La Tolosenca

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lucien MengaudLa Tolosenca

La Toulousaine



Texte en occitan languedocien[modifier]

Ò mon país ! Ò mon país ! Ò Tolosa, Tolosa !
Qu’aimi tas flors, qu’aimi tas flors,
ton cèl, ton solelh d’aur !
Al prèp de tu, al prèp de tu,
l’anma se sent urosa,
e tot aicí e tot aicí me rejoís le còr. (bis)
Que ieu soi fièr de tas academias,
dels monuments qu’òrnan nòstra ciutat !
De ton renom e de tas poësias
e de ton cant despuèi longtemps citat !
Aimi tanbens nòstra lenga gascona
que tant nos dona de gaitat !
Ò ! Qu’aimi plan de tas brunas grisetas
le tin florit, le sorire malin,
lor pel lusent, lors polidas manetas
lors polits pès e lor regard taquin !
En las vesent mon còr se reviscòla
e puèi s’envòla tot mon chagrin.
A tos entorns l’èrba sembla plan fresca,
le parpalhòl a maitas de colors,
tos fruits i son doces como lo bresca
e tos pradèls son claufidi de flors;
de tos bosquets io recèrqui l’ombratge
e le ramatge e le ramatge dels auselons.
De tots guerrièrs dont la nòbla venjença
fasquèc plegar le front dels sarrasins, [variante: ’’dels argusins’’]
de ta fiertat e de l’independença
que de tot temps regnèt dins le país.
Ò ! Soi plan fièr de ma vila tant bèla
Que tant rapèla, que tant rapèla de sovenirs.

Traduction en français[modifier]

Ô mon pays  ! ô mon pays  ! ô Toulouse, Toulouse  !
J’aime tes fleurs, j’aime tes fleurs,
ton ciel, ton soleil d’or  !
Auprès de toi, auprès de toi,
l’âme se sent ravie,
et tout ici, et tout ici, me réjouit le cœur. (bis)
Que je suis fier de tes académies,
des monuments ornant notre cité  !
De ton renom et de tes poésies
et de ton chant depuis longtemps cité  !
J’aime aussi notre langue gasconne
qui donne tant de gaîté  !
J’aime surtout de tes brunes grisettes
le teint fleuri, le sourire malin,
leurs beaux cheveux, leurs belles mains
leurs pieds mignons, puis leur regard taquin  !
Quand je les vois, mon âme se console
alors s’envole tout mon chagrin.
À tes alentours l’herbe semble bien fraîche,
le papillon a de plus belles couleurs,
tes fruits sont doux comme un rayon de miel
et tous tes près sont émaillés de fleurs ;
de tes bosquets je recherche l’ombrage
et le chant et le chant des oisillons.
de tous les guerriers dont la noble vengeance
faisait plier le front des sarrasins,
de ta fierté et de l’indépendance
qui de tout temps régnait dans le pays.
Ô  ! Je suis très fier de ma ville si belle
qui rappelle tellement de souvenirs.