L’Encyclopédie/1re édition/INTELLIGENCE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 806).

* INTELLIGENCE, s. f. (Gramm.) ce mot a un grand nombre d’acceptions différentes, que nous allons déterminer par autant d’exemples.

On dit cet homme est doué d’une intelligence peu commune, lorsqu’il saisit avec facilité les choses les plus difficiles.

Les rapports infinis qu’on observe dans l’harmonie générale des choses, annoncent une intelligence infinie.

Milton nous peint l’Eternel descendant dans la nuit, accompagné d’une foule d’intelligences célestes.

Un mauvais commentateur obscurcit quelquefois un passage, au lieu d’en donner l’intelligence.

Un pere de famille s’occupera particulierement à entretenir la bonne intelligence entre ses enfans.

Un grand politique se ménage dans toutes les cours des intelligences. Il en avoit dans cette place, lorsqu’il forma le dessein de l’attaquer.

Comment ne pas succomber, lorsque le cœur & l’esprit sont d’intelligence ?

Sans intelligence, comment saisir les principes ?

D’intelligence, on a fait intelligent, intelligible ; & l’on a distingué deux mondes, le monde réel & le monde intelligible, ou l’idée du monde réel.