L’Encyclopédie/1re édition/MORAT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  MORALITÉ
MORANKGAST  ►

MORAT, (Géogr.) petite ville de la Suisse, sur la route d’Avenche à Berne, capitale du bailliage du même nom, appartenant aux cantons de Berne & de Fribourg.

Morat est illustré par trois sieges mémorables, qu’il a soutenus glorieusement ; le premier en 1032, contre l’empereur Conrard le Salique ; le second en 1292, contre l’empereur Rodolphe de Habsbourg ; & le troisieme en 1476, contre Charles le Hardi dernier duc de Bourgogne. Ce dernier siege fut suivi de cette fameuse bataille, où les Suisses triompherent, & mirent l’armée du duc dans la déroute la plus complette. Les habitans de Morat célebrent encore de tems à autre ce grand événement par des fêtes & des réjouissances publiques. Ce fut-là l’aurore de leur liberté, que M. de Voltaire a peinte d’un si beau coloris dans les vers suivans :


Je vois la liberté répandant tous les biens,
Descendre de Morat en habit de guerriere,
Les mains teintes du sang des fiers Autrichiens,
Et de Charles le téméraire.
Devant elle on portoit ces piques & ces dards,
On traînoit ces canons, ces échelles fatales
Qu’elle-même brisa, quand ses mains triomphales
De
Morat en danger, défendoit les remparts ;
Tout un peuple la suit, sa naïve allegresse
Fit à tout l’Appennin répéter ses clameurs ;
Leurs fronts sont couronnés de ces fleurs que la Grece
Aux champs de Marathon, prodiguoit aux vainqueurs.

A un quart de lieue de Morat, on voit sur le grand chemin d’Avence, une chapelle autrefois remplie d’ossemens des bourgignons qui périrent au siege & à la bataille de 1476. Au-dessous de la porte de la chapelle dont je parle, on lit cette inscription singuliere, que les Suisses y ont fait graver : Deo. Opt. Max. Caroli inclyti, & fortissimi Burgundiæ ducis, exercitus Muratum obsidens, ab Helvetiis cæsus, hoc sui monumentum reliquit, anno 1476.

Le territoire de Morat est un pays de vignes, de champs, de prés, de bois & de marais. Son lac joint à un canal qui se rend au lac d’Yverdun & de Neuchatel, y répand du commerce. Le lac de Morat peut avoir 25 brasses de profondeur, & nourrit du poisson délicat.

Le bailliage de Morat appartient en commun aux cantons de Berne & de Fribourg, & l’on y parle, comme dans la ville, les deux langues, l’allemand & le françois, ou romand ; mais tout le baillage est de la religion protestante. Elle fut établie dans Morat en 1530, à la pluralité des voix, en présence des députés de Berne & de Fribourg. Le reste du bailliage imita bientôt l’exemple des habitans de la ville.

Elle est en partie située sur une hauteur qui a une belle esplanade, en partie au bord du lac de son nom, à 4 lieues O. de Berne, & pareille distance N. E. de Fribourg. Long. 24. 56. lat. 47. (D. J.)