L’Encyclopédie/1re édition/SPIRACULA ou CHARONEAE SCROBES

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SPIRACULA ou CHARONEÆ SCROBES, (Géog. anc.) Pline, l. II. c. xciij. appelle ainsi des lieux ou des cavernes qui exhaloient des vapeurs empestées, capables de donner la mort seulement aux oiseaux, comme une caverne du mont Soracte, au voisinage de Rome ; ou capables de la donner à toutes sortes d’animaux, à l’exception de l’homme, comme on trouvoit quelques-unes de ces cavernes en différens endroits ; ou qui quelquefois la donnoient même aux hommes, comme les cavernes des territoires de Sinuessa & de Pouzzol. Il est parlé dans Séneque, natur. quæst. l. VI. c. xxviij. des cavernes d’Italie, dont les exhalaisons étoient fatales aux oiseaux, & dangereuses pour les autres animaux, & même pour les hommes.

Près de Naples, on voit une caverne, dont on a parlé dans ce Dictionnaire, appellée par les Italiens Grotta del cane, c’est-à-dire, la Grotte du chien, parce que si on y jette un chien, il perd sur le champ tout mouvement & tout sentiment, jusqu’à ce qu’on le plonge dans une eau voisine qui lui fait reprendre les esprits, & lui rend, pour ainsi dire, la vie : d’un autre côté, cette vapeur ne nuit point aux hommes. Enfin la caverne du territoire de Pouzzol, dont Pline fait mention, se trouve encore aujourd’hui à la gauche du lac d’Agnani, appellé vulgairement lago Agnano. (D. J.)