L’Encyclopédie/1re édition/POLI

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  POLETES
POLIA  ►

POLI, CIVIL, HONNÊTE, AFFABLE, GRACIEUX, (Synon.) nous sommes honnêtes par l’observation des usages de la société ; nous sommes civils par les honneurs que nous rendons à ceux qui se trouvent à notre rencontre ; nous sommes polis par les façons flatteuses que nous avons dans la conversation & dans la conduite, pour les personnes avec qui nous vivons ; nous sommes gracieux par des airs prevenans pour ceux qui s’adressent à nous ; nous sommes affables par un abord doux & facile à nos inférieurs, qui ont à nous parler.

Les manieres honnêtes sont une marque d’attention ; les civiles sont un témoignage de respect ; les polies sont une marque ou démonstration d’estime ; les gracieuses sont un moyen de prévenance flatteuse ; les affables sont une insinuation de bienveillance : toutes ces choses s’acquierent par l’usage du monde, & ne sont que l’écorce de la vertu.

Poli d’une glace, (Manufact. de glaces.) on appelle le poli d’une glace, la derniere façon qu’on lui donne avec l’émeril ou la potée, & l’on nomme dans les manufactures, l’attélier du poli, le lieu destiné à donner aux glaces cette derniere façon. (D. J.)

Poli, (Orfev.) le poli de l’argent se fait presque tout à l’huile, avec de la pierre ponce à l’huile, & du tripoli à l’huile ; il se termine par la potée à sec.

Poli & Polir l’étain, (Potier d’étain.) c’est la même façon que pour l’argent ; on se sert de ponce en poudre & de tripoli à l’huile, qu’on appelle rouge d’Angleterre ; ensuite on essuie l’ouvrage avec un linge & du blanc d’Espagne en poudre, Polir c’est dégraisser & ôter le suif qu’on a mis sur la vaisselle d’étain avant de la forger, avec un linge & du blanc d’Espagne ; & à la poterie & menuiserie d’étain, c’est l’essuyer sur le tour après avoir été brunie, avec un linge qu’on nomme pour cela polissoir.