L’Encyclopédie/1re édition/SOUTENIR

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
SOUTENU  ►

SOUTENIR, v. act. (Gram.) C’est supporter un fardeau ; cette poutre soutient seule tout le bâtiment. C’est tenir suspendu ; l’air soutient les nuages. C’est appuyer ; si je ne l’avois soutenu de la main, il tomboit à terre. C’est nourrir & fortifier ; ces viandes soutiennent long-tems. C’est résister ; il faut soutenir vigoureusement ce poste. Tenir la bride haute & ferme ; soutenez ce pas-là. Voyez les articles suivans.

Soutenir, v. act. en Musique, c’est faire exactement durer les sons toute leur valeur, sans se relâcher vers la fin, & sans en passer une partie dans le silence, comme font très-souvent les Musiciens, surtout les Symphonistes. (S)

Soutenir, (Marine.) on se sert de ce verbe pour exprimer l’effort d’un courant qui pousse un vaisseau dans un sens, tandis que le vent le pousse dans un autre sens ; de sorte que par ces deux forces il est porté dans sa véritable route.

Soutenir, (Marine.) on sousentend le pronom se. C’est demeurer dans le même parage, & ne pas dériver, nonobstant les courans ou la marée contraire, sans avancer cependant, ou sans avancer beaucoup.

Soutenir la main, (Maréchal.) ou soutenir un cheval, en termes de Manege, c’est tenir la bride ferme & haute, pour l’empêcher de tendre le col & de s’en aller sur les épaules.

On dit soutenir un cheval de la jambe de dedans ou du talon de dedans, lorsqu’il s’entable, & qu’en maniant sur les voltes sa croupe va avant ses épaules.

On dit encore soutenir un cheval, lorsqu’on l’empêche de se traverser & qu’on le conduit également, le tenant toujours sujet sans que la croupe puisse échapper, sans qu’il perde ni sa cadence, ni son terrein, en lui faisant marquer ses tems égaux.