L’Encyclopédie/1re édition/SANICLE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SANICLE, s. f. sanicula, (Hist. nat. Bot.) genre de plante à fleur en rose & en ombelle, composée de plusieurs pétales disposés en rond, repliés ordinairement vers le centre de la fleur, & soutenus par un calice qui devient dans la suite un fruit composé de deux semences ; elles sont convexes d’un côté, hérissées de pointes, & plates de l’autre. Plusieurs de ces fleurs sont stériles & ne rapportent aucun fruit. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

Sanicle, (Mat. méd.) sanicle commune ou mâle. Cette plante est généralement regardée comme un vulnéraire éprouvé. La haute opinion qu’en a le peuple est consignée dans ce proverbe en rime : Qui a la bugle & la sanicle (que les Parisiens prononcent sanique), fait aux Chirurgiens la nique.

Les feuilles de cette plante sont très-communément employées dans les apozemes, les bouillons, les tisanes destinées au traitement de toutes les especes d’hémorrhagie, des chûtes, des coups, &c. contre les cours de ventre, la dyssenterie, &c. le suc exprimé de ses feuilles est aussi employé dans le même cas. On emploie tous ces remedes sous forme de gargarisme dans les maux de gorge qui dépendent de relâchement ; on emploie aussi le suc & la décoction sous forme d’injection ou de lotion dans le pansement des plaies ; l’infusion théïforme des feuilles de sanicle est aussi usitée pour l’usage intérieur, mais cette infusion ne pouvant être que très-légerement chargée du principe médicamenteux de la plante, doit être regardée comme un remede très-foible.

On conserve dans les boutiques une eau distillée de sanicle, qu’on regarde assez communément comme empreinte des principes vulnéraires astringens de la plante ; mais ces principes ne sont point volatils, & l’eau de sanicle n’est certainement point astringente. Nous avons observé ailleurs la même chose en parlant de l’eau de plantain & de celle de renouée, &c. Voyez ces articles.

Les feuilles de sanicle entrent dans l’eau vulnéraire, le baume vulnéraire & le baume oppodeltoch, & son suc dans l’emplâtre oppodeltoch. (b)