L’Encyclopédie/1re édition/RENTIER

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

RENTIER, s. m. (Économie politique.) c’est celui qui pour se débarrasser du soin de ses affaires, met son bien & sa fortune en rentes constituées ou viageres. Le nombre des rentiers ne s’augmente dans un état qu’aux dépens du travail & du commerce, par l’oisiveté, le luxe, la mollesse, le sybaritisme. Un rentier est donc un sujet inutile, dont la paresse met un impôt sur l’industrie d’autrui.

Vers la fin de la république romaine, on opposoit aux riches rentiers de ce tems-là aux Crassus, aux chevaliers romains, un Quintus Cincinnatus, qui après avoir obtenu le plus éclatant triomphe dont aucun général eût jamais été gratifié, fut conjuré par le sénat, d’accepter une partie des dépouilles des ennemis pour lui rendre la vie plus commode. Ce grand homme remercia tous les sénateurs en général & en particulier, avec des termes pleins de reconnoissance, sans autre desir que de cultiver ses terres, plus content du champ de ses ayeux, que les plus riches ne le sont de leurs rentes immenses.

Mais il faut voir avec quels traits vifs & brillans Florus peint l’empressement de ce dictateur, qui sembloit n’avoir précipité le cours de sa victoire, que pour retourner plutôt à ses occupations rustiques, dont il préféroit l’obscurité à l’éclat de son triomphe.

Voici la peinture de Florus : Sic expeditione finitâ, rediit adboves rursus triumphalis agricola ; fidem numinum, quâ velocitate ! intra quindecim dies captum, peractumque bellum prorsus, ut festinasse dictator, ad relictum opus videretur. « C’est ainsi qu’après une expédition si heureuse, ce laboureur couvert de gloire revint à sa charrue ; mais avec quelle vîtesse, grands dieux ! Dans l’espace de quinze jours, il commence la guerre & la finit, ensorte que le dictateur romain ne parut s’être hâté si fort que pour reprendre plutôt son travail ordinaire ». (D. J.)

Rentier, (Jurisprud.) est celui auquel il est dû une rente ; ceux qui ont des rentes assignées sur les revenus du roi sont appellés rentiers.

En fait de rentes seigneuriales & foncieres, ou constituées sur particuliers, on entend ordinairement par rentiers ceux qui doivent les rentes.

Dans la coutume de Bretagne le rentier est le rôle des rentes du seigneur, comme le terrier est le rôle des terres qui en relevent ; on dit le rôle rentier. Voyez Rente. (A)

Rentiers, s. m. pl. (Com.) on appelle ainsi à Maroc, & dans toutes les villes de ce royaume, maritimes ou autres, où l’on paye des droits d’entrée & de sortie, les juifs qui en sont fermiers. Ils y font un très-grand profit, & très-peu de grace aux marchands chrétiens. Dictionn. de Commerce.