sceptre en présence de l’armée et le fit revêtir du costume des esclaves. Les négociations furent reprises avec Honorius qui s’ingéniait, dans l’intervalle, à provoquer des défections dans le camp des Barbares. Alarik, furieux, revint pour la troisième fois sur Rome. Le 24 août 410, ses troupes victorieuses entrèrent dans la ville qui, pendant trois jours, fut en proie au pillage et à l’incendie. Toutefois Alarik épargna les Églises et les fugitifs auxquels elles servirent d’asile.

Le Barbare, rassasié de Rome, se mit en marche vers le sud de la Péninsule avec le dessein d’entreprendre la conquête de la Sicile et de l’Afrique ; mais il mourut tout à coup à Cosenza, dans le Bruttium. Ses compagnons et ses soldats, soucieux de soustraire à jamais le cadavre de leur chef aux profanations des Romains, firent détourner par des prisonniers le cours du Busantin. Un tombeau creusé dans le lit du fleuve reçut le corps du Wisigoth, et les eaux ne le recouvrirent qu’après l’égorgement des captifs employés aux travaux de cette sépulture.

La mort du chef Barbare fut célébrée par des fêtes publiques à Rome et dans toute l’Italie ; mais la puissance des Wisigoths ne disparut pas avec Alarik. L’admiration qu’inspirait le nom romain était encore si vive, malgré la prise de Rome, qu’Ataülf, beau-frère et successeur d’Alarik, se mit au service de l’Empire dans l’espoir d’être reconnu par Honorius comme roi des Wisigoths. Il passa dans les Gaules où il battit successivement, au nom de l’Empereur, les usurpateurs Constantin, Maxime, Gerontius, Jovinus et Sébastien qui se disputaient la pourpre. En 413, il épousa Placidie, sœur d’Honorius, que les Goths gardaient comme otage et pour laquelle il eut toujours une sorte de culte, parce qu’elle était issue du sang des Empereurs. Pendant la cérémonie des noces qui furent célébrées à Narbonne, il revêtit le costume romain et Placidie siégea au-dessus de lui.

L’année suivante, les Wisigoths abandonnèrent la Gaule et se retirèrent en Espagne, après avoir brûlé Bordeaux. Peu après, Ataülf fut assassiné à Barcelone par un de ses lieutenants, Sigerick, tué lui-même le septième jour qui suivit le meurtre, et Walia ou Valli fut élu par ses compagnons. Les six enfants d’Ataülf ayant été massacrés par Sigerick, il est probable que la race des Balthes s’éteignit avec eux.

Walia se trouva en Espagne en face des Alains, des Suèves et des Vandales. Il refoula les Suèves dans les montagnes du nord-ouest de la Péninsule, anéantit presque les Alains dont les débris se fondirent avec les Vandales relégués dans la Bétique. En récompense de ses services, Walia obtint des Romains une partie de l’Aquitaine où Tolosa (Toulouse) devint la capitale du royaume des Wisigoths. Cet état, consolidé par les successeurs de Walia, Théodorik Ier, Thorismund, Théodorik II, reçut une organisation plus régulière, de 465 à 484, sous Eurick qui l’agrandit au Nord jusqu’à la Loire, à l’Est jusqu’au Rhône, et sur la côte de Provence jusqu’en Italie. Le premier, il fit rédiger les lois du peuple Goth. Il eut pour successeur Alarik II, tué en 507, à la bataille de Vouglé, près Poitiers. Ce fut alors que les Wisigoths perdirent à peu près la totalité de leurs possessions en Gaule.

Les Burgundes, arrivés au nombre de quatre-vingt mille, en 407, s’étaient établis entre l’Aar et le Rhône. Leur roi Gundiker fut reconnu par Honorius qui lui concéda en 413 les deux revers du Jura (Suisse et Franche-Comté). Tué en 451, en essayant d’arrêter les Huns, Gundiker eut pour successeur Hilpérik qui fut assassiné en 491 par son frère Gundebald et dont la fille Khlothilde devint reine des Franks.

