Ivanhoé (Scott - Dumas)/XXII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction par Alexandre Dumas.
Michel Lévy (Tome 1 et 2p. 259-270).

XXII


Laissons les chefs saxons retourner à leur repas, dès que leur curiosité mal récompensée leur permit d’écouter les appels de leur appétit à moitié satisfait ; car nous allons pénétrer dans la prison plus sévère d’Isaac d’York.

Le pauvre juif avait été jeté à la hâte dans un cachot de la forteresse, dont le sol était à une grande profondeur en terre, et très humide, étant plus bas que le fossé même. La seule lumière qui l’éclairât filtrait à travers deux soupiraux hors de la portée de la main du prisonnier. Ces ouvertures n’admettaient, même à midi, qu’un jour faible et incertain, qui était remplacé par une obscurité complète bien avant que le château eût perdu le bienfait du soleil.

Des chaînes et des fers qui avaient servi à des captifs précédents, dont on avait redouté les efforts actifs pour s’échapper, étaient suspendus, rouillés et inoccupés, aux murs de la prison, et dans le cercle d’un de ces carcans de fer, il restait encore deux os poudreux qui paraissaient avoir appartenu autrefois à une jambe humaine, comme si le prisonnier, après y avoir péri, avait, toujours enchaîné, passé à l’état de squelette.

À une extrémité de ce réduit horrible était un grand gril, au-dessus duquel on voyait plusieurs barres de fer croisées que la rouille avait à moitié rongées. Toute l’apparence de ce cachot aurait pu épouvanter un cœur plus ferme que celui d’Isaac, qui, néanmoins, se trouva plus calme sous la pression d’un danger imminent, qu’il n’avait paru l’être lorsqu’il était affecté par des terreurs dont la cause était encore éloignée et incertaine.

Les amateurs de la chasse prétendent que le lièvre est en proie à une agonie plus terrible pendant la poursuite des lévriers que lorsqu’il se débat entre leurs griffes[1]. Il est donc probable que les juifs, par suite de leurs craintes fréquentes en toute occasion, avaient l’esprit en quelque sorte préparé à tous les actes de tyrannie qu’on pouvait leur infliger ; si bien qu’aucune agression, une fois qu’elle était accomplie, ne pouvait amener chez eux cette surprise qui, de toutes les propriétés de la terreur, est celle qui anéantit le plus. Ce n’était, d’ailleurs, pas la première fois qu’Isaac se trouvait dans une situation aussi périlleuse. Il avait donc l’expérience pour le guider, et il pouvait espérer que cette fois, comme jadis, il serait délivré des mains de ses oppresseurs.

Il possédait surtout l’opiniâtre inflexibilité de sa nation, et cette résolution constante avec laquelle des Israélites se sont soumis si fréquemment aux maux les plus extrêmes que la tyrannie et la violence aient pu appeler sur eux, plutôt que de satisfaire la cupidité de leurs tyrans en souscrivant à leurs extorsions.

Dans cette disposition de résistance passive, ayant ses vêtements ramassés sous lui pour garantir ses membres de l’humidité, Isaac était assis dans un coin de son cachot, où, les mains croisées, les cheveux et la barbe en désordre, son manteau fourré et son grand bonnet éclairés par la lumière incertaine du soupirail, il eût présenté un sujet d’étude à Rembrandt, si ce peintre célèbre eût existé à cette époque.

Le juif resta dans la même position pendant près de trois heures, au bout desquelles on entendit des pas sur les marches de l’escalier conduisant au cachot. Les verrous grincèrent, les gonds gémirent quand le guichet s’ouvrit, et Réginald Front-de-Bœuf, suivi des deux esclaves sarrasins du templier, parut dans la prison.

