La Houce Partie

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

titre=
Recueil général et complet des fabliaux des XIIIe et XIVe siècles, Texte établi par Anatole de MontaiglonLibrairie des Bibliophiles (p. 82-96).

V

LA HOUCE PARTIE.

(par bernard[1].)


Manuscrit no 7218, f. 150 ro 152 ro.


٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠[2]
De biau parler et de bien dire
Chascuns devroit à son mestire
Fère connoistre et enseignier
Et bonement enromancier
Les aventures qui avienent.
Ausi, comme gent vont et vienent,
Ot-on maintes choses conter
Qui bones sont à raconter.
Cil qui s’en sevent entremetre
I doivent grant entente metre,
En penser, en estudier,
Si com firent notre ancistier,
Li bon mestre qui estre seulent ;
Et cil qui après vivre vuelent
Ne devroient jà estre oiseus.
Mès il devienent pereceus

Por le siècle, qui est mauvès ;
Por ce si ne se vuelent mès
Li bon menestrel entremetre,
Qar molt covient grant paine metre
En bien trover, sachiez de voir.
Huimès vous faz apercevoir
Une aventure qui avint
Bien a .XVII. ans ou .XX,
Que uns riches hom d’Abevile
Se departi fors de sa vile,
Il et sa fame et uns siens fils.
Riches et combles et garnis
Issi com preudom de sa terre,
Por ce que il estoit de guerre
Vers plus fors genz que il n’estoit ;
Si se doutoit et se cremoit
De estre entre ses anemis.
D’Abevile vint à Paris.
Ilueques demora tout qoi.
Et si fist homage le Roi,
Et fu ses hom et ses borgois.
Li preudom fu sage et cortois,
Et la Dame forment ert lie,
Et li vallès fols n’estoit mie,
Ne vilains, ne mal enseigniez.
Molt en furent li voisin liéz
De la rue où il vint manoir ;
Sovent le venoient véoir
Et li portoient grant honor.
Maintes genz sans metre du lor

Se porroient molt fère amer ;
Por seulement de biau parler
Puet l’en molt grant los acueillir ;
Qar qui biau dit, biau veut oïr,
Et qui mal dit et qui mal fait,
Il ne puet estre qu’il ne l’ait ;
En tel point le voit-on et trueve ;
On dit sovent : l’uevre se prueve.
Ainsi fu li preudom mananz
Dedenz Paris plus de sept anz,
Et achatoit et revendoit
Les denrées qu’il connissoit.
Tant se bareta d’un et d’el
Que toz jors sauva son chatel,
Et ot assez de remanant.
El preudome ot bon marchéant
Et demenoit molt bone vie,
Tant qu’il perdi sa compaignie,
Et que Diex fist sa volenté
De sa fame, qui ot esté
En sa compaignie .XXX. anz.
Il n’avoient de toz enfanz
Que ce vallet que je vous di.
Molt corouciez et molt mari
Se fist li vallés lèz son père,
Et regretoit sovent sa mère.
Qui moult souef l’avoit norri ;
Il se pasma, pleure por li,
Et li pères le reconforte :
« Biaus filz, fet-il, ta mère est morte ;

Prions Dieu que pardon li face ;
Ters tes iex, essue ta face,
Que li plorer ne t’i vaut rien.
Nous morrons tuit, ce sez-tu bien ;
Par là nous convendra passer ;
Nus ne puet la mort trespasser
Que ne reviegne par la mort.
Biaus filz, tu as bon reconfort,
Et si deviens biaus bacheler ;
Tu es en point de marier.
Et je sui mès de grant aage.
Si je trovoie .I. mariage
De gent qui fussent de pooir,
G’i metroie de mon avoir ;
Qar ti ami te sont trop loing ;
Tart les auroies au besoin ;
Tu n’en as nul en ceste terre
Se par force nes pués conquerre ;
S’or trovoie fame bien née
Qui fust d’amis emparentée,
Qui éust oncles et antains.
Et frères et cousins germains,
De bone gent et de bon leu,
Là où je verroie ton preu,
Je t’i metroie volentiers,
Jà nel leroie por deniers. »
Ce nous raconte li escris,
Seignor, or avoit el païs
.III. chevaliers qui erent frère,
Qui erent de père et de mère