Pendant que les Suèves, rejetés par les Wisigoths dans les montagnes des Asturies et de la Galice, fondaient un royaume qui s’agrandit bientôt par la conquête de la Lusitanie, Honorius mourait à Ravenne en 423, comblé des bénédictions de l’Église qu’il avait constamment protégée, soit en persécutant les hérétiques, soit en détruisant les temples. Le trône d’Occident échut à son neveu Valentinien III, âgé de six ans, fils de Placidie et du comte Constance qu’elle avait dû épouser après la mort d’Ataülf. Elle arriva de Constantinople avec une armée, pour combattre l’usurpateur Jean, soutenu par Aétius à la tête de soixante mille Huns. Les droits de Valentinien ayant été consacrés par la victoire, Aétius fit sa soumission à Placidie qui gouvernait l’Empire comme tutrice de son fils, en même temps que Pulchérie, depuis la mort d’Arcadius, régnait sur l’Orient, au nom de son frère Théodose II. Le commandement de l’Italie et de la Gaule fut donné à Aétius, tandis que le comte Boniface était maintenu dans celui d’Afrique. Mais bientôt, inquiété par les machinations d’Aétius, et convaincu que sa vie était menacée, Boniface ne vit de salut que dans la révolte et ouvrit l’Afrique aux Vandales.

Depuis leur établissement dans la Bétique, ceux-ci avaient eu à soutenir de sanglantes luttes contre les Romains. Victorieux en 422, sous les ordres de Gundérick, fils de Godégésil, ils avaient dévasté tout le sud de l’Espagne et pris d’assaut en 425 Séville et Carthagène. À l’appel de Boniface, Gensérik, frère de Gundérik, se hâta de passer en Afrique à la tête de quatre-vingt mille hommes auxquels se joignirent de nombreuses bandes de Goths et d’Alains. Les Vandales se mirent à ravager les provinces africaines. Boniface, réconcilié avec Placidie, voulut les arrêter, mais il fut vaincu dans une action générale et contraint de battre en retraite. La ville fortifiée d’Hippone fut investie et prise après un siége de quatorze mois pendant lequel mourut l’évêque saint Augustin, en 430. Boniface revint en Italie où il dut livrer un combat acharné à Aétius, non loin de Ravenne. Victorieux, il fut mortellement blessé de la main de son rival en 434. Placidie tenta vainement de le venger. Aétius exigea son pardon à la tête de soixante mille hommes et mit dès lors toute son ambition à relever la puissance romaine.

Bien que Valentinien eût reconnu le nouveau royaume des Vandales, quatrième état fondé par les Barbares, Gensérick continua la guerre et se rendit maître de Carthage en 439. On conclut enfin un traité de paix qui concéda aux Vandales toute la côte septentrionale d’Afrique, depuis l’Océan jusqu’aux frontières de Cyrène, les îles Baléares, la Corse, la Sicile et la Sardaigne. Maître de la Méditerranée et possesseur d’une marine considérable, Gensérick se trouvait en mesure de défendre facilement ses vastes conquêtes. Néanmoins, il cherchait encore des alliés, inquiet des forces nouvelles qu’acquérait l’Empire sous la direction d’Aétius.

Les Huns ne tardèrent pas à répondre à son appel. Déjà, sous le règne d’Arcadius, Uldin, un de leurs chefs, s’était avancé jusque sous les murs de Constantinople. Plusieurs fois même l’empire d’Orient n’avait pu se mettre à l’abri de ces irruptions qu’à l’aide de sacrifices d’argent et de concessions de territoire. En 434, succédant à leur oncle Roas, Attila et Bléda, fils de Mundzuk, soumirent à leur autorité les diverses hordes Huniques qui erraient depuis le Danube jusqu’à la mer Caspienne. Désigné dans les traditions héroïques de la Germanie sous le nom de Etzel, qui signifie fleuve ou torrent, Attila sut tout d’abord, par son intrépidité inspirer à ses compagnons une admiration qui se changea bientôt en une vénération superstitieuse, le jour où il leur apparut armé d’une épée symbolique, apportée des steppes de la Scythie. Attila prétendit avoir miraculeusement trouvé le glaive du Dieu protecteur de sa nation. Dès lors, il devint pour les siens le guerrier prédestiné à la conquête de la terre. Afin de régner seul, il fit assassiner Bléda, et ce fratricide, attribué à une inspiration divine, provoqua la joie d’une victoire.

