Mozilla.svg

L’Ombre des jours/La Querelle

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Comtesse Mathieu de Noailles ()
Calmann-Lévy, éditeurs (p. 94-96).


LA QUERELLE


Va-t’en, je ne veux plus regarder ton regard,
Voir tes yeux plus lointains et plus doux que la nue,
Ta joue où les rayons du jour d’or sont épars,
Ta bouche qui sourit et qui ment, ta main nue…

Va-t’en, éloigne-toi de mon désir ce soir,
Tout de toi me ravit, m’irrite et me tourmente.
Loin de tes bras trompeurs et chers je vais m’asseoir
Dans la plaine assoupie où se bercent les menthes.


Et là, oubliant tout du mal que tu me fais,
J’entendrai, les yeux clos, l’esprit las, le cœur sage,
Sous les hêtres d’argent pleins d’ombre et de reflets,
La respiration paisible du feuillage…