L’Encyclopédie/1re édition/VAPEURS

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  VA-OUTRE
VAPINCUM  ►

VAPEURS, s. f. (Physiq.) c’est l’assemblage d’une infinité de petites bulles d’eau ou d’autre matiere liquide, remplies d’air raréfié par la chaleur & élevés par leur légéreté jusqu’à une certaine hauteur dans l’atmosphere ; après quoi elles retombent, soit en pluie, soit en rosée, soit en neige, &c.

Les masses formées de cet assemblage, qui flottent dans l’air, sont ce qu’on appelle nuages. Voyez Nuage.

Quelques personnes se servent indifféremment du mot de vapeur pour exprimer les fumées qu’envoyent les corps humides & les corps secs, comme le soufre, &c. mais M. Newton avec plusieurs autres auteurs, appellent ces dernieres exhalaisons & non vapeurs.

Sur la maniere dont les vapeurs sont élevées & ensuite précipitées vers la terre, voyez Evaporation, Rosée, Pluie. &c.

Sur la formation des sources par le moyen des vapeurs, voyez Fontaine, &c.

La quantité de vapeurs que le soleil fait élever de dessus la surface de la mer, est inconcevable. M. Halley a fait une tentative pour la déterminer. Par une expérience faite dans cette vue & décrite dans les Transactions philosophiques, il a trouvé que de l’eau dont la chaleur est égale à celle de l’air en été, perdoit en vapeurs dans l’espace de deux heures la quantité que demande un abaissement dans la surface de la cinquante-troisieme partie d’un pouce ; d’où on peut conclure que dans un jour où le soleil échauffe la mer pendant douze heures, l’eau qui s’évapore, monte à un dixieme de pouce sur toute la surface de la mer.

Dans cette supposition, dix pouces quarrés en surface donnent d’évaporation environ un pouce cubique d’eau par jour, & chaque pié quarré par conséquent environ une demi-pinte ; chaque espace de quatre piés quarrés donnera deux pintes ; chaque mille quarré 6914 tonneaux ; chaque degré quarré supposé de 69 milles d’Angleterre, donne 33 millions de tonneaux. Or si on suppose la Méditerranée d’environ 40 degrés de long & de 4 de large, en prenant un milieu entre les endroits où elle est le plus large, & ceux où elle l’est le moins, ce qui donne 160 degrés pour l’espace qu’occupe cette mer, on trouvera par le calcul qu’elle peut fournir en évaporations dans un jour d’été 5280 millions de tonneaux.

Mais cette quantité de vapeurs quoique très-grande, n’est qu’une partie de ce que produit une autre cause bien plus éloignée de pouvoir être calculée, qui est celle de l’évaporation produite par le vent, & que tous ceux qui ont examiné la promptitude avec laquelle les vents dessechent, savent être extrèmement considérable. Chambers.

De plus, la partie solide de la terre est presque par-tout couverte de plantes, & les plantes envoyent une grande quantité de vapeurs ; car suivant les observations de M. Hales, dans la statique des végetaux, un tournesol haut de 3 piés transpire du-moins de 1 livre dans l’espace de 12 heures, ce qui est presque autant que ce qui s’évapore en un jour d’un bac d’eau exposé au soleil, & qui auroit trois piés quarrés de diametre. Par conséquent si on supposoit que toutes les plantes transpirassent également, il ne s’éleveroit pas moins de vapeurs des parties solides de la terre qu’il s’en éleve de la mer.

D’ailleurs il sort aussi du corps des hommes & des animaux une grande quantité de vapeurs, & suivant les observations de M. Hales, ce qui s’évapore du corps d’un homme, est à ce qui s’évapore du tournesol comme 141 à 100 ; si nous joignons à cela les exhalaisons des plantes qui se sechent ou qui se pourrissent, celles qui proviennent de la fumée de toutes les matieres qu’on brûle, enfin les exhalaisons qui s’élevent du sein de la terre même, nous conclurons que l’air est rempli d’une prodigieuse quantité de vapeurs, & que sa substance doit en être comme pénétrée.

A l’égard du méchanisme de l’élévation des vapeurs, ceux qui desireront un plus grand détail sur ce sujet, peuvent avoir recours aux articles cités ci-dessus, & à l’essai de physique de M. Musschenbroeck, article des météores, d’où nous avons tiré en partie ce qui précede.

Vapeur, Vaporeux, se dit en Peinture, lorsque la perspective aërienne est bien entendue dans un tableau, & qu’il y regne un très-léger brouillard qui rend les objets tendres & flous. On dit il regne une belle vapeur dans ce tableau : ces objets sont tendres & vaporeux. Vauvermans & Claude Lorrain excelloient en cette partie.

