La Fleur d’Or/À la Maison d’Horace

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Fleur d’OrAlphonse Lemerre, éditeurvol. 3 (p. 110).


À la Maison d’Horace


Tivoli.


Aua murs de ta maison, sous les frais oliviers
Où tes mètres savants s’accordaient avec grâce,
Un poète est venu rêve dans tes sentiers,
Sage et riant poète Horace.
 
Plus de parvis sonnant sous les pieds du danseur,
Plus d’onyx élégant, de coupe de sardoine ;
Où ta lyre a chanté psalmodiait au chœur
La voix monotone d’un moine.

Mais le vin brillait là parmi les gazons verts,
Les vallons déployaient leurs douceurs immortelles,
Là, cueillant une fleur, je murmurai tes vers
Au murmure des cascatelles.