Front-de-Bœuf, homme grand et fort, dont la vie s’était passée dans les guerres publiques ou dans les querelles et les disputes particulières, et qui n’avait reculé devant aucun moyen d’étendre son pouvoir féodal, tenait de la nature des traits qui répondaient à son caractère, et qui exprimaient fortement les passions féroces et diaboliques de son âme. Les cicatrices dont son visage était sillonné eussent excité, sur des traits d’un plus beau modèle, la sympathie et le respect qui sont dus à la valeur honorable ; mais, chez un homme comme Front-de-Bœuf, elles ne faisaient qu’ajouter à la férocité de son visage et à la terreur que sa présence inspirait. Ce redoutable baron était vêtu d’un pourpoint de cuir collant sur son corps, et ce pourpoint était usé et souillé par le frottement de sa cuirasse. Il n’avait d’autre arme qu’un poignard fixé à sa ceinture, lequel servait de pendant à un trousseau de clefs rouillées attaché de l’autre côté.

Les esclaves noirs qui accompagnaient Front-de-Bœuf s’étaient dépouillés de leurs vêtements magnifiques et avaient endossé des jaquettes et des pantalons en toile grossière. Les manches retroussées au-dessus du coude comme des bouchers qui vont entrer en fonction aux abattoirs, chacun d’eux tenait à la main un petit panier, et, dès qu’on fut entré dans le cachot, ils s’arrêtèrent à la porte jusqu’à ce que Front-de-Bœuf l’eût refermée lui-même soigneusement à double tour.

Ayant pris cette précaution, il s’avança lentement dans le cachot, se dirigeant vers le juif, les yeux fixés sur lui, comme s’il voulait le paralyser de son regard, comme certains animaux, dit-on, fascinent leur proie. Il parut en effet que le regard morne et sombre de Front-de-Bœuf exerçait une partie de cette puissance fascinatrice sur son malheureux captif. Le juif, resté accroupi, la bouche béante et les yeux attachés sur le sauvage baron, éprouvait un sentiment de terreur si réelle, que son corps semblait littéralement s’affaisser et se rapetisser sous le regard fixe et fatal du féroce Normand. Le malheureux Isaac perdit non seulement le pouvoir de se lever et de faire le salut que lui conseillait sa terreur, mais il ne put même ôter son bonnet ni proférer un seul mot de supplication, tant son agitation était forte, par la conviction qu’il avait que les tortures et la mort planaient sur sa tête.

D’un autre côté, la stature imposante du Normand semblait se dilater et s’élargir comme celle de l’aigle, qui déploie ses ailes au moment de fondre sur sa proie sans défense. Il s’arrêta à trois pas de l’angle où le malheureux juif s’était pour ainsi dire blotti afin d’occuper le moins d’espace possible, et il fit signe à l’un des esclaves de s’approcher.

Le noir satellite s’avança par conséquent, et, tirant de son panier une grande balance et plusieurs poids, il les déposa aux pieds de Front-de-Bœuf ; puis il se retira à cette distance respectueuse où se tenaient déjà ses compagnons.

Les mouvements de ces hommes étaient lents et solennels, comme si leur âme était agitée par quelque pressentiment d’horreur et de cruauté.

Front-de-Bœuf ouvrit lui-même le drame en s’adressant ainsi à son captif :

— Très maudit chien d’une race maudite, dit-il réveillant de sa voix creuse et triste les mornes échos du souterrain, vois-tu cette balance ?

Le malheureux juif répondit par une faible affirmation.

— Dans cette même balance, tu vas me peser, dit l’implacable baron, mille livres d’argent, selon les justes poids et mesures de la tour de Londres.

— Saint Abraham ! répondit le juif recouvrant sa voix par l’extrémité même de son danger, l’homme a-t-il jamais entendu une pareille demande ? Qui jamais a entendu, même dans un conte de ménestrel, parler d’une somme comme mille livres d’argent ? Quel œil humain fut jamais réjoui par la vision d’une telle masse de trésors ? Ce n’est pas dans les murs d’York, si tu saccageais ma maison et celles de toute ma tribu, que tu trouverais le dixième de cette énorme somme d’argent dont tu parles.