Vapeurs, en Médecine, est une maladie appellée autrement mal hypochondriaque & mal de rate. Elle est commune aux deux sexes, & reconnoit deux différentes causes.

On croit qu’elle provient d’une vapeur subtile qui s’éleve des parties inférieures de l’abdomen, surtout des hypocondres, & de la matrice au cerveau, qu’elle trouble & qu’elle remplit d’idées étranges & extravagantes, mais ordinairement desagréables. Cette maladie se nomme dans les hommes affection hypochondriaque. Voyez Affection hypochondriaque.

Les vapeurs des femmes que l’on croit venir de la matrice, sont ce qu’on appelle autrement affection ou suffocation histérique ou mal de mere.

Cette maladie provient également des hypocondres, comme de la matrice. L’idée du public ou du vulgaire sur la fumée qui s’éleve du bas-ventre au cerveau, paroit d’abord vraissemblable, mais elle est fausse & combattue par la théorie & l’anatomie. Cette prétendue fumée n’est rien autre chose que l’irritation des fibres nerveuses des visceres contenus dans le bas-ventre, tels que le foie, la rate, l’estomac & la matrice, qui affecte sympathiquement le cerveau par la communication de la huitieme paire de nerfs avec le grand nerf intercostal ; cette communication qui est étendue dans toutes les cavités, est la cause prochaine & unique de ces maladies & des étranges & bisarres symptomes qui l’accompagnent ; une preuve de ceci est que les remedes qui peuvent détourner les esprits animaux ailleurs, ou causer une irritation différente, en produisant une sensation desagréable, sont excellens dans ces maladies ; or d’où peut provenir un tel prodige, sinon que les esprits sont déterminés ailleurs ? Mais on doit remarquer que les vapeurs attaquent sur-tout les gens oisifs de corps, qui fatiguent peu par le travail manuel, mais qui pensent & rêvent beaucoup : les gens ambitieux qui ont l’esprit vif, entreprenans, & fort amateurs des biens & des aises de la vie, les gens de lettres, les personnes de qualité, les ecclésiastiques, les dévots, les gens épuisés par la débauche ou le trop d’application, les femmes oisives & qui mangent beaucoup, sont autant de personnes sujettes aux vapeurs, parce qu’il y a peu de ces gens en qui l’exercice & un travail pénible du corps empêche le suc nerveux d’être maléficié. Bien des gens pensent que cette maladie attaque l’esprit plutôt que le corps, & que le mal gît dans l’imagination. Il faut avouer en effet que sa premiere cause est l’ennui & une folle passion, mais qui à force de tourmenter l’esprit oblige le corps à se mettre de la partie ; soit imagination, soit réalité, le corps en est réellement affligé. Ce mal est plus commun aujourd’hui qu’il ne fut jamais, parce que l’éducation vicieuse du sexe y dispose beaucoup, & que les jeunes gens se livrent ou à la passion de l’étude, ou à toute autre avec une égale fureur, sans mesure & sans discernement ; l’esprit s’affoiblit avant d’être formé, & à peine est-il né, qu’il devient languissant. La gourmandise, la vie oisive. les plaisirs habituels entretiennent cette malheureuse passion de passer pour bel esprit ; & les vapeurs attaquent le corps, le ruinent & le font tomber en consomption. Voici les remedes les plus efficaces pour ce mal qui devient contagieux, & qui est l’opprobre de la médecine.

1°. Un régime exact, ne manger qu’avec faim & manger peu, éviter les alimens de haut goût, les liqueurs, les passions violentes, les veilles, les jeux & les pertes que l’on y fait, la débauche de toute espece ; desirer peu, ou des choses justes & possibles, travailler beaucoup & plus qu’on ne mange, sont des moyens plus surs que toutes les potions cordiales.

2°. Se former une idée véritable de son peu de savoir & de son petit mérite, se croire toujours favorisé, soit de la fortune, soit du prince, soit de la nature, au-delà de ses talens, écouter la raison & se faire de bonnes mœurs, sont des préservatifs contre les vapeurs.

Cependant comme ces remedes ne plairont pas à ceux qui flattés de leurs faux talens, se croiront réellement malades, & avoir besoin de la médecine qui ne peut guere les soulager, nous les renvoyons aux articles du spasme, des convulsions, de la tension, de l’épilepsie, du vertige, de la fureur utérine, de l’affection hypocondriaque & hystérique, & nous leur enjoignons d’user des remedes purgatifs, des amers, des apéritifs combinés avec les toniques : la teinture de castor, le sirop de karabé, les pilules de cachou, de Wildegansius & la liqueur minérale d’Hoffman sont leur ressource.