L’Encyclopédie/1re édition/GYMNASTE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

GYMNASTE, s. m. (Littér. greq. & rom.) officier préposé pour accommoder les différentes especes d’exercices d’usage dans les gymnases, aux diverses complexions des athletes, & pour les élever dans ces exercices. La plûpart des auteurs confondent le gymnaste & le pédotribe, pædotriba, & Pollux entr’autres appelle du même nom, celui qui présidoit aux lieux d’exercice & aux exercices mêmes ; mais Galien établit une différence considérable entre le gymnaste & le pédotribe. Elle consiste selon lui, en ce que le gymnaste joignoit à la science des exercices un discernement exact de tous leurs avantages par rapport à la santé ; au lieu que le pédotribe ou prevôt de salle, peu inquiet sur ce dernier point, bornoit ses lumieres au détail méchanique de ces mêmes exercices, & ses soins à former de bons athletes. C’est pourquoi Galien compare le gymnaste à un medecin ou à un général qui prescrivent avec connoissance de cause, & le pédotribe à un cuisinier, ou à un simple officier, qui se contentent d’exécuter. On ne doit pas même s’imaginer qu’il fût nécessaire pour être un bon gymnaste, ou pour être un bon pédotribe, d’avoir brillé dans les jeux publics ; l’on en trouvoit quantité de cette derniere profession au rapport de Galien, qui n’étoient que de très-médiocres athletes, & que nulle victoire n’avoit jamais illustrés. Nous voyons de même parmi nous, divers maîtres d’exercice très-capables de former d’excellens disciples, mais qui cependant soûtiendroient mal leur réputation, s’il étoit question pour eux de se donner en spectacle au public. Les gymnastes étoient quelquefois charges à la place des agonothetes d’encourager les athletes avant le combat, & les animer par les motifs les plus pressans à remporter la victoire. (D. J.)