— Je suis raisonnable, répondit Front-de-Bœuf, et, si l’argent est rare, je ne refuse pas de l’or au taux d’un marc d’or pour chaque six livres d’argent, et, si tu fais droit à ma demande, tu délivreras ta carcasse de mécréant d’un châtiment tel que jamais ton cœur n’aurait pu le concevoir.

— Ayez pitié de moi, noble chevalier ! s’écria Isaac ; je suis vieux, pauvre et sans défense ; il serait indigne de vous de triompher de moi. Ce n’est qu’une misérable action d’écraser un vermisseau.

— Tu peux être vieux, reprit le chevalier ; cela n’accuse que la folie de ceux qui t’ont permis de vieillir dans l’usure et la tromperie ; tu peux être faible, car le juif n’a jamais ni cœur ni force ; mais l’on sait bien que tu es riche.

— Je te jure, noble chevalier, dit le juif, par tout ce que je crois et par tout ce que nous croyons en commun…

— Ne te parjure pas, dit le Normand en l’interrompant, et prends garde que ton opiniâtreté ne décide de ton sort avant que tu aies vu et bien considéré le destin qui t’attend. Ne pense pas que je te parle seulement pour exciter ta terreur et profiter de la basse couardise que tu as héritée de ta tribu ; je te jure par ce que tu ne crois pas, par l’Évangile que notre Église enseigne, et par les clefs qui lui sont données pour lier et délier, que mon dessein est implacablement arrêté ; ce cachot n’est pas propre aux plaisanteries. Des captifs dix mille fois plus distingués que toi sont morts entre ces murailles, et jamais leur sort n’a été connu. Mais à toi l’on réserve une longue et lente agonie, auprès de laquelle la leur était un enivrement.

Ici, il fit de nouveau signe aux esclaves de s’approcher, et leur parla à l’écart dans leur propre langue, car lui aussi avait été en Palestine, où peut-être il avait appris son rôle inhumain. Les Sarrasins tirèrent de leur panier une certaine quantité de charbon de bois, un soufflet et une bouteille d’huile. Pendant que l’un d’eux battait le briquet et faisait de la lumière, l’autre étala le charbon sur le gril rouillé dont nous avons déjà parlé, et commença de faire jouer le soufflet jusqu’à ce que le combustible fût devenu une fournaise rougeâtre.

— Vois-tu, Isaac, continua Front-de-Bœuf, cette rangée de barres de fer au-dessus de ces charbons ardents ? Sur cette couche brûlante, tu seras étendu, dépouillé de tes vêtements, comme si tu allais te reposer sur un lit de duvet. Un de ces esclaves entretiendra le feu sous toi, tandis que l’autre arrosera tes misérables membres avec de l’huile, de peur que ta chair frémissante ne brûle trop vite. Maintenant, choisis entre ce lit ardent et le paiement de mille livres d’argent ; car, par la tête de mon père ! tu n’as pas d’autre alternative !

— C’est impossible ! s’écria le malheureux juif ; il est impossible que votre intention soit réelle. Le bon Dieu de la nature n’a jamais créé un cœur capable d’exercer pareille cruauté !