Ce ne fut cependant qu’après avoir été repoussé par les Perses dans les plaines d’Arménie qu’il tenta, pour venir en aide à Gensérick, une diversion puissante contre Théodose II. En 447, il traversa l’Illyrie, ravagea la Thrace, la Macédoine et la Grèce, détruisit soixante-dix villes, gagna trois batailles sanglantes et vendit la paix à l’Empereur au prix d’un tribut considérable (450). Peu après il tourna les yeux vers les Gaules et partit tout à coup de son nouveau palais de Pannonie, immense habitation en bois, ornée des dépouilles des vaincus, suivi des Huns et de ses alliés, Vandales, Ostrogoths, Gépides, Rugiens, Skyres, Quades et Marcomans.

À la tête de sept cent mille Barbares, en 451, il franchit le Rhin, dévasta la Belgique, traversa la Moselle et la Seine, laissant derrière lui Metz et vingt autres villes en proie aux flammes, et vint camper sous les murs d’Orléans. Les habitants de cette ville soutinrent bravement les premières attaques et prolongèrent la résistance jusqu’à l’arrivée d’Aétius qui accourait avec tous les peuples de race germanique déjà établis dans les Gaules, Wisigoths sous Théodorick, Burgundes sous Gundiker, Franks ripuaires et Franks Saliens sous Merowigh. Les Huns levèrent le siége et se replièrent sur la Champagne afin de choisir un lieu de combat favorable à leur cavalerie. Ils attendaient l’ennemi dans les Champs Catalauniques, entre Châlons-sur-Marne et Méry-sur-Seine. Enfin la lutte s’engagea entre les deux armées. Au premier choc, les Huns rompirent les cohortes romaines et les rangs des Wisigoths. Attila pouvait déjà regarder la victoire comme certaine, lorsque Thorismund, désespéré de la mort de son frère Théodorick, tomba sur eux du haut des collines voisines et les mit en pleine déroute. Dans cette effroyable mêlée de Barbares, cent soixante mille hommes couvrirent la terre de leurs cadavres. Les vaincus parvinrent cependant à se rallier et rentrèrent en Germanie,

Attila eut promptement reconstitué son armée. Dès l’année suivante, il envahit l’Italie, détruisit de fond en comble Aquilée, Padoue, Vicence, Vérone, Bergame. Les habitants de ces contrées cherchèrent un refuge dans les Alpes, les Apennins et les lagunes de la mer Adriatique où ils fondèrent Venise. L’Empereur n’ayant point de troupes à opposer au roi des Huns, le pape Léon Ier se rendit avec les députés romains dans le camp d’Attila pour implorer la paix. Aux prières on joignit les présents et les promesses, et le barbare consentit à se retirer. L’Italie, affolée de terreur, se persuada aisément qu’elle devait son salut à un miracle.

Attila méditait une nouvelle invasion lorsqu’il mourut subitement à la suite d’une orgie nocturne, en 453. Son corps fut enfermé dans trois cercueils, l’un d’or, l’autre d’argent et le troisième de fer. Après la mort de ce conquérant qui dut à l’épouvante qu’il inspira d’être surnommé le Fléau de Dieu, des discordes sanglantes éclatèrent parmi les siens, et les peuples subjugués ressaisirent leur indépendance. Ellak et Daghenzik, ses fils, périrent en combattant, le premier contre les Gépides, le second contre les Ostrogoths, en 468. Décimés par les guerres intestines, les Huns finirent par être chassés des régions du Danube. Ils se retirèrent par delà le Pruth et le Dniestr, et l’empire hunique disparut de l’histoire.

