L’Encyclopédie/1re édition/ROTS et VENTS

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  ROSWANGEN
ROT  ►

ROTS & VENTS, s. m. pl. (Médecine.) vapeurs qui s’élevent de l’estomac, & qui se rendent avec bruit par la bouche.

La cause des rots est une matiere élastique que la chaleur, l’effervescence, ou la fermentation dilate, qui est retenue un moment, & qui le moment suivant, les obstacles qui s’opposoient à sa sortie venant à cesser, est sortie avec bruit.

L’air, les sels de différente nature, les fruits, les humeurs putrescentes, les végétaux fermentans, fournissent aux rots & aux vents une matiere dont l’impétuosité & la puanteur varient suivant leur qualité.

Cependant toutes ces choses sortent sans aucun effort, quand elles trouvent les passages libres & ouverts ; ainsi l’œsophage & les orifices du ventricule, sont par leur contraction spasmodique & leur relâchement alternatif, les causes de ces symptomes.

C’est cette matiere expulsée qui donne origine aux pets, aux vents, aux borborigmes.

Si ces deux causes, savoir la production des vents & leur resserrement occasionné par les spasmes concourent ensemble, agissent avec force, & durent long-tems ; alors la matiere élastique, qui se raréfie par la chaleur, par le mouvement, & par sa propre vertu, venant à être resserrée dans une cavité que la convulsion de ses fibres retrécit, dilate, distend avec douleur les membranes qui la gênent, & compriment les lieux voisins, d’où naissent des anxiétés & des douleurs insupportables, qui disparoissent dès que les vents sont sortis ; si la fievre se joint à ces maux, elle cause des douleurs inexprimables.

Le traitement consiste, 1°. à dissiper la matiere par des délayans, les boissons aqueuses, chaudes, un peu aromatiques, par des remedes, qui, en dissipant l’équilibre des sels, font dominer celui qui convient, qui corrige la putréfaction & appaise la fermentation. 2°. A modérer le cours tumultueux des esprits, & appaiser les convulsions par des remedes convenables ; tels sont l’opium & les antihystériques. 3°. A user de fomentations, d’épithemes chauds, émolliens, anodins & un peu aromatiques, de ventouses appliquées à l’abdomen sans scarification, les lavemens émolliens, purgatifs, légerement irritans.

Le moyen de prévenir ces maladies, c’est de s’abstenir des alimens venteux ou flatueux, tels que les fruits cruds, les légumes, comme les pois, les haricots, les choux, & autres alimens qui contiennent une grande quantité d’air.