L’Encyclopédie/1re édition/MAJESTÉ

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  MAJESQUE
MAJEUR  ►

MAJESTÉ, s. f. (Hist.) titre qu’on donne aux rois vivans, & qui leur sert souvent de nom pour les distinguer. Louis XI. fut le premier roi de France qui prit le titre de majesté, que l’empereur seul portoit, & que la chancellerie allemande n’a jamais donné à aucun roi jusqu’à nos derniers tems. Dans le xij. siecle les rois de Hongrie & de Pologne étoient qualifiés d’excellence ; dans le xv. siecle, les rois d’Arragon, de Castille & de Portugal avoient encore les titres d’altesse. On disoit à celui d’Angleterre votre grace, on auroit pu dire à Louis XI. votre despotisme. Le titre même de majesté s’établit fort lentement ; il y a plusieurs lettres du sire de Bourdeille dans lesquelles on appelle Henri III. votre altesse ; & quand les états accorderent à Catherine de Médicis l’administration du royaume, ils ne l’honorerent point du titre de majesté.

Sous la république romaine le titre de majesté appartenoit à tout le corps du peuple & au sénat réuni : d’où vient que majestatem minuere, diminuer, blesser la majesté, c’étoit manquer de respect pour l’état. La puissance étant passée dans la main d’un seul, la flatterie transporta le titre de majesté à ce seul maître & à la famille impériale, majestas augusti, majestas divinæ domus.

Enfin le mot de majesté s’employa figurément dans la langue latine, pour peindre la grandeur des choses qui attirent de l’admiration, l’éclat que les grandes actions répandent sur le visage des héros, & qui inspirent du respect & de la crainte au plus hardi. Silius Italicus a employé ce mot merveilleusement en ce dernier sens, dans la description d’une conspiration formée par quelques jeunes gens de Capouë. Il fait parler ainsi un des conjurés : « Tu te trompes si tu crois trouver Annibal désarmé à table : la majesté qu’il s’est acquise par tant de batailles, ne le quitte jamais ; & si tu l’approches, tu verras autour de lui les journées de Cannes, de Trébie & de Trasymène, avec l’ombre du grand Paulus ».

Fallit te mensas inter quod credis inermem,
Tot bellis quæsita viro, tot cædibus armat
Majestas æterna ducem : si admoveris ora,
Cannas & Trebiam ante oculos, Trasimenaque busta,
Et Pauli stare ingentem miraberis umbram.

(D. J.)

Majesté, (Jurispr.) crime de lese-majesté. Voyez l’article Lese-majesté.