L’entrée d’Espagne/Laisse DXVIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄   Laisse DXVII Laisse DXVIII Laisse DXIX   ►
DXVIII[1]

11995Dist l’amiré de Perse : « Entendés, sire roi :
« Comant me menaceç, se n’ai feit le por coi ?
« Je vos ai feit venir encui a bone foi
« Por doner vos ma file, que plus belle ne croi :
« Se ele a dite rien que vos tourt a anoi,
12000« Ce fu por un gaber : repantie l’an voi.
« Por la novele veine qe ele a en soi
« Li dovés pardoner et por amor de moi.
« Ele ne le voldroit, por la foi che vos doi,
« Avoir por nulle rien dit, paleis ni secroi.
12005« Sire, prenés la fant, qe je la vos outroi ;
234 a« De mes meilors citei vos en doherai troi.
« E se pur la venjance volés, je l’an feroi,
« Q’en ma chartre iert jetee, o nul deduit non croi,

« E pués la ferai batre ceschuns jorns une foi
12010« De coroies tinant trosq’al sange vermoi.
« Nen do ge oncir ma file par un chatis foloi. »
Atant s’asist desor le paille bloi.


◄   Laisse DXVII Laisse DXVIII Laisse DXIX   ►
  1. — 11996 me memenaceç — 11997 Ie uos a f. u. enci — 11999 tourt ha noi — 12000 lauuoi — 12001 P. la n. heine — 12003 Ele nele uoi droit — 12004 ĩ paleis — 12006 endohera t. — 12008 ert ietre, dedrut. — 12010 trosqi — 12012 A. sast d.