L’église habillée de feuilles/David, tu t’éveillais sur ta couche nocturne

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


37


« Je me souviendrai de vous sur
ma couche nocturne ; dès le
matin je méditerai vos bienfaits… »
(Paroissien. Ps. 62.)


David, tu t’éveillais sur ta couche nocturne,
mais la lisse blancheur des filles d’Israël
qui se penchait vers toi, modelée comme une urne,
ne te suffisait point, tu t’adressais au Ciel.
 
Alors, sur le désordre ardent de cette couche,
les jambes repliées sous toi, longtemps ta harpe
bourdonnait, sourde et solennellement farouche.
Et tes femmes couvraient leurs fronts de leurs écharpes.
 
Ce cri que tu poussais vers les errantes lunes,
il monte encore, il fait ma consolation,
plus haut que le front blanc des concubines brunes,
plus haut que ma douleur, plus haut que ma passion.


Ce cri que tu poussais vers les errantes lunes,
il monte encore, il fait ma consolation,
plus haut que le front blanc des concubines brunes,
plus haut que ma douleur, plus haut que ma passion.