L’Encyclopédie/1re édition/SITONS, les

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SITONS, les, Sitones, (Géogr. anc.) Tacite, Germ. c. xliv. & xlv. nomme ainsi l’un des trois principaux peuples qui habitoient la Scandivanie. Les Sitons, dit-il, sont voisins des Suions ; & quoique dans tout le reste ils leur soient sembables, il y a pourtant cette différence que c’est une femme qui commande chez eux, tant ils dégénerent, non-seulement de la liberté, mais encore de la servitude. Ils habitoient au-delà du mont Sévo, qui les séparoit des Suions. Ceux-ci s’étendoient à l’orient, & les Sitons étoient bornés à l’occident & au midi par l’Océan.

Les anciens n’ont point marqué distinctement en combien de peuples se divisoit la nation des Sitons. Cependant comme Ptolomée place les Chadini dans la partie occidentale de la Scandinavie, on ne peut guere se dispenser de les mettre au nombre des Sitons. Les Bergii de Pline peuvent aussi être compris sous ce nom général, de même que les habitans de l’île de Nérigon.

Dans la suite, le nom des Sitons fut changé en celui de Normands, qui leur fut commun avec les Suions ; & on vint enfin à les appeller Norvégiens, nom sous lesquels ils sont encore connus aujourd’hui. Ces peuples, dit M. d’Audifret, Anc. Géogr. tome I. vivoient dans un grand déréglement avant que Norus, fils d’Humblus, roi de Suede, les eût subjugués. Il les ramena par sa douceur & par son adresse, & leur imprima d’abord la crainte des dieux. Il leur fit une sorte de religion ; & afin de les mieux retenir dans le devoir, il leur prescrivit des lois, leur apprenant par des instructions & par des exemples à régler leur vie. La mort de ce prince fit naître plusieurs petits royaumes, dont le partage causa de grands différens ; de sorte que les Sitons lassés des guerres civiles abandonnerent leur pays, & commencerent à courir les mers sous le nom de Norvégiens. (D. J.)