La Petite Fadette/28

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Calmann-Lévy (p. 233-241).
◄  XXVII.
XXIX.  ►



XXVIII


Ce fut la Madelon qui découvrit le pot aux roses ; et, si elle le fit sans malice, encore en tira-t-elle un mauvais parti. Elle s’était bien consolée de Landry, et, n’ayant pas perdu beaucoup de temps à l’aimer, elle n’en avait guère demandé pour l’oublier. Cependant il lui était resté sur le cœur une petite rancune qui n’attendait que l’occasion pour se faire sentir, tant il est vrai que le dépit chez les femmes dure plus que le regret.

Voici comment la chose arriva. La belle Madelon, qui était renommée pour son air sage et pour ses manières fières avec les garçons, était cependant très coquette en dessous, et pas moitié si raisonnable ni si fidèle dans ses amitiés que le pauvre grelet, dont on avait si mal parlé et si mal auguré. Adonc la Madelon avait déjà eu deux amoureux, sans compter Landry, et elle se prononçait pour un troisième, qui était son cousin, le fils cadet au père Caillaud de la Priche. Elle se prononça si bien qu’étant surveillée par le dernier à qui elle avait donné de l’espérance, et craignant qu’il ne fît un éclat, ne sachant où se cacher pour causer à loisir avec le nouveau, elle se laissa persuader par celui-ci d’aller babiller dans le colombier où justement Landry avait d’honnêtes rendez-vous avec la petite Fadette.

Cadet Caillaud avait bien cherché la clef de ce colombier, et ne l’avait point trouvée parce qu’elle était toujours dans la poche de Landry, et il n’avait osé la demander à personne, parce qu’il n’avait pas de bonnes raisons pour en expliquer la demande. Si bien que personne, hormis Landry, ne s’inquiétait de savoir où elle était. Cadet Caillaud, songeant qu’elle était perdue, ou que son père la tenait dans son trousseau, ne se gêna pas pour enfoncer la porte. Mais, le jour où il le fit, Landry et Fadette se trouvaient là, et ces quatre amoureux se trouvèrent bien penauds en se voyant les uns les autres. C’est ce qui les engagea tous également à se taire et à ne rien ébruiter.

Mais la Madelon eut comme un retour de jalousie et de colère, en voyant Landry, qui était devenu un des plus beaux garçons du pays et des plus estimés, garder, depuis la Saint-Andoche, une si belle fidélité à la petite Fadette, et elle forma la résolution de s’en venger. Pour cela, sans en rien confier à Cadet Caillaud, qui était honnête homme et ne s’y fût point prêté, elle se fit aider d’une ou deux jeunes fillettes de ses amies, lesquelles, un peu dépitées aussi du mépris que Landry paraissait faire d’elles en ne les priant plus jamais à danser, se mirent à surveiller si bien la petite Fadette, qu’il ne leur fallut pas grand temps pour s’assurer de son amitié avec Landry. Et sitôt qu’elles les eurent épiés et vus une ou deux fois ensemble, elles en firent grand bruit dans tout le pays, disant à qui voulait les écouter, et Dieu sait si la médisance manque d’oreilles pour se faire entendre et de langues pour se faire répéter, que Landry avait fait une mauvaise connaissance dans la personne de la petite Fadette.

Alors toute la jeunesse femelle s’en mêla, car lorsqu’un garçon de belle mine et de bon avoir s’occupe d’une personne, c’est comme une injure à toutes les autres, et si l’on peut trouver à mordre sur cette personne-là, on ne s’en fait pas faute. On peut dire aussi que, quand une méchanceté est exploitée par les femmes, elle va vite et loin.

Aussi, quinze jours après l’aventure de la tour à Jacot, sans qu’il fût question de la tour, ni de Madelon, qui avait eu bien soin de ne pas se mettre en avant, et qui feignait même d’apprendre comme une nouvelle ce qu’elle avait dévoilé la première à la sourdine, tout le monde savait, petits et grands, vieilles et jeunes, les amours de Landry le besson avec Fanchon le grelet.

Et le bruit en vint jusqu’aux oreilles de la mère Barbeau, qui s’en affligea beaucoup et n’en voulut point parler à son homme. Mais le père Barbeau l’apprit d’autre part, et Sylvain, qui avait bien discrètement gardé le secret de son frère, eut le chagrin de voir que tout le monde le savait.

Or, un soir que Landry songeait à quitter la Bessonnière de bonne heure, comme il avait coutume de faire, son père lui dit, en présence de sa mère, de sa sœur aînée et de son besson :

— Ne sois pas si hâteux de nous quitter, Landry, car j’ai à te parler ; mais j’attends que ton parrain soit ici, car c’est devant ceux de la famille qui s’intéressent le plus à ton sort, que je veux te demander une explication.