— Ne t’y fie pas, Isaac, dit Front-de-Bœuf ; ce serait là une erreur fatale. Penses-tu que, moi qui ai vu saccager une ville dans laquelle des milliers de mes compatriotes chrétiens ont péri par l’épée, par l’eau et par le feu, penses-tu que je recule devant mon but à cause des cris et du vacarme d’un seul misérable juif ? Penses-tu que ces esclaves bronzés, qui ne connaissaient ni loi, ni pays, ni conscience, rien que la volonté de leur maître, ces hommes qui emploient le poison, le bûcher, le poignard ou la corde à mon moindre signe, penses-tu qu’ils auront pitié, eux qui ne connaissent pas même la langue dans laquelle on les implore ? Sois raisonnable, vieillard : décharge-toi d’une portion de tes richesses superflues ; remets entre les mains d’un chrétien une partie de ce que tu as acquis par l’usure, que tu as pratiquée sur ceux de sa religion. Ton astuce aura bientôt gonflé de nouveau ta bourse aplatie ; mais ni médecin ni drogues ne pourront rétablir ta peau et ta chair brûlées, une fois que tu auras été étendu sur ces barres. Compte le prix de ta rançon, te dis-je, et réjouis-toi que, par ce sacrifice, tu puisses te racheter, et sortir d’un cachot d’où peu de victimes sont sorties vivantes pour révéler ses secrets. Je ne veux plus perdre mes paroles avec toi ; choisis entre ton vil métal et ta chair et ton sang ; il sera fait selon ton choix.

— Qu’Abraham, que Jacob, et que tous les pères de notre peuple me soutiennent ! dit Isaac. Je ne puis faire de choix, parce que je n’ai pas les moyens de satisfaire à votre demande exorbitante.

— Saisissez-le, esclaves, et dépouillez-le ! dit le chevalier, et que les pères de sa race le secourent, s’ils le peuvent !

Les Sarrasins, se laissant diriger plutôt par l’œil et le geste, que par la voix du baron, s’avancèrent de nouveau, s’emparèrent du malheureux Isaac, l’enlevèrent du sol, et, le tenant entre leurs mains, attendirent un nouveau signal de l’implacable Front-de-Bœuf.

Le malheureux juif suivait des yeux leurs visages et celui de Front-de-Bœuf, afin d’y découvrir quelque trace de compassion ; mais celui du baron ne laissait paraître que le même sourire froid, même à moitié ironique, qui avait préludé à sa cruauté, et les yeux sauvages des Sarrasins, roulant des regards sinistres sous leurs noirs sourcils, et empruntant une expression encore plus menaçante au cercle blanc qui entoure la prunelle, trahissaient plutôt le plaisir secret qu’ils attendaient de la torture imminente, que la moindre répugnance à en être les agents.

Alors le juif regarda la fournaise ardente sur laquelle on allait l’étendre, et, ne voyant aucune chance de pitié dans son bourreau, sa fermeté l’abandonna.

— Je paierai, dit-il, les mille livres d’argent ; c’est-à-dire, ajouta-t-il après un moment d’hésitation, je les paierai avec le secours de mes frères ; car il me faudra demander l’aumône, comme un mendiant, à la porte de notre synagogue, avant de compléter une somme aussi fabuleuse. Quand et où faudra-t-il que je la produise ?

— Ici, répliqua Front-de-Bœuf, c’est ici qu’il faudra qu’elle soit apportée et pesée ; pesée et comptée sur les dalles de ce cachot. Penses-tu que je te laisse partir avant que ta rançon soit assurée ?

— Et quelle sera ma garantie, dit le juif, que je serai libre après que cette rançon sera payée ?

— La parole d’un seigneur normand, vil usurier, répondit Front-de-Bœuf, la foi d’un noble Normand est plus pure que tout l’or et l’argent amassés par toi et par ta tribu.

— Je vous demande pardon, noble seigneur, dit Isaac timidement ; mais pourquoi dois-je me fier absolument en la parole d’un homme qui n’a nulle confiance en la mienne ?

— Parce que tu ne peux pas faire autrement, juif, dit durement le chevalier ; si tu étais à cette heure dans ton comptoir, à York, et si, moi, je sollicitais l’emprunt de tes shekels, ce serait à toi à fixer le jour du paiement et sa garantie ; c’est ici mon comptoir, à moi ! Ici, j’ai l’avantage sur toi, et je ne veux pas m’abaisser à te redire les conditions grâce auxquelles je te rends la liberté.

Le juif gémit profondément.

