La Religion du Capital/5B

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

A. Oraison dominicale La Religion du Capital
5. Prières capitalistes
B. Credo
C. Salutations (Ave Miseria)


Je crois au Capital qui gouverne la matière et l’esprit ;


Je crois au Profit, son fils très légitime, et au Crédit, le Saint-Esprit, qui procède de lui et est adoré conjointement ;


Je crois à l’Or et à l’Argent, qui, torturés dans l’Hôtel de la Monnaie, fon­dus au creuset et frappés au balancier, reparaissent au monde Monnaie légale, et qui, trouvés trop pesants, après avoir circulé sur la terre entière, descendent dans les caves de la Banque pour ressusciter Papier-monnaie ; je crois à la Rente cinq pour cent, au quatre et au trois pour cent également et à la Cote authentique des valeurs ; je crois au Grand-Livre de la Dette publique, qui garantit le Capital des risques du commerce, de l’industrie et de l’usure ; je crois à la Propriété individuelle, fruit du travail des autres, et à sa durée jusqu’à la fin des siècles ; je crois à l’Éternité du Salariat qui débarrasse le travailleur des soucis de la propriété ; je crois à la Prolongation de la journée de travail et à la Réduction des salaires et aussi à la Falsification des produits ; je crois au dogme sacré : Acheter bon marché et vendre cher; et pareillement je crois aux principes éternels de notre très sainte église, l’Économie politique officielle.

Amen.