L’Encyclopédie/1re édition/SCHEIK

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SCHEIK, s. m. (Hist. mod.) c’est le nom que les Turcs donnent à leurs prélats dans la religion mahométane. Les scheiks se distinguent des autres musulmans par un turban verd. Le mufti est qualifié de scheik-ulismani, ce qui signifie prélat des élus. Il y a des scheiks à qui on donne le titre de scherif, c’est-à-dire de saint ; ce titre se donne sur-tout aux prélats des jamis ou grandes mosquées.

Les scheiks sont très-respectés du sultan-même ; ils prétendent être les successeurs légitimes de Mahomet. Les Turcs en reconnoissent sept races. Le chef réside à la Mecque ; sa dignité est héréditaire ; cependant il doit être confirmé par le sultan. Quand le scheik de la Mecque lui écrit, il lui donne le nom de vekilimuz, c’est-à-dire vicaire du prophete, & le sien dans l’empire du monde. Voyez Cantemir, Hist. ottomane.

Scheik-halesman, s. m. (terme de relation.) c’est-à-dire le chef de la loi ; c’est le titre qu’on donne au grand iman ou mufti, qui est le pontife de la loi & de la religion musulmane. Toutes les métropoles avoient autrefois des imans qui portoient ce titre ; mais on ne l’accorde aujourd’hui qu’à celui de Constantinople. (D. J.)