La Folie à deux ou folie communiquée/IV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Folie à deux ou folie communiquée
Études cliniques sur les maladies mentales et nerveusesJ. B. Baillière et fils (p. 581-583).
◄  III


IV. Conclusions.


Pour résumer ce travail sur la folie à deux, nous le terminerons par les conclusions suivantes :

1) Dans les conditions ordinaires, la contagion de la folie n’a pas lieu d’un aliéné à un individu sain d’esprit, de même que la contagions des idées délirantes est très rare d’un aliéné à un autre aliéné.

2) La contagion de la folie n’est possible que dans des conditions exceptionnelles que nous venons d’étudier sous le nom de folie à deux.

3) Ces conditions spéciales peuvent être résumées ainsi :

a) Dans la folie à deux, l’un des individus est l’élément actif ; plus intelligent que l’autre, il crée le délire et l’impose progressivement au second, qui constitue l’élément passif. Celui-ci résiste d’abord, puis subit peu à peu la pression de son congénère, tout en réagissant à son tour sur lui, dans une certaine mesure, pour rectifier, amender et coordonner le délire, qui leur devient alors commun et qu’ils répètent, tout venant, dans les mêmes termes et d’une façon presque identique.

b) Pour que ce travail intellectuel puisse s’accomplir parallèlement dans deux esprits différents, il faut que ces deux individus vivent, pendant longtemps, absolument d’une vie commune, dans le même milieu, partageant le même mode d’existence, les mêmes sentiments, les mêmes intérêts, les mêmes craintes et les mêmes espérances, et en dehors de toute autre influence extérieure.

c) La troisième condition, pour que la contagion du délire soit possible, c’est que ce délire ait un caractère de vraisemblance, qu’il se maintienne dans les limites du possible ; qu’il repose sur des faits survenus dans le passé, ou sur des craintes et des espérances conçues pour l’avenir. Cette condition de vraisemblance seule le rend communicable d’un individu à un autre et permet à la conviction de l’un de s’implanter dans l’esprit de l’autre.

4) La folie à deux se produit toujours dans les conditions ci-dessus indiquées. Toutes les observations présentent des caractères très analogues, sinon presque identiques, chez l’homme et chez la femme, comme chez l’enfant, l’adulte et le vieillard.

5) Cette variété de la folie est plus fréquente chez la femme, mais on l’observe aussi chez l’homme.

6) On pourrait faire intervenir, dans sa production l’hérédité, comme cause prédisposante, lorsqu’il s’agit de deux personnes appartenant à la même famille, comme la mère et la fille, les deux sœurs, le frère et la sœur, la tante et la nièce, etc. Mais cette cause ne peut plus être invoquée dans les cas où il n’existe entre les deux malades aucun lien de parenté, par exemple lorsque la maladie se produit entre le mari et la femme.

7) L’indication thérapeutique principale consiste à séparer l’un de l’autre les deux malades. Il arrive alors que l’un des deux peut guérir, surtout le second, quand il est privé du point d’appui de celui qui lui a communique le délire.

8) Dans la plupart des cas, le second malade est moins fortement atteint que le premier. Il peut même quelquefois être considéré comme ayant subi une simple pression morale passagère, et comme n’étant pas aliéné, dans le sens social et légal du mot. Il n’a pas alors besoin d’être séquestré, tandis que l’on fait enfermer son congénère.

9) Dans quelques cas rares, la pression morale exercée par un aliéné sur un autre individu plus faible que lui, peut s’étendre à une troisième personne, ou même, dans une mesure plus faible, à quelques personnes de l’entourage. Mais il suffit alors presque toujours de soustraire l’aliéné actif à ce milieu qu’il a influencé à divers degrés, pour que l’entourage abandonne peu à peu les idées fausses qui lui avaient été communiquées.