L’Affaire Dreyfus/À Henri Brisson

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
◄  Le coup de bistouri À Henri Brisson Inquiétudes  ►
À HENRI BRISSON
Henri Brisson, Président du Conseil

Vous vous êtes enfin reconquis. Enfin vous avez démêlé l’abominable complot, ourdi par toutes les forces de la réaction cléricale et militaire contre la République et la Patrie. Et vous avez compris, enfin, l’œuvre immense et glorieuse de réparation humaine et de salubrité nationale, qu’il vous est donné, aujourd’hui, d’accomplir. C’est une grande tâche, pour laquelle il faut un grand cœur car jamais, peut-être, un ministre n’eut, dans un heure aussi tragiquement décisive, la garde et la défense d’un aussi auguste dépôt : l’honneur et la vie même du pays. Oui, nous en sommes arrivés à cette suprême angoisse de nous dire que c’est de vous, de votre énergie, de votre ténacité que dépend le salut de la France, ou, de votre faiblesse, sa perte.

Mais nous avons confiance.

Les événements ont fait de vous plus que nous demandions, vainement, à tous les échos, muets, hélas ! jusqu’ici, de la justice profanée, du droit terrorisé, et tous les hommes de liberté ont mis leurs espérances sur votre nom. Ils vous encourageront, ils vous aideront, ils vous acclameront.

Dans la lutte qui va continuer, plus sauvage et plus désespérée, vous aurez à subir bien des assauts encore ; on dressera contre vous bien des embûches, et vous sentirez, plus d’une fois, passer sur vous le vent de la haine homicide. Ne vous laissez troubler ni par les cris, ni par les pires outrages, ni par les menaces d’où qu’elles viennent, d’en haut ou d’en bas. De quelques amertumes qu’on vous abreuve, à quelques perfidies que vous vous heurtiez, quelques défections, peut-être, qui vous attendent, demeurez ferme dans votre devoir, et poursuivez, d’un cœur fort et tranquille, l’œuvre nécessaire. Et quand même tous, autour de vous, vous abandonneraient, restez debout, seul contre tous… vous triompherez.

Mais, vous parti, il faut que vous sachiez bien que c’est la Terreur victorieuse… que c’est l’égorgement de la liberté, et le deuil à jamais sur la France.

Octave Mirbeau, L’Aurore, 14 septembre 1898