L’Encyclopédie/1re édition/SIGÉE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  SIGE, la
SIGINDUNUM  ►

SIGÉE, Sigeum, (Géog. anc.) promontoire, ville & port de l’Asie mineure dans la Troade, immédiatement après la ville de Rhoeteum. La ville de Sigeum étoit ruinée du tems de Strabon, l. XIII. p. 595. ce qui fait que peu d’auteurs en parlent. Pline, l. V. c. xxx. dit : In promontorio quondam Sigeum oppidum. Ptolomée, l. V. c. ij. marque le promontoire Sigeum entre l’embouchure du Scamandre & Alexandria Troa. On comptoit soixante stades de ce promontoire à celui de Rhœteum, en prenant le long du rivage. C’est aujourd’hui le cap Janitzari.

On y trouve un village, que les Grecs appellent Troius. Il contient trois cens feux ou environ. Tous les habitans sont grecs, & vivent de la vente de leurs denrées, qui sont des blés, des vins, des safrans, des melons & d’autres fruits. Tout y est à si grand marché, qu’on y a quinze poules pour une piastre, qui vaut un écu de notre monnoie. La douzaine d’œufs n’y coute qu’un sol.

Ce fut à Sigée, si l’on en croit Cicéron & quelques auteurs anciens, qu’Alexandre, en voyant le tombeau d’Achille, s’écria : Trop heureux héros, qu’Homere ait chanté tes exploits. Cela est vrai, ajoute l’orateur romain ; car sans l’Iliade, Achille mouroit tout entier, & son nom ne lui survivoit point. Cependant Pomponius-Mela, Pline & Solin placent ailleurs qu’à Sigée le tombeau d’Achille. La ville de Sigée a été autrefois épiscopale : elle est aujourd’hui ruinée. (D. J.)