Moult hautement emparenté,
D’armes proisié et alosé,
Mès n’avoient point d’eritage
Que tout n’éussent mis en gage,
Terres et bois et tenemenz,
Por suirre les tornoiemenz.
Bien avoit sor lor tenéure
.IIIm. livres à usure,
Qui moult les destraint et escille.
Li ainsnez avoit une fille
De sa fame, qui morte estoit,
Dont la damoisele tenoit
Dedenz Paris bone meson
Devant l’ostel à cel preudon.
La meson n’estoit pas au père,
Qar li ami de par sa mère
Ne li lessierent engagier.
La mesons valoit de loier
.XX. livres de paresis l’an ;
Jà n’en éust paine n’ahan
Que de ses deniers recevoir.
Bien fu d’amis et de pooir
La damoisele emparentée,
Et le preudon l’a demandée
Au père et à toz ses amis.
Li chevalier li ont enquis
De son mueble, de son avoir,
Combien il en pooit avoir,
Et il lor dist moult volentiers :
« J’ai, qu’en denrées qu’en deniers,

 
.M. et.Vc. livres vaillant ;
J’en deveroie estre mentant
Se je me vantoie de plus ;
Je l’en donroie tout le plus
De .C. livres de paresis.
Je les ai loiaument aquis ;
J’en donrai mon fil la moitié.
— Ce ne porroit estre otroié,
Biaus sire, font li chevalier ;
Se vous deveniiez templier,
Ou moine blanc, ou moine noir,
Tost lesseriiez vostre avoir
Ou à temple ou à abéïe :
Nous ne nous i acordons mie ;
Non, Seignor, non, Sire, par foi.
— Et comment donc, dites le moi ?
— Moult volentiers, biaus Sire chier.
Quanques vous porrez esligier,
Volons que donez vostre fils,
Et que il soit du tout saisis,
Et tout metez par devers lui,
Si que ne vous ni à autrui
N’i puissiez noient calengier.
S’ainsi le volez otroier,
Li mariages sera fait ;
Autrement ne volons qu’il ait
Nostre fille ne nostre nièce. »
Li preudon penssa une pièce ;
Son fil regarde; si penssa.
Mès mauvesement emploia

Celé penssée que il fist.
Lors lor respont et si lor dist :
« Seignor, de quanques vous querez
Acomplirai voz volentez,
Mes ce sera par .I. couvent :
Se mes filz vostre fille prent
Je li donrai quanqu’ai vaillant,
Et si vous di tout en oiant
Ne vueil que me demeure rien,
Mès praingne tout et tout soit sien,
Que je l’en saisi et revest. »
Ainsi le preudon se dévest.
Devant le pueple qui là fu
S’est dessaisis et desvestu
De quanques il avoit el monde,
Si que il remest ausi monde
Com la verge qui est pelée,
Qu’il n’ot ne denier ne denrée
Dont se péust desjéuner
Se ses filz ne li volt doner.
Tout li dona et clama quite,
Et, quant la parole fu dite,
Li chevaliers tout main à main
Saisi sa fille par la main ;
Si l’a au bacheler donée.
Et li vallés l’a espousée.
D’iluec bien à deus anz après
Bonement furent et en pès
Li maris et la dame ensanble,
Tant que la dame, ce me sanble,

 
Ot un biau fil du bacheler.
Bien le fist norrir et garder,
Et la dame fu bien gardée,
Sovent baignie et relevée.
Et li preudon fu en l’ostel ;
Bien se dona le cop mortel
Quant, por vivre en autrui merci,
De son avoir se deffesi.
En l’ostel fu plus de .XII. anz,
Tant que li enfez fu jà granz
Et se sot bien apercevoir.
Souvent oï ramentevoir
Que ses taions fist à son père,
Par qoi il espousa sa mère,
Et li enfes, quant il l’oï,
Aine puis nel volt metre en oubli.
Li preudon fu viex devenu,
Que viellèce l’ot abatu
Qu’au baston l’estuet soustenir.
La toile à lui ensevelir
Alast volentiers ses filz querre ;
Tart li estoit qu’il fust en terre,
Que sa vie li anuioit.
La Dame lessier ne pooit,
Qui fière estoit et orguilleuse ;
Du preudome estoit desdaigneuse,
Qui moult li estoit contre cuer.
Or ne puet lessier à nul fuer
Qu’ele ne déist son Seignor :
« Sire, je vous pri par amor,