Dès qu’il eut appris la fin d’Attila, l’empereur Valentinien III ne songea plus qu’à se défaire d’Aétius dont il croyait n’avoir plus besoin. Il l’invita un jour à venir au palais, s’arma d’une épée pour la première fois de sa vie et frappa de sa main l’homme qui avait sauvé l’Occident. Ses eunuques et ses courtisans achevèrent le meurtre (454). Quelques mois après, l’Empereur viola la femme du sénateur Petronius Maximus, laquelle se tua de désespoir. Ce nouveau crime ne resta pas impuni : Valentinien fut égorgé par deux Barbares, Traustila et Optila, anciens soldats d’Aétius. La race de Théodose était éteinte : le sénat décerna l’Empire, en 455, au mari outragé. Maximus contraignit Eudoxie, veuve de Valentinien, de s’unir à lui et commit l’imprudence de lui avouer qu’il était l’instigateur de l’assassinat de l’Empereur. Irritée déjà de la violence qui lui avait été faite et voulant venger son premier mari, Eudoxie implora le secours des Vandales. Gensérick partit aussitôt de Carthage et sa flotte vint mouiller au port d’Ostie, le 12 juin 455. Il entra dans Rome et livra cette ville, pendant quatorze jours, à un pillage si monstrueux que le mot de vandalisme fut appliqué depuis à tout acte de destruction aveugle et barbare.

Abreuvé de sang et chargé de butin, Gensérick se rembarqua, emmenant de nombreux captifs parmi lesquels l’impératrice Eudoxie qu’il ne renvoya à Constantinople que sept ans après. Non content de cette fructueuse victoire, il envoya ses vaisseaux ravager les côtes d’Espagne, de la Gaule, de l’Italie, et continua pendant vingt ans à faire trembler les deux Empires. Il mourut en 477, laissant un royaume qui paraissait inébranlable et qui, cependant affaibli par les révoltes incessantes des Maures, devait tomber cinquante-huit ans plus tard, sous les coups de Bélisaire.

Petronius Maximus ayant été massacré par le peuple, le rhéteur Avitus reçut la pourpre, en Gaule, du roi des Wisigoths. Le Suève Rikimer lui substitua en 457 Majorien qu’il déposa quatre ans après. Il offrit le trône à Sévère qui mourut en 465 et lui donna pour successeurs, après deux années d’interrègne, d’abord Anthemius, puis Olybrius (472). Rikimer mort, Glycère, puis Julius Nepos succédèrent à Olybrius. Enfin Romulus Augustulus fut proclamé empereur par son père le pannonien Oreste (475). Mais un chef de Barbares fédérés, le Hérule Odoacre, se mit en marche à la tête d’une armée considérable, prit Ravenne et Rome, fit Oreste prisonnier, relégua Augustulus dans une villa, et se décerna le titre de roi d’Italie, vers le mois d’août 476. Telle fut la fin de l’empire romain d’Occident.

Pendant que l’Italie s’effondrait sous les invasions, les Logriens et les Kambriens de la Bretagne abandonnés par les Romains, tentaient de se défendre eux-mêmes contre les incursions continuelles des Piktes et des Scotts qui habitaient l’Écosse actuelle. Après bien des efforts infructueux leur roi Wortigern ne trouva d’autre moyen de salut que d’appeler à son aide les Angles, les Saxons et les Jutes qui venaient des bords du Weser et de la partie de la Kersonèse Kimrique désignée de nos jours sous le nom de Scheleswig-Holstein. Ces pirates, sous deux de leurs chefs, Henghist et Horsa, battirent les Calédoniens et s’établirent dans l’île de Thanet, à l’embouchure de la Tamise. D’autres colonies s’étant successivement installées sur les côtes, les prétendus libérateurs se trouvèrent bientôt assez forts pour attaquer leurs alliés et les repousser peu à peu dans l’intérieur de l’île. De 455 à 478, les Jutes, originaires du Jutland, occupèrent Kent et l’île de Wight ; de 487 à 498, les Saxons fondèrent Essex, Sussex et Wessex. Ces conquêtes furent surtout entreprises par les chefs Ella et Cardik et n’acquirent un vrai caractère de stabilité que dans le cours du VIe siècle.

