L’Encyclopédie/1re édition/MACÉDONIENS

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

MACÉDONIENS, s. m. plur. (Hist. ecclés.) hérétiques du iv. siecle qui nioient la divinité du S. Esprit, & qui furent ainsi nommés de Macedonius leur chef.

Cet hérésiarque qui étoit d’abord du parti des Ariens, fut élu par leurs intrigues patriarche de Constantinople en 342 ; mais ses violences & quelques actions qui déplurent à l’empereur Constance, engagerent Eudoxe & Acace prélats de son parti, qu’il avoit d’ailleurs offensés, à le faire déposer dans un concile tenu à Constantinople en 359. Macedonius piqué de cet affront devint aussi chef de parti : car s’étant déclaré contre Eudoxe & les autres vrais ariens, il soutint toujours le fils semblable en substance ou même consubstantiel au pere selon quelques auteurs ; mais il continua de nier la divinité du S. Esprit comme les purs ariens, soutenant que ce n’étoit qu’une créature semblable aux anges, mais d’un rang plus élevé. Tous les évêques qui avoient été déposés avec lui au concile de Constantinople, embrasserent la même erreur ; & quelques catholiques mêmes y tomberent, c’est-à-dire que n’ayant aucune erreur sur le fils, ils tenoient le Saint-Esprit pour une simple créature. Les Grecs les nommerent πνευματομαχοι, c’est-à-dire ennemis du Saint-Esprit. Cette hérésie fut condamnée dans le onzieme concile général tenu à Constantinople, l’an de J. C. 381. Théodoret, liv. II. c. vj. Socrat. liv. II. c. xlv. Sozom. liv. IV. c. xxvij. Fleury, Hist. eccles. tom. III. liv. XIV. n. 30.