La Rose de Louveciennes

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Derniers Poèmes, Texte établi par (José-Maria de Heredia ; le Vicomte de Guerne), Alphonse Lemerre, éditeurL’Apollonide. La Passion. Les Poètes contemporains. Discours sur Victor Hugo (p. 82).






Ces beaux arbres, témoins de tant d’amours anciennes,
Qui fléchissaient, chargés du poids des jours sans fin,
Respirent, rajeunis, ton arome divin,
Ô Fleur, vivante Fleur, Rose de Louveciennes !

Sous leur ombre un Poète immortel a chanté
Dont ils gardent encor la mémoire pieuse.
N’entends-tu pas errer cette âme harmonieuse
Comme un battement d’aile autour de ta beauté ?

Ah ! s’il pouvait renaître à la clarté bénie,
Mieux que les noms charmants qui lui furent si chers,
Il ferait resplendir dans l’or pur de ses vers
Ton doux nom florentin sacré par son génie !