Donez congié à vostre père,
Que, foi que doi l’ame ma mère,
Je ne mengerai mes des denz
Tant com je le saurai céenz,
Ainz vueil que li donez congié.
— Dame, fet-il, si ferai-gié. »
Cil, qui sa fame doute et crient,
Maintenant à son père vient ;
Se li a dit isnelement:
« Pères, pères, alez vous ent ;
Je di c’on n’a céenz que fère
De vous ne de vostre repaire ;
Alez vous aillors porchacier.
On vous a doné à mengier
En cest ostel .XII. anz ou plus ;
Mes fetes tost, si levez sus ;
Si vous porchaciez où que soit.
Que fère l’estuet orendroit. »
Li pères l’ot ; durement pleure;
Sovent maudit le jor et l’eure
Qu’il a tant au siècle vescu :
« Ha ! biaus douz filz, que me dis-tu ?
Por Dieu, itant d’onor me porte
Que ci me lesses à ta porte.
Je me girrai en poi de leu ;
Je ne te quier nis point de feu,
Ne coute-pointe, ne tapis ;
Mès la fors souz cel apentis
Me fai baillier .I. pou d’estrain.
Onques por mengier de ton pain

De l’ostel ne me gete fors.
Moi ne chaut s’on me met là hors,
Mès que ma garison me livre ;
Jà, por chose que j’aie à vivre
Ne me déusses pas faillir.
Jà ne puès-tu miex espenir
Toz tes péchiez qu’en moi bien faire,
Que se tu vestoies la haire.
— Biaus père, dist li bachelers,
Or n’i vaut noient sermoners ;
Mès fetes tost, alez vous en,
Que ma fame istroit jà du sen.
— Biaus filz, où veus-tu que je voise ?
Je n’ai vaillant une vendoise.
— Vous en irez en cele vile ;
Encore en i a-il .X. mile
Qui bien i truevent lor chevance :
Moult sera or grant meschéance
Se n’i trovez vostre peuture ;
Chascuns i atent s’aventure ;
Aucunes genz vous connistront,
Qui lor ostel vous presteront.
— Presteront, filz ! Aus genz que chaut,
Quant tes ostels par toi me faut ?
Et, puis que tu ne me fez bien,
Et cil qui ne me seront rien
Le me feront moult à envis,
Quant tu me faus, qui es mes fils.
— Pères, fet-il, je n’en puis mais
Se je met sor moi tout le fais ;

Ne savez s’il est à mon vuel. »
Adonc ot li pères tel duel,
Por poi que li cuers ne li criève.
Si foibles comme il est, se liève ;
Si s’en ist de Tostel plorant :
« Filz, fet-il, à Dieu te commant.
Puisque tu veus que je m’en aille,
Por Dieu me done une retaille
D’un tronçon de ta sarpeillière,
Ce n’est mie chose moult chière,
Que je ne puis le froit soufrir.
Je le te demant por couvrir,
Que j’ai robe trop poi vestue ;
C’est la chose qui plus me tue. »
Et cil, qui de doner recule,
Li dist : « Pères, je n’en ai nule.
Li doners n’est or pas à point ;
À ceste foiz n’en aurez point,
Se on ne me le tolt ou emble.
— Biaus douz filz, toz li cuers me tramble,
Et je redout tant la froidure ;
Done moi une couverture
De qoi tu cuevres ton cheval.
Que li frois ne me face mal. »
Cil, qui s’en bée à descombrer.
Voit que ne s’en puet délivrer
S’aucune chose ne li baille ;
Por ce que il veut qu’il s’en aille,
Commande son fil qu’il li baut.
Quant on le huche, l’enfes saut :

