L’Edda de Sæmund-le-Sage/L’Évocation de Groa

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
anonyme
Les Eddas, traduites de l’ancien idiome scandinave
Traduction par Mlle Rosalie du Puget.
Librairie de l’Association pour la propagation et la publication des bons livres (p. 232-234).




XIII


L’ÉVOCATION DE GROA




1. « Éveille-toi, Groa ! éveille-toi, femme bonne ! Je viens t’éveiller devant les portes de la mort. Te rappelles-tu avoir invité ton fils à se rendre auprès du tombeau de Kumbel ? »

2. Qu’y a-t-il maintenant de si pressé, mon fils unique ? quelle infortune te fait appeler ta mère, réduite en poussière après avoir disparu d’au milieu des hommes ?

3. Magicienne embrassée par mon père, tu as mis devant moi une tablette magique sinistre pour m’inviter à venir à la rencontre des morts dans un lieu inconnu à tout le monde.

4. Le voyage est long ; les chemins sont si longs ! les regrets de l’homme le sont également. Si tu obtiens ce que tu désires, le sort ne courra point peut-être sous la même forme.

5. « Chante-moi des paroles magiques qui me soient utiles. Ma mère, sauve ton fils ! Je crains d’être abandonné en route ; je suis encore si jeune ! »

6. Je commencerai par te faire entendre un chant utile ; Rinda le chanta à Rane : avec son aide tu pourras secouer de tes épaules tout ce qui te paraîtra pesant et te conduire toi-même.

7. En voici un second : Si tu erres sans joie sur la route, les puissances d’Urd te soutiendront de tous côtés.

8. En voici un troisième : Si de grandes eaux mettent ta vie en danger, qu’elles soient serpentantes ou sous forme de torrent, elles s’arrêteront devant toi.

9. En voici une quatrième : Si l’ennemi est dans la forêt et prêt à te nuire, ce chant ébranlera son courage à ton gré et le transformera en esprit de paix.

10. En voici un cinquième : Si tes mains sont couvertes de chaînes, je ferai descendre le feu de Lejfner sur tes membres, et les fers tomberont de tes mains.

11. En voici un sixième : Si tu atteins une mer plus vaste que tu ne le supposais, ce chant réconciliera le vent et la vague avec ton navire, et te donnera constamment la paix en voyage.

12. En voici un septième : Si la gelée te surprend sur la haute montagne, le froid piquant ne détruira pas ton corps, ne tordra pas tes membres.

13. En voici un huitième : Si la nuit te surprend dans un sentier nébuleux, personne ne te fera de mal ; le chrétien tue la femme

14. En voici un neuvième : Si tu te querelles avec un géant armé d’un javelot, les paroles et l’esprit te seront donnés avec abondance par le cœur de Mimer.

15. Ne va jamais où l’infortune t’attend ; le malheur ne viendra pas à ta rencontre. J’étais debout sur la pierre enracinée derrière la porte, quand je chantai ceci.

16. Emporte, mon fils, les paroles de ta mère ; conserve-les dans ton cœur. Si tu ne les oublies pas, la vie ne t’offrira que des prospérités.