Au milieu de toutes ces émigrations de peuples, la confédération Franke, établie sur la rive droite du Rhin, franchissait ce fleuve et s’étendait progressivement dans les Gaules. Cependant, le territoire situé entre le Rhin et la Somme avait été plusieurs fois disputé par les Romains, et ce ne fut que vers le milieu du Ve siècle que les Franks Saliens en obtinrent la possession régulière. Le premier de leurs chefs connus, Khlodio (Clodion), élevé sur le pavois vers 428, eut pour successeur Merowigh (Mérovée) qui donna son nom à la race mérovingienne (448). Les Franks pouvaient déjà à cette époque considérer la Gaule comme une proie qu’ils partageaient avec les Romains, les Burgundes et les Wisigoths. Aussi l’intérêt commun les réunit contre Attila, dans les Champs Catalauniques, en 451. À la mort de Merowigh (457) son fils Hildérik Ier, revêtu de l’autorité suprême, se fit bientôt chasser par les Franks, à cause de ses débauches. Le pouvoir fut exercé par Ægidius, maître de la milice romaine, qui, par des mesures vexatoires, irrita tellement la nation qu’elle rappela son chef exilé (464). Les dernières années du règne de Hilderik furent employées à faire la guerre aux Alamans, aux Goths et aux Hérules. Victorieux à Orléans, à Bourges, à Angers, il mourut au retour d’une expédition (481). Son fils Khlodowigh (Clovis) lui succéda n’ayant encore pour royaume que le pays de Tournai et pour armée que quatre à cinq mille soldats : mais l’état de trouble et de division de la Gaule encourageait les projets de conquête. Les Burgundes étaient maîtres des vastes régions comprises entre la haute Loire, l’Helvétie occidentale et les cantons provençaux au nord de la Durance ; les Wisigoths, avec Alarik II, occupaient presque toute l’Aquitaine et les contrées adjacentes, jusques au delà des Pyrénées ; il y avait des Saxons à Bayeux ; des Alains campaient sur la Vilaine ; le pays entre le Rhin et les Vosges appartenait aux Alamans ; à Cambrai, à Térouanne, à Cologne commandaient les chefs Franks Sighebert, Kararik, Regnaker ; la vieille race kimrique, demeurée libre dans le pays Armoricain, défendait vaillamment sa frontière. Enfin, la domination romaine ne s’étendait plus que sur Beauvais, Troyes, Reims, Soissons où résidait le patrice Syagrius, fils d’Ægidius.

Khlodowigh s’allia avec les diverses tribus de Franks échelonnés sur l’une et l’autre rive du Rhin et entraîna dans sa course Regnaker, Kararik et Sighebert. Il s’enfonça dans les Ardennes, s’abattit sur les provinces romaines et vainquit Syagrius près de Soissons (486). Ayant pris possession de ce dernier débris de l’Empire d’Occident, il députa un de ses Leudes vers Gundebald pour lui demander sa nièce Khlothilde. Le roi des Burgundes consentit à laisser partir cette jeune fille dont il avait récemment assassiné le père et qui était déjà catholique. La route tracée par les Franks était restée ouverte aux Barbares du Nord. En 495, une armée d’Alamans, grossie par un grand nombre de Suèves, passa le Rhin à Cologne et envahit le territoire des Ripuaires. Khlodowigh les rencontra à Tolbiac ou Zulpick, dans le duché de Juliers. En un moment de danger il fit vœu de se faire chrétien s’il remportait la victoire. Il battit les Alamans (496), les poursuivit jusqu’au pied des Alpes Rétiennes et s’empara de tout le pays compris entre le Mein, le Danube, le Tyrol et les montagnes de Bohême. Au retour, Khlothilde et l’évêque Remi l’attendaient à Reims pour lui demander l’accomplissement de son vœu. Il reçut le baptême ; trois mille Franks l’imitèrent, les autres restèrent païens. À peine les évêques catholiques de l’est et du midi des Gaules eurent-ils vu la conversion de ce chef barbare, qu’ils employèrent toute leur influence à faciliter l’extension de ses conquêtes. Poussé par Khlothilde désireuse de venger l’assassinat de son père, excité par l’Église qui détestait l’arianisme des Burgundes, Khlodowigh attaqua Gundebald, le vainquit auprès de Dijon, le contraignit de livrer Vienne et Genève à son frère Godegisèle et les rendit tous deux tributaires (500).