— Accordez-moi, dit-il, au moins, avec ma propre liberté, celle des compagnons avec lesquels j’ai voyagé ; ils m’ont répudié comme juif, cependant ils ont plaint ma désolation ; et parce qu’ils se sont arrêtés en chemin pour me secourir, une partie de mon malheur leur est échu ; de plus, ils pourront contribuer pour quelque chose à ma rançon.

— Si tu veux parler de ces manants saxons qui sont là-bas, dit Front-de-Bœuf, leur rançon doit reposer sur d’autres conditions que la tienne. Songe à tes intérêts personnels, juif (je te donne cet avertissement), et ne te mêle pas de ceux des autres.

— Je dois donc, dit Isaac, être mis en liberté seul avec mon ami blessé ?

— Faut-il que je recommande deux fois à un fils d’Israël, dit Front-de-Bœuf, de s’occuper de ses intérêts personnels et d’abandonner ceux des autres ? Puisque tu as choisi, il ne reste rien à faire que de payer de ta rançon, et à court délai.

— Cependant, écoutez-moi, dit le juif, pour l’amour de cette richesse même que vous voudriez obtenir aux dépens de votre…

Ici, il s’arrêta, de crainte d’irriter le féroce Normand ; mais Front-de-Bœuf ne fit que rire de cette réticence, et aida lui-même à compléter la phrase que le juif avait laissée en suspens.

— Aux dépens de ma conscience, n’est-ce pas, Isaac ? Parle librement, je suis raisonnable, te dis-je ; je sais endurer des reproches d’un perdant, lors même que ce perdant est un juif. Tu étais moins patient, Isaac, quand tu as invoqué la justice contre Jacques Fitz-Dotterel, parce qu’il t’avait traité d’usurier et de sangsue, quand tes exactions eurent dévoré son patrimoine.

— Je jure par le Talmud, s’écria le juif, qu’on a trompé Votre Valeur à ce sujet. Fitz-Dotterel avait tiré son poignard sur moi dans ma propre maison, lorsque je le suppliais de me payer mon argent. Le terme du paiement était échu à Pâques.

— Peu m’importe ce qu’il a fait, reprit Front-de-Bœuf ; voici la question : Quand aurai-je mon paiement ? Quand aurai-je les shekels, Isaac ?

— Que ma fille Rébecca se rende à York, répondit Isaac, avec votre sauf-conduit, noble chevalier, et, aussi vite qu’homme et cheval pourront revenir, le trésor…

Ici, il poussa un profond gémissement ; mais il ajouta après une interruption de quelques instants :

— Le trésor sera compté sur les dalles de ce cachot.

— Ta fille ! dit Front-de-Bœuf comme un homme étonné. Par le Ciel ! Isaac, je voudrais l’avoir su plus tôt ! J’ai pensé que cette fille aux yeux noirs était ta concubine, et je l’ai donnée pour servante à Brian de Bois-Guilbert, selon la mode des patriarches et des héros de l’Antiquité, qui, dans ces choses, nous ont montré un exemple salutaire.

Le rugissement que poussa Isaac à cette effroyable révélation fit retentir le cachot et étourdit tellement les deux Sarrasins, qu’ils laissèrent échapper le juif. Il profita de cette liberté pour se jeter à terre et saisir les genoux de Front-de-Bœuf.

— Prenez tout ce que vous avez demandé, chevalier, prenez dix fois davantage ; réduisez-moi à la mendicité, à la ruine si vous voulez ; bien plus, percez-moi de votre poignard, grillez-moi sur cette fournaise ; mais épargnez ma fille, délivrez-la en sûreté et en honneur ! Comme vous êtes né d’une femme, épargnez l’honneur d’une jeune fille inoffensive ; c’est l’image de ma défunte Rachel. J’avais six gages de son amour, elle est le seul qui me reste. Priverez-vous un vieillard isolé de sa seule consolation ? réduirez-vous un père à souhaiter que son seul enfant vivant soit à côté de sa mère morte, couchée dans le tombeau de ses pères ?

— Je voudrais, dit le Normand s’adoucissant un peu, l’avoir su plus tôt. Je pensais que ta race n’aimait rien que ses sacs d’argent.

— Ne pensez pas si mal de nous, bien que nous soyons juifs, dit Isaac s’empressant de profiter de ce moment de sympathie apparente ; le renard que l’on poursuit, le chat sauvage que l’on torture aiment leurs petits ; la race méprisée et persécutée d’Abraham aime aussi ses enfants.

— Soit ! dit Front-de-Bœuf, je le croirai à l’avenir, Isaac, par pitié pour toi ; mais cela ne nous sert pas maintenant : je ne puis changer ce qui est arrivé ni ce qui doit suivre. Ma parole est engagée à mon frère d’armes, et je ne voudrais pas y manquer pour dix juifs et juives. Et puis pourquoi penses-tu qu’il advienne du mal à ta fille, quand même elle serait le butin de Bois-Guilbert ?

— Il y en aura ! il faut qu’il y en ait ! s’écria Isaac en se tordant les mains avec désespoir. Quand est-ce que les templiers ont réservé autre chose que la cruauté aux hommes et le déshonneur aux femmes ?

— Chien d’infidèle ! s’écria Front-de-Bœuf les yeux étincelants et n’étant pas fâché peut-être de saisir un prétexte pour se mettre en colère, ne blasphème pas le saint Ordre des templiers de Sion ; mais songe plutôt à me payer la rançon que tu m’as promise, ou malheur à toi !

— Scélérat et brigand ! dit le juif renvoyant les insultes à son oppresseur avec une rage que, tout impuissante qu’elle était, il ne pouvait plus contenir ; je ne te paierai rien ! non ! pas un penny d’argent, à moins qu’on ne délivre ma fille en sûreté et en honneur !

— Est-ce que tu es dans ton bon sens, israélite ? demanda fièrement le Normand. Ta chair et ton sang ont-ils un charme contre le fer rougi et contre l’huile bouillante ?

— Je m’en moque ! dit le juif poussé à bout par son affection paternelle. Fais ce que tu voudras. Ma fille est ma chair et mon sang ; elle m’est plus précieuse mille fois que ces membres que ta cruauté menace. Je ne te donnerai pas d’argent, à moins que je ne le verse fondu dans ton gosier avide ! Non, je ne te donnerai pas un penny d’argent, Nazaréen ! fût-ce pour te sauver de cette profonde damnation que toute ta vie a méritée ! Prends ma vie si tu veux et va dire que le juif, au milieu de ses tourments, a su braver un chrétien !

— Nous verrons cela, dit Front-de-Bœuf ; car, par la croix sainte ! qui est l’abomination de ta tribu maudite, tu vas sentir les dernières tortures du feu et de l’acier. Dépouillez-le, esclaves, et enchaînez-le sur les barres.

Malgré les faibles efforts du vieillard, les Sarrasins lui avaient déjà arraché ses vêtements supérieurs et allaient le mettre complètement à nu, quand le son d’un cor de chasse, répété deux fois en dehors de la forteresse, pénétra même jusqu’au fond du cachot, et, un instant après, de fortes voix se firent entendre, appelant sir Réginald Front-de-Bœuf.

Ne voulant pas qu’on le trouvât au milieu de son occupation diabolique, le sauvage baron fit signe aux esclaves de remettre les habits à Isaac, et, quittant le souterrain avec ses satellites, il laissa le juif remercier Dieu de sa délivrance ou pleurer sur la captivité et le sort probable de sa fille, selon que ses sentiments personnels ou paternels devaient prévaloir.

  1. Nous ne garantissons nullement l’exactitude de ce trait d’histoire naturelle, que nous rapportons sur l’autorité du manuscrit Wardour. W. S.