L’Encyclopédie/1re édition/SPIRARE AMORES

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SPIRARE AMORES, (Littérature.) respirer les amours ; dans le style des Grecs & des Latins n’est pas ce que nous entendons, en disant, respirer l’amour. Ces deux façons de parler sont entierement différentes, & signifioient des choses fort opposées. Spirare amores, & en grec, πνεῖν ἒρωτας, respirer les amours, c’est-à-dire, les faire sortir de ses yeux, de sa bouche, &c. ne dire pas une parole, ne pousser pas un soupir, ne donner pas un coup-d’œil qui ne fasse naître l’amour, & n’allume cette passion. Notre langue n’a point de terme qui puisse bien exprimer cela. Horace disoit à Lycé :

Quo fugit Venus ? Heu ! quove color decens ?
Quo motus ? Quid habes illius, illius,
Quæ spirabat amores,
Quæ me surpuerat mihi.


« Hélas ! qu’est devenu cette fleur de jeunesse, ce gracieux coloris, ces manieres enjouées & engageantes qui animoient toutes vos démarches ? Que vous reste-t-il de cette Lycé, de cette charmante Lycé, qui faisoit naître tant d’amours & qui m’avoit enlevé à moi-même » ? La traduction qu’on vient de lire est passable ; cependant faire naître tant d’amours, ne rend point la force & la beauté du latin, spirare amores. (D. J.)