Justine, ou les Malheurs de la vertu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Illustrations par Philippe Chéry.
« en Hollande chez les Libraires associés » [Girouard, Paris].
Qui sait, lorsque le Ciel nous / frappe de ses coups, / Si le plus grand malheur n’est / pas un bien pour nous ? / Œd. chez Admète.


JUSTINE,


OU

LES MALHEURS

DE LA VERTU.


Ô mon ami ! la prospérité du Crime est comme la foudre, dont les feux trompeurs n’embélissent un instant l’atmosphère, que pour précipiter dans les abîmes de la mort, le malheureux qu’ils ont ébloui.


Sade - Justine, ou les Malheurs de la vertu p.8 transparent.png

EN HOLLANDE,
Chez les Libraires Aſſociés.



1791.