L’Épouseur de famille

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Théophile Gautier Poésies libertines

L’Épouseur de famille



L’épouseur de famille
          Fuit la fille
Qui n’a pour dot qu’un cu
          Sans écu.
Aussi, quoique jolie,
          Azélie
Se trouve vierge encor
          Faute d’or.
Le désir la picote
          Sous sa cotte,
Et souvent elle doit
          Mettre un doigt
Qui longtemps y repose
          Sur sa rose.
Le dard raide et fumant
          D’un amant
Ferait mieux son affaire,
          Mais que faire
Quand on est seule au lit
          Et qu’on lit
Un roman érotique
          Spermatique,
Qui fait rentrer le bras
          Sous les draps ?
La main partout lutine,
          Libertine,
Agace le bouton
          Du téton
Qui, sentant la caresse
          Se redresse,
Passe au ventre poli
          Sans un pli,
Tâte les fesses, rondes
          Mappemondes,
Entr’ouvre les poils longs,
          Bruns ou blonds
Et glisse triomphante
           Dans la fente
Où, sous le capuchon
          Folichon,
Le clitoris s’abrite,
          Rose ermite.
L’index frotte d’abord
          Sur le bord
La coquille rosée
          Arrosée
Du liquide élixir
          Du désir ;
Cherche le point sensible
          De la cible,
Et trouvant le ressort
          Bandé fort,
Fait jaillir Aphrodite
          Interdite
D’avoir joué ce tour
          À l’amour.
D’autres fois, plus lubrique,
          Elle applique
En long son traversin
          Sur son sein ;
Dans ses cuisses l’enferme,
           Fort et ferme,
L’étreint comme un amant
          Puisamment,
Lève les reins et frotte
          À sa motte
Le molasse phallus
          Tant et plus.
Ce sac de plume d’oie
          Qui se ploie,
Représente assez mal
          L’idéal.
Pourtant la pose est digne
          Du beau cygne
Qui, chez les Grecs, banda
          Pour Léda.
Hélas ! Sur la mortelle
          Aucune aile
Des cieux en frémissant
          Ne descend.
Aucun dieu de l’Olympe
          Ne la grimpe :
Les dieux, chauds autrefois,
          Sont très froids.
La jouissance arrive,
          Convulsive,
Tachant d’un jet subtil
          Le courtil.
Dans la petite coupe
          Une soupe,
Où manque le bouillon
          De couillon,
Par Vénus attrapée
          Est trempée ;
Et l’amour autre part
          Met son dard !

          Moralité

Ma fille, sois ardente,
          Mais prudente,
Et sentant l’oreiller
          Se plier
Tout au bas de ton ventre
          Où rien n’entre
Ne va pas, pour jouir,
          Enfouir
Dans ta fleur élargie
          Ta bougie.
Bientôt le chandelier
          Tout entier
Suivrait, sans la bobèche
          Qui l’empêche.
Au fond du temple étroit
          Que le doigt
Respecte la membrane
          Diaphane,
Dont passera l’hymen
          L’examen.