La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/La Chanson de l’Héritier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


La Chanson de l’Héritier


J’avais, à l’aut’ bout du village,
Un vieux cousin à héritage
Qu’était riche… on sait pas comben !
Mais, l’malheur ! i’ s’portait ’cor ben
Et, malgré sa grande vieuture,
I’ n’tenait point à sauter l’pas.
Moué, j’me disais : « Querv’ra donc pas ?
Bon Gueu ! qu’les vieux ont la vi’ dure ! »

À la fin des fins, las d’attendre,
Un bieau soèr qu’i’ g’lait à piarr’ fendre
Et qu’i f’sait partout noèr coumm’ poué,
Sans ren dir’, j’caval’ de d’cheu moué ;
J’entre en coup d’vent dans sa masure,
J’tomb’ dessus, j’y sarre el’ collet ;

Mais l’bougre, i’, v’lait pas, i’ r’naclait.
Bon Gueu ! qu’les vieux ont la vi’dure !

À pèsent qu’j’ai soun héritage,
On m’respect’ partout dans l’village.
On est prév’nant, on est poli…
Mais, chaqu’ fois que j’couch’ dans son lit,
Pendant tout le temps qu’la nuit dure,
I’ vient rôder tout près d’mon ch’vet
Pour m’en faire autant qu’j’y en ai fait…
Bon Gueu ! qu’les morts ont la vi’dure !