Et quand le parrain, qui était l’oncle Landriche, fut arrivé, le père Barbeau parla en cette manière :

— Ce que j’ai à te dire te donnera un peu de honte, mon Landry ; aussi n’est-ce pas sans un peu de honte moi-même, et sans beaucoup de regret, que je me vois obligé de te confesser devant ta famille. Mais j’espère que cette honte te sera salutaire et te guérira d’une fantaisie qui pourrait te porter préjudice.

» Il paraît que tu as fait une connaissance qui date de la dernière Saint-Andoche, il y aura prochainement un an. On m’en a parlé dès le premier jour, car c’était une chose imaginante que de te voir danser tout un jour de fête avec la fille la plus laide, la plus malpropre et la plus mal famée de notre pays. Je n’ai pas voulu y prêter attention, pensant que tu en avais fait un amusement, et je n’approuvais pas précisément la chose, parce que, s’il ne faut pas fréquenter les mauvaises gens, encore ne faut-il pas augmenter leur humiliation et le malheur qu’ils ont d’être haïssables à tout le monde. J’avais négligé de t’en parler, pensant, à te voir triste le lendemain, que tu t’en faisais reproche à toi-même et que tu n’y retournerais plus. Mais voilà que, depuis une semaine environ, j’entends dire bien autre chose, et, encore que ce soit par des personnes dignes de foi, je ne veux point m’y fier, à moins que tu ne me le confirmes. Si je t’ai fait tort en te soupçonnant, tu ne l’imputeras qu’à l’intérêt que je te porte et au devoir que j’ai de surveiller ta conduite ; car, si la chose est une fausseté, tu me feras un grand plaisir en me donnant ta parole et en me faisant connaître qu’on t’a desservi à tort dans mon opinion.

— Mon père, dit Landry, voulez-vous bien me dire de quoi vous m’accusez, et je vous répondrai selon la vérité et le respect que je vous dois.

— On t’accuse, Landry, je crois te l’avoir suffisamment donné à entendre, d’avoir un commerce malhonnête avec la petite-fille de la mère Fadet, qui est une assez mauvaise femme ; sans compter que la propre mère de cette malheureuse fille a vilainement quitté son mari, ses enfants et son pays pour suivre les soldats. On t’accuse de te promener de tous les côtés avec la petite Fadette, ce qui me ferait craindre de te voir engagé par elle dans de mauvaises amours, dont toute ta vie tu pourrais avoir à te repentir. Entends-tu, à la fin ?

— J’entends bien, mon cher père, répondit Landry, et souffrez-moi encore une question avant que je vous réponde. Est-ce à cause de sa famille, ou seulement à cause d’elle-même, que vous regardez la Fanchon Fadette comme une mauvaise connaissance pour moi ?

— C’est sans doute à cause de l’une et de l’autre, reprit le père Barbeau avec un peu plus de sévérité qu’il n’en avait mis au commencement ; car il s’était attendu à trouver Landry bien penaud, et il le trouvait tranquille et comme résolu à tout. C’est d’abord, fit-il, qu’une mauvaise parenté est une vilaine tache, et que jamais une famille estimée et honorée comme est la mienne ne voudrait faire alliance avec la famille Fadet. C’est ensuite que la petite Fadet, par elle-même, n’inspire d’estime et de confiance à personne. Nous l’avons vue s’élever et nous savons tous ce qu’elle vaut. J’ai bien entendu dire, et je reconnais pour l’avoir vu deux ou trois fois, que depuis un an elle se tient mieux, ne court plus avec les petits garçons et ne parle mal à personne. Tu vois que je ne veux pas m’écarter de la justice ; mais cela ne me suffit pas pour croire qu’une enfant qui a été si mal élevée puisse jamais faire une honnête femme, et connaissant la grand’mère comme je l’ai connue, j’ai tout lieu de craindre qu’il n’y ait là une intrigue montée pour te soutirer des promesses et te causer de la honte et de l’embarras. On m’a même dit que la petite était enceinte, ce que je ne veux point croire à la légère, mais ce qui me peinerait beaucoup, parce que la chose te serait attribuée et reprochée, et pourrait finir par un procès et du scandale.

Landry, qui, depuis le premier mot, s’était bien promis d’être prudent et de s’expliquer avec douceur, perdit patience. Il devint rouge comme le feu, et se levant :

— Mon père, dit-il, ceux qui vous ont dit cela ont menti comme des chiens. Ils ont fait une telle insulte à Fanchon Fadet, que si je les tenais là, il faudrait qu’ils eussent à se dédire ou à se battre avec moi, jusqu’à ce qu’il en restât un de nous par terre. Dites-leur qu’ils sont des lâches et des païens ; et qu’ils viennent donc me le dire en face, ce qu’ils vous ont insinué en traîtres, et nous en aurons beau jeu !

— Ne te fâche pas comme cela, Landry, dit Sylvinet tout abattu de chagrin ; mon père ne t’accuse point d’avoir fait du tort à cette fille ; mais il craint qu’elle ne se soit mise dans l’embarras avec d’autres, et qu’elle ne veuille faire croire, en se promenant de jour et de nuit avec toi, que c’est à toi de lui donner une réparation.