Tandis que les Barbares de Germanie s’emparaient de la plus grande partie de l’Europe, l’empire d’Orient restait seul debout malgré son abâtardissement et ses discordes intérieures. Sous Théodose II les eunuques gouvernèrent et les revenus de l’État furent dilapidés avec frénésie. Un cheval ayant jeté dans le Lycus ce César stupide (450), sa sœur Pulchérie, proclamée impératrice, partagea sa puissance avec le sénateur Marcien qu’elle prit pour époux. À la mort de Marcien (457), la famille influente du patrice Aspar fit donner la couronne au Thrace Léon Ier qui essaya vainement de sauver Rome et ne réussit qu’à égorger ses bienfaiteurs. Il eut pour successeur, en 474, l’Isaurien Zénon dont le règne fut troublé par les conspirations de son compétiteur Basiliscus et par les querelles religieuses des sectes chrétiennes qu’il s’efforça sans succès d’apaiser par son Henoticon ou édit d’union (481). Il eut l’habileté de se débarrasser des Ostrogoths, affranchis de la domination des Huns depuis la mort d’Attila et dont le voisinage l’inquiétait. Il s’était déjà servi de leur roi Théodorik, élevé à la cour de Constantinople, pour se défaire de Basiliscus ; il le traita comme son fils, l’adopta, le nomma patrice, consul, et l’autorisant à combattre au nom de l’Empire, lui suggéra la pensée de chasser Odoacre d’Italie.

Dans l’automne de 488, Théodorik partit, entraînant toute sa nation. Il écrasa les Gépides qui essayaient de lui barrer le passage à Sirmium. Au commencement de l’année 489, il battit une première fois Odoacre sur les bords de l’Isonzo, près d’Aquilée, puis, une seconde fois, sous les murs de Vérone. Au mois d’août 490, battu, pour la troisième fois, sur l’Adda, Odoacre s’enfuit à Ravenne où il resta assigné pendant deux ans. Enfin, s’étant rendu par capitulation, il fut traitreusement massacré dans un repas avec tous les siens. Théodorik s’intitula alors roi d’Italie, s’empara de la Sicile, de l’Illyrie, de la Pannonie, de la Norique et de la Rhétie, épousa une sœur de Khlodowigh, maria sa nièce au roi de Thuringe, sa sœur au roi des Vandales, une de ses filles au roi des Burgundes et l’autre au roi des Wisigoths Alarik II. Ses soldats obtinrent en toute propriété le tiers du sol ; la constitution de l’État resta toute romaine ; le régime municipal fut maintenu, et la justice continua à être rendue sur les bases du droit romain. Les édifices publics furent réparés, de nombreux monuments construits, notamment à Ravenne ; les terres incultes furent défrichées, les rigueurs du fisc diminuées ; enfin la population s’accrut dans de grandes proportions. Ce roi, Goth, qui ne savait pas lire, rendit à l’Italie son ancienne prospérité ; il favorisa l’agriculture, l’industrie, les sciences, les arts, et attira autour de lui les savants du temps, Cassiodore, l’évêque Eunodius et Boèce.

Théodorik reconnut la suzeraineté de Constantinople et obtint les insignes impériaux d’Anastase, successeur de Zénon que l’eunuque Urbicius avait assassiné en 491. L’empereur Anastase, surnommé Dicore, parce qu’il avait un œil noir et l’autre bleu, persécuta les catholiques, en sa qualité de disciple d’Eutychès et attira sur sa tête la première excommunication qui ait frappé un souverain, sous le pontificat de Symmaque (500).

Pendant le ve siècle, l’Église compta douze papes, depuis Anastase, mort en 402, jusqu’à Symmaque, élu en 498, ainsi que quelques grands docteurs, tels que saint Grégoire de Nazianze et saint Augustin. Plusieurs hérésies troublèrent le triomphe de l’orthodoxie, celle de Pélage et de Céleste, en 405, condamnée, en 412, par le concile de Carthage ; celle de Nestorius, en 428, condamnée par le concile général d’Éphèse ; celle d’Eutychès, en 448, condamnée par le concile général de Chalcédoine. Quant à l’Arianisme, il dominait en Afrique et dans presque tout l’Occident.

Ces divisions n’allèrent pas sans violences et c’est au milieu de ces luttes que fut incendiée la bibliothèque d’Alexandrie qui renfermait tous les trésors de l’intelligence antique. C’est donc à tort qu’on a attribué plus tard au khalyfe Omar cette lamentable destruction. L’événement religieux le plus important de ce siècle fut sans contredit la conversion du roi des Franks Khlodowigh, puisqu’elle devait avoir pour conséquence la suprématie de l’Église catholique pendant tout le Moyen-Âge.