« Que vous plest, sire, dist l’enfant ?
— Biaus filz, fet-il, je te commant,
Se tu trueves l’estable ouverte,
Done mon père la couverte
Qui est sus mon cheval morel.
S’il veut si en fera mantel,
Ou chapulaire, ou couvertor ;
Done li toute la meillor. »
Li enfes, qui fu de biau sens,
Li dist : « Biaus taions, venez enz. »
Li preudon s’en torne avoec lui,
Toz corouciez et plains d’anui.
L’enfes la couverture trueve ;
La meillor prist et la plus nueve,
Et la plus grant et la plus lée ;
Si l’a par le mileu doublée.
Si le parti à son coutel
Au miex qu’il pot et au plus bel ;
Son taion bailla la moitié.
« Biaus filz, fet-il, que ferai-gié ?
Por qoi le m’as-tu recopée ?
Ton père le m’avoit donée.
Or as-tu fet grant cruauté,
Que ton père avoit commandé
Que je l’éusse toute entière ;
Je m’en irai à lui arrière.
— Alez, fet-il, où vous voudrez,
Que jà par moi plus n’en aurez. »
Li preudon issi de l’estable :
« Filz, fet-il, trestout torne à fable

Quanque tu commandas et fis ;
Que ne chastoies-tu ton fils
Qu’il ne te doute ne ne crient ?
Ne vois-tu donques qu’il retient
La moitié de la couverture ?
— Va, Diex te doinst male aventure !
Dist li pères ; baille li toute.
— Non ferai, dist l’enfes, sanz doute ;
De qoi seriiez-vous paié ?
Je vous en estui la moitié,
Que jà de moi n’en aurez plus.
Se j’en puis venir au desus,
Je vous partirai autressi
Comme vous avez lui parti.
Si comme il vous dona l’avoir,
Tout aussi le vueil-je avoir,
Que jà de moi n’enporterez
Fors que tant com vous li donrez.
Si le lessiez morir chetif.
Si ferai-je vous, se je vif. »
Li pères l’ot : parfont souspire ;
Il se repensse et se remire.
Aus paroles que l’enfes dist
Li pères grant example prist ;
Vers son père torna sa chière :
« Pères, fet-il, tornez arrière ;
C’estoit anemis et pechié
Qui me cuide avoir aguetié ;
Mès, se Dieu plest, ce ne puet estre.
Or vous faz-je seignor et mestre

De mon ostel à toz jors mais.
Se ma fame ne veut la pais,
S’ele ne vous veut consentir,
Aillors vous ferai bien servir ;
Si vous ferai bien aaisier
De coute-pointe et d’oreillier.
Et si vous di, par saint Martin,
Je ne beverai mès de vin
Ne ne mengerai bon morsel
Que vous n’en aiez del plus bel ;
Et serez en chambre celée
Et au bon feu de cheminée ;
Si aurez robe comme moi.
Vous me fustes de bone foi,
Par qoi sui riches à pooir,
Biaus douz père, de vostre avoir.
Seignor, ci a bone monstrance
Et aperte senefiance
Qu’ainsi geta le filz le père
Du mauvès penssé où il ère.
Bien se doivent tuit cil mirer
Qui ont enfanz à marier.
Ne fetes mie en tel manière,
Ne ne vous metez mie arrière
De ce dont vous estes avant.
Ne donez tant à vostre enfant
Que vous n’i puissiez recouvrer.
L’en ne se doit mie fier,
Que li enfant sont sans pitié ;
Des pères sont tost anoié

Puis qu’ils ne se pueent aidier.
Et qui vient en autrui dangier
Molt vit au siècle en grant anui.
Cil qui vit en dangier d’autrui,
Et qui du suen méismement
A autrui livroison s’atent ;
Bien vous en devez chastoier.
Icest example fist Bernier,
Qui la matère enseigne à fère.
Si en fist ce qu’il en sot faire.


Explicit de la Houce partie.

  1. Note Wikisource : L’auteur dans son texte dit s’appeler Bernier.
  2. Les premiers vers de ce fabliau manquent dans le manuscrit, qui est défectueux en cet endroit.