La Fleur d’Or/Le Combat de Saint Patrick

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Fleur d’OrAlphonse Lemerre, éditeurvol. 3 (p. 195-197).
◄  Notes
L’Idéal  ►


Le Combat de Saint Patrick
Apôtre d’Irlande ou d’Eir-Inn, né en Armorique
au ive siècle


 
Sois donc fière, Armorique, il est fils de ta lande,
Le grand saint appelé l’Apôtre de l’Irlande ;
Dans tes bois il reçut le sceptre pastoral
Qui défendait Eir-Inn sous le sceptre royal ! —
Mais l’esclave s’est rebellée ;
Patrick, le doux évêque, est nommé chef des clans !
Voix du cœur, air bardique, allez, nobles élans,
Retentissez dans la mêlée !

I

L’Arvor frémit à ton rappel,
Patrick, son fils, descend du ciel
Eir-Inn !

II

Lui, par qui Dieu te fut porté,
Te portera la Liberté,
Eir-Inn !


III

Il est temps, sors du gouffre amer
Ô perle blanche de la mer,
Eir-Inn !

IV

Va ! le Léopard du Saxon
En vain mordrait ton écusson,
Eir-Inn !
  

V

Patrick, pour l’enchaîner encor,
Patrick a son étole d’or,
Eir-Inn !

VI

Sous le bâton épiscopal
Mourra le sanglant animal,
Eir-Inn !

VII

Le Léopard et ses petits.
Traîtres à Dieu, sont des maudits,
Eir-Inn !

 

VIII

Mais toi, qui combats pour la foi,
Les Saints combattront avec toi,
Eir-Inn !

IX

Il est temps, sors du gouffre amer,
Ô perle blanche de la mer,
Eir-Inn ! …

Vœux impuissants ! force du crime !
Le Saxon est vainqueur du courage et de l’art ;
L’oeil farouche, la gueule en sang, le Léopard
Sous ses griffes tient la victime.
Vivez pourtant, vivez, mes imprécations !
Vents de colère, entrez au cœur des nations !
Gloire aux vaincus ! Et toi, protège encor tes ouailles,
Patrick, ô saint pasteur, ô fils de la Cornouailles !


1843-1844.