L’Encyclopédie/1re édition/ANÉANTISSEMENT

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 1p. 452).
ANECDOTES  ►

ANÉANTISSEMENT, s. m. (Métaph.) l’action de réduire une chose à rien, de détruire absolument son existence. Voyez Substance, Existence.

L’anéantissement est opposé à la création : anéantir est réduire quelque chose au néant ; & créer est du néant faire quelque chose. Tout anéantissement est nécessairement surnaturel & métaphysique. Les corps n’admettent point naturellement une destruction totale, quoiqu’ils soient susceptibles d’altérations & de changemens. Voyez Corps, Altération, Corruption .

Quelques Philosophes objectent contre cette notion de l’anéantissement, qu’elle suppose un acte pour l’opérer ; au lieu que l’anéantissement, disent-ils, doit être une conséquence inévitable de la pure inaction de Dieu sur la créature ; c’est-à-dire de la cessation de l’action, par laquelle il l’a créée ; car la conservation d’une chose n’en étant que la pure création continuée, ainsi que tout le monde en convient, il est évident qu’elle doit oesser d’être, dès l’instant que Dieu cesse de la créer. (X)