Journal d’une enfant vicieuse/Préface

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

◄   Livre I   ►




Ce manuscrit inédit de Suzanne Giroux, dite La Morency, qui l’écrivit en l’an V (1796), en même temps qu’Alysine, est publié avec une préface de M. HUGUES R., bibliothécaire de S. A. Mgr. le duc de ***.



Ces pages, retrouvées par hasard à Soissons, viennent enrichir l’œuvre déjà si abondante de cette gracieuse Suzanne Giroux qui, sous le nom de Madame de Morency, a composé durant le Directoire, tant de livres passionnés sans rien perdre de son charme de femme et sans jamais chausser le bas-bleu des pédantes. Sauf une note ajoutée après coup à la fin et qui est de la main de Colin d’Harleville, l’un de ses amants, Suzanne écrivit ce journal encore fillette, au courant de la plume, avec la même naïveté qu’elle laissa voir plus tard en nous initiant à ses nombreuses amours. Lorsqu’elle fixait ainsi ses impressions d’enfant, elle n’avait d’autre but que d’en conserver le souvenir pour elle-même et peut-être aussi ses petites amies. C’est justement ce manque d’apprêt qui nous les rend intéressantes. Plus âgée, Suzanne eût rougi de ces amusements et de ces misères qui remplirent ses premières années ; elle les eût plus ou moins dégustés ; elle eût, comme dans ses romans, employé ce langage aux périphrases molles et fades qui masque beaucoup trop ces objets agréables, où, par exemple, trousser une jolie fille est dit « s’abandonner à sa tendresse ». Au contraire, l’ingénuité du journal le fera trouver savoureux à ces jouisseurs acharnés qui goûtent de l’amour jusqu’à la fleur encore indécise, et qui se plaisent à voir tressaillir et s’éveiller une petite âme libertine même quand ses mouvements manquent d’élégance et ne témoignent que d’une belle vivacité joyeuse ou d’une extrême liberté animale.

Cette Suzanne, ou la Rose du Journal (c’est la même personne) a « du vice » ; mais c’est le vice d’une gentille gamine qui a tous les appétits et toutes les facultés pour vivre avec énergie, donner à ses amants beaucoup de jouissances et jouir elle-même infiniment.

Dans l’enfant, dans la fillette, cette aptitude au plaisir s’annonce peut-être sous une forme incongrue, mais du moins très naturelle. Suzanne parle sans modération et avec une complaisance évidente du jeu de ses entrailles ; elle est émue à l’extrême quand elle lève ses jupes ou qu’on les lui relève contre son gré. Évidemment, elle attache déjà une importance énorme aux assises mystérieuses de sa personne, elle veut bien jouir en petite égoïste, en secret, mais n’entend pas découvrir ses trésors. Il semble qu’au grand jour et devant des profanes ce glorieux siège du plaisir ne soit plus que l’envers de la médaille et les coulisses de la beauté, un sujet de dérision et de honte, dont sa coquetterie de future femme a grand effroi et ne peut plus tirer que des effets d’insolence.

Ainsi l’auteur, avec sa franchise et sa crudité impudique d’enfant, nous montre comment la jouissance se lie aux deux actes de la vie alimentaire, comment elle s’accompagne, selon les circonstances, d’orgueil et de honte, fière de prendre à la vie ambiante, ivre de se décomposer et d’être généreuse à la terre. Même châtiée et au plus fort de la douleur, cette petite fille trouve une griserie et comme un opium ; les coups la font rentrer en elle-même, et ramenant toute son attention sur le point le plus délicat et le plus sensible de sa peau, la font vivre et même penser par son derrière, qui devient alors l’inspirateur et le maître de sa tête pour quelques instants. Quel rêve pour une enfant vicieuse ! c’est le cas de le dire, le vice suprême ! La peine et la déconvenue n’ont lieu réellement qu’avant ou après la correction. Alors notre fillette ne se trouve point à l’aise, car elle peut bien vivre comme un joli petit animal, elle n’en a pas moins des prétentions instinctives à être un ange et à conserver devant tous ses apparences angéliques. Or, quelle chute du ciel où elle planait lorsqu’elle se voit contrainte de ne laisser voir d’elle-même que des chairs joufflues, éloignées de l’idéal et tournées vers la terre, et encore de les étaler dans toute leur ampleur tandis qu’elle cache les traits divins de son visage ! En dévoilant et ensanglantant ce que couvrait avec tant de soin sa pudeur, on accomplit sur elle une sorte de viol, le seul que sa chair neuve et encore incomplètement formée soit bien capable alors de ressentir.

On voit que notre fillette, avant de se connaître un amant, un amour, et même de découvrir le lien secret de sa jouissance, ne manque pas de sensations. Ce n’est point qu’elle ait lu les Confessions de Rousseau, qui ne parurent que beaucoup plus tard, ce n’est point non plus qu’elle soit de la famille un peu extravagante du grand homme. Il suffit d’aller un soir à la Comédie Française à une représentation du Malade imaginaire ou du Médecin malgré lui, pour être convaincu que les sensations de notre petite héroïne ne sont point exceptionnelles. Les éclats de rire frais et sains de l’assistance nous apprendront que la vue des coups et les allusions aux jeux de nos organes ont toujours le don d’amuser les jeunes filles, comme au temps où elles accouraient en foule place Dauphine, écouter les farces de Tabarin sur le beau cul des Chambrières. Que les amis de l’idéal se voilent la face, mais c’est un sol engraissé de débris et riche de décompositions, qui porte les tiges les plus odorantes et les plus lourds calices ; c’est au milieu de beaucoup de rêves impurs et de caresses souillées, que la fantaisie amoureuse la plus légère, que les plus puissantes et les plus superbes passions prennent leur vol. Direz-vous que la maturité de l’amour seule nous intéresse ; mais cette préparation à la vie, cet instinct qui se reconnaît parmi des songes fameux et des images contradictoires n’est point non plus indifférent. Cette chair d’amoureuse a beau souiller ses langes, elle est malgré tout séduisante dans son désir de vivre et de prendre sa forme dans l’univers.

Il n’est pas inutile non plus d’observer dans ce Journal comment fut élevée cette jolie fille qui sut rendre heureux tous ses amants. Elle fut souvent fouettée. C’était la discipline de l’époque, et longtemps après la Révolution on l’appliquait encore. Il y a une lettre du véritable Duchêne où l’on nous apprend que M. Sédaine a retiré sa fille des mains des religieuses parce qu’elles lui avaient fait souffrir « mille tracasseries assaisonnées de verges ». Et l’auteur demande grâce pour « ces petits culs de vierges, embellis par les roses ». Il a peut-être tort. Sans parler de ces filles riches de sang, ivres de plaisir et d’orgueil, qu’il est nécessaire de dominer par la douleur, il importe que la cruauté naturelle des êtres puisse s’exercer innocemment de crainte qu’elle ne devienne autrement fort nuisible. Les haines féroces de certaines femmes, leur acharnement au mal viennent, soit d’une éducation trop douce où la cruauté n’a pas été domptée par la cruauté, soit encore de la retenue trop grande à laquelle les astreignent les mœurs modernes. Quelques coups donnés à leurs enfants et à leurs serviteurs les rendraient probablement plus calmes et moins haineuses. Elles satisferaient ainsi leur besoin d’autorité ou de vengeance sans autre inconvénient que de rendre un peu rouges les jeunes fesses parfois fort jolies de leur entourage et d’activer les circulations de sang trop paresseuses. En outre, elles préviendraient probablement un grand nombre de viols : si des amants malheureux maltraitent et battent les femmes parce qu’elles se refusent à leur désir, c’est aussi parce qu’ils ne peuvent fouetter des petits culs de fillettes, que des hommes en arrivent à cette aberration de désirer des enfants et de vouloir posséder un sexe qu’elles n’ont pas encore. Ne vaudrait-il pas mieux qu’ils fessent en paix ! Les hommes qui ont ce goût sont en effet bien excusables. Ce sont seulement des amoureux pressés dont le désir ne connaît point la patience et qui ne peuvent rencontrer une petite femme ébauchée sans que leur imagination n’en fasse aussitôt un chef-d’œuvre.

La Morency, dans son Journal donne bien à cette sorte de jouisseurs le récit des plaisirs qui les attendent. Plaisirs certes sauvages et piquants ! Ce sont des fruits de haie et qu’on dérobe, secs, irritants, mais dont la flamme, l’aiguillon luxurieux rendent ensuite plus désirables le baume et le vin glacé, la saveur fraîche et enivrante du véritable amour. Soyons reconnaissants à l’aimable femme qui nous enseigne à les cueillir, ils réjouiront les avides et les curieux et pourront même tromper la faim de ces blasés, qui sont incapables d’en goûter d’autres. La Morency, jusque dans ses écrits, s’est montrée femme charitable. Comme pour ces galants chenus qu’un simple abandon et l’offre délicieuse de son corps ne pouvaient échauffer, son style use du moyen suprême Digitos habet dit le poète. Il a des doigts !