L’Encyclopédie/1re édition/GEOLAGE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
GEOLE  ►

GEOLAGE, s. m. (Jurisprud.) ou droit de geole, est un droit en argent qui est dû au geolier ou concierge des prisons par chaque prisonnier, pour le soin qu’il prend de le garder, & ce à raison de tant par jour, suivant la maniere dont le prisonnier est tenu.

Les droits de gîte & geolage sont reglés par chaque parlement dans leur ressort.

Suivant le tarif fait par le parlement de Paris en 1717, les prisonniers à la paille payent un sol par jour pour gîte & geolage, sans aucun droit d’entrée ni de sortie.

Ceux auxquels le geolier fournit un lit payent cinq sols par jour s’ils sont seuls, & trois sols s’ils couchent deux dans un lit.

Les pensionnaires ne doivent payer pour nourriture, gîte & geolage au plus que trois livres par jour, s’ils ont pour eux seuls une chambre, & s’il y a une cheminée, le droit est augmenté à proportion.

Les prisonniers des chambres destinées à la pension, quand il n’y a point de pensionnaires, payent pour un lit où ils couchent seuls pour gîte & geolage quinze sols par jour ; & on voit par-là que le droit de geolage est différent de la nourriture & du gîte.

Les geoliers & autres préposés à la garde des prisons ne peuvent recevoir des prisonniers aucune avance pour nourriture, gîte & geolage, ni empêcher l’élargissement des prisonniers pour le payement des mêmes objets, mais doivent se contenter d’une obligation pour se pourvoir sur leurs biens seulement. Voyez l’ordonn. de 1670. tit. xiij. art. 22 & 30. (A)