L’Encyclopédie/1re édition/GUTTE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  GUSTROW
GUTTETE  ►

GUTTE, (Gomme) (Chimie, Pharmacie, & Mat. méd.) la gomme gutte est un suc qu’on pourroit très bien compter parmi les gommes-résines, puisqu’il est résineux & mêlé d’environ une sixieme partie d’une matiere insoluble dans l’esprit-de-vin, & qui se dissout très-bien dans les menstrues aqueux. Elle peut contracter aussi à la faveur de cette derniere partie une legere union avec l’eau qui la tient suspendue sous la forme d’un lait jaunâtre ; mais cette dissolution imparfaite est peu constante ; les particules résineuses se réunissent bien-tôt au fond du vaisseau, & laissent la liqueur surnageante claire & limpide.

Cette liqueur éclaircie par le repos, prend une couleur de sang quand on y verse de l’alkali fixe ou de l’eau-de-chaux. Cette propriété l’a faite compter par quelques auteurs parmi les réactifs employés à l’analyse des eaux minérales ; mais ce moyen est pour le moins superflu. Voyez Minérale (Eau).

La gomme-gutte est un purgatif hydragogue des plus efficaces ; elle est aussi vomitive. Geoffroi recommande beaucoup ce remede, pourvû qu’on l’administre avec précaution & à propos ; il prétend que dans tous les cas où les évacuans actifs sont indiqués, on trouve dans celui-ci cet avantage singulier, qu’il est sans goût & sans odeur, qu’on le donne en petite dose, qu’il fait son effet en peu de tems, qu’il dissout puissamment les sucs visqueux & tenaces en quelque partie du corps qu’ils croupissent & qu’ils soient attachés, & enfin qu’il chasse par le vomissement ceux qui sont dans l’estomac, & tous les autres fort abondamment par les selles. Il en fixe la dose à deux, cinq, ou sept grains, jusqu’à quinze. Il dit avoir souvent donné ce remede depuis deux grains jusqu’à quatre, sans causer de vomissement ; & que si l’on réitere cette dose pendant plusieurs jours, il n’y a plus de vomissement, sur-tout si on l’étend dans beaucoup de liqueur ; que si on le donne sous la forme de pilule, il excite plus facilement le vomissement, mais très-rarement lorsqu’il est joint avec le mercure doux.

La gomme-gutte est un ingrédient très-ordinaire & très-utile des opiates & des pilules purgatives & fondantes, & en particulier des pilules mercurielles dont la plûpart des apothicaires ont des dispensations secretes. Elle entre dans les pilules hydragogues de Bontius, & dans la poudre hydragogue de la pharmacopée de Paris.

La gomme-gutte a été vantée particulierement contre la goutte ; mais sa réputation à cet égard ne s’est pas soutenue. (b)