L’Encyclopédie/1re édition/BELLADONE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

BELLADONE, s. f. belladona (Hist. nat. bot.) genre de plante à fleur monopétale en forme de cloche découpée sur ses bords. Il s’éleve du calice un pistil, qui est attaché comme un clou à la partie postérieure de la fleur, dont la base devient dans la suite un fruit presque rond, mou, partagé en deux loges par une cloison mitoyenne. Ce fruit renferme plusieurs semences attachées à un placenta. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

Belladone ou Solanum, lethale offic. solanum maniacum multis, seu belladona. J. B. 3 611. Les fruits & les feuilles aussi bien que les tiges de cette plante sont assoupissans, & très-dangereux : leur usage intérieur est très-équivoque. On lit dans les Mémoires de l’Académie 1703, que des enfans ayant mangé de ces fruits eurent une fievre violente avec des convulsions & des battemens de cœur terribles ; ils perdirent la connoissance & les sens, & tomberent dans une aliénation d’esprit. Un petit garçon de quatre ans mourut le lendemain ; on lui trouva trois plaies dans l’estomac avec des grains de solanum écrasés, & des pépins enfermés dans les plaies, le cœur livide, nulle sérosité dans le péricarde : ces faits furent attestés par M. Boulduc.

Le remede à ces maux est le vomissement, procuré en bûvant de l’eau miellée, ou du vinaigre en grande quantité.

Les feuilles & les fruits sont bons appliqués extérieurement, sont adoucissans & résolutifs ; on s’en sert sur les hémorrhoides & sur le cancer : on les fait bouillir avec le saindoux, & on en compose une pommade pour les ulceres carcinomateux, & pour les durillons des mammelles. Ces avis sont de Mrs. Ray & Tournefort.

Les peintres en mignature font macérer le fruit, & en préparent un beau vert. (N)