L’Encyclopédie/1re édition/SOLFATARA

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
SOLFIER  ►

SOLFATARA, s. f. (Hist nat.) c’est ainsi qu’on nomme en italien un endroit du royaume de Naples, dans le voisinage de Pouzzole, qui paroît brûler perpétuellement, & où l’on trouve un grand nombre d’ouvertures qui donnent passage à des vapeurs sulfureuses & à de la fumée que le feu souterrein fait sortir du sein de la terre qui est au-dessous. Les pierres qui sont autour de ces orifices ou ouvertures sont dans un mouvement perpétuel, & lorsqu’on y jette quelques corps légers, ils sont repoussés à dix ou douze piés de hauteur ; & l’on voit dans certains endroits le sable bouillonner comme de l’eau qui seroit sur le feu. Les pierres qui se tirent de cet espace de terrein sont très-chaudes, friables, blanches & comme calcinées ; pour peu qu’on y creuse, on trouve des cendres. On en tire aussi une très-grande quantité de vitriol bleu & d’alun ; la chaleur du terrein épargne les frais du bois pour l’évaporation de ces sels, on ne fait que laver dans de l’eau les pierres qui en sont chargées, on met cette dissolution dans des chaudieres de plomb que l’on place sur les ouvertures de ce terrein, dont la chaleur est assez grande pour faire bouillir la dissolution, après quoi l’eau chargée de ces sels se met dans des cuves de bois où ils se crystallisent ; le débit de ce vitriol & de cet alun fait un revenu assez considérable.

Tout le terrein de la Solfatara est creux, & résonne sous les piés. Ayant été comme miné par les feux souterreins, il seroit dangereux d’y passer à cheval, parce qu’on seroit en danger d’y enfoncer. Quelques personnes croient que les feux qui sont sous la Solfatara communiquent par-dessous terre avec le mont Vésuve, qui en est à quatre lieues ; & l’on prétend que lorsque ce volcan est tranquille, la fumée est plus forte dans la Solfatara, & au contraire que lorsque le volcan vomit des flammes & éprouve de fortes éruptions, ce terrein est moins agité.

Cet endroit étoit déja connu des anciens, qui l’appelloient Forum Vulcani ; il a été décrit en vers par Pétrone. Les modernes l’appellent Solfatara ou Solforata, soufriere ; on croit que ce sont les restes d’une montagne qui a été détruite par les embrasemens souterreins, & qui a été changée en une plaine.