100 percent.svg

La Chanson française du XVe au XXe siècle/La Treille de sincérité

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir La Treille de sincérité.

La Chanson française du XVe au XXe siècle, Texte établi par Jean GillequinLa Renaissance du livre (p. 205-206).


LA TREILLE DE SINCÉRITÉ


Nous n’avons plus cette merveille,
Ce phénomène regretté,

            La treille
         De sincérité.

Bis.


Cette treille miraculeuse,
Dont la vertu tient du roman,
Passa longtemps pour fabuleuse
Chez le Gascon et le Normand ; (bis)
Mais des garants très authentiques
Ont lu, dans un savant bouquin,
Que son raisin, des plus antiques,
Existait sous le roi Pépin…
Nous n’avons plus, etc.

Un docteur qui faisait parade
De son infaillibilité,
Allant visiter un malade,
Vit le raisin, et fut tenté.
Puis de son homme ouvrant la porte,
Et le trouvant sans pouls ni voix :
« C’est, dit-il, (le diable m’emporte !)
Le trentième depuis un mois.
Nous n’avons plus, etc.

Un auteur, sous un frais ombrage,
Lisant un poème fort beau,
A chaque feuille de l’ouvrage
S’humectait d’un raisin nouveau.
« Çà, lui dit-on, un tel poème
Vous a coûté six mois et plus ?…
— Non, reprit-il à l’instant même…
Il m’a coûté cinquante écus. »
Nous n’avons plus, etc.


Sous la treille un petit Pompée
Criait aux badauds étonnés :
« Dans ma vie, ah ! quels coups d’épée.
Quels coups de sabre j’ai donnés !
Quels coups de fusil ! Quels coups… » Leste,
Il mord la grappe là-dessus,
Et poursuit d’un air plus modeste :
« Quels coups de bâton j’ai reçus ! »
Nous n’avons plus, etc.

Au moment de donner la vie
A l’héritier de son époux,
Une jeune femme eut envie
De ce raisin si beau, si doux !…
Et le pauvre homme, ayant pour elle
Cueilli le fruit qu’elle happa :
« Que mon cousin, lui dit la belle,
Sera content d’être papa ! »
Nous n’avons plus, etc.

Un curé, que le saint bréviaire
Amusait moins que le bon vin,
S’avisa de monter en chaire
Plein du jus du fatal raisin.
« Frères, dit-il à l’auditoire,
Malgré tout ce que je vous dis,
Je sais aimer, chanter et boire,
Et je fais gras les vendredis… »
Nous n’avons plus, etc.

Mais hélas ! par l’ordre du prince,
Ce raisin, justement vanté,
Un jour du fond de sa province,
Près du trône fut transplanté.
Pauvre treille, autrefois si belle,
Que venais-tu faire à la cour ?
L’air en fut si malsain pour elle
Qu’elle y mourut le premier jour.
Nous n’avons plus, etc.